Publicité
Accueil > Dictionnaires > > Précis d'anatomie 11e édition > Articulation talo-crurale
Mon Compte




Publicité

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Librairie


Application

Dernière Parution


Partenaires
Publicité
Précis d'anatomie

Publicité

Articulation talo-crurale

(fig. 301 à 306)

C’est une articulation ginglyme ou trochléenne qui unit la mortaise tibio-fibulaire à la poulie talienne ou tenon.

SURFACES ARTICULAIRES (fig. 301)

1° Mortaise tibio-fibulaire. — La face inférieure du bulbe tibial présente une surface cartilagineuse concave d’avant en arrière, convexe transversalement, limitée en avant et en arrière par deux bords, ou marges, dont la postérieure descend plus bas. Cette surface se continue selon un angle un peu supérieur à 90° avec la facette articulaire triangulaire à sommet postérieur de la face axiale de la malléole médiale. D’autre part la fibula présente sur la face axiale de la malléole latérale une surface articulaire triangulaire à sommet inférieur, convexe dans les deux sens. L’union des deux os est assurée par les ligaments de l’articulation tibio-fibulaire distale, ligaments antérieur et postérieur qui, descendant bas, arrondissent l’angle d’union.

2° Talus. — La face supérieure de la poulie talienne est concave transversalement, convexe d’avant en arrière. Plus large en avant qu’en arrière, elle devient presque verticale à son extrémité postérieure. Ses deux bords marquent la continuité entre son revêtement cartilagineux et celui des facettes latérales, mais le bord latéral, le plus saillant, est comme émoussé en avant et en arrière par le frottement des ligaments tibio-fibulaires. La face latérale de la poulie, triangulaire, à sommet inférieur déjeté en dehors par le processus latéral du talus, répond à la fibula. La face médiale triangulaire, le sommet postérieur en forme de virgule, répond à la malléole tibiale.

Dans l’ensemble, il faut remarquer que, l’arc de la mortaise étant plus court que celui de la poulie, il y a toujours une partie de la poulie qui est en dehors de la mortaise, que la malléole latérale descend plus bas que la malléole médiale et est sur un plan postérieur par rapport à elle. Le bord postérieur du bulbe tibial fait butée, empêchant la luxation du pied en
arrière (d’où la gravité des fractures marginales postérieures du tibia et l’importance d’une réduction parfaite de ces fractures).

CAPSULE

Sauf en avant ou elle empiète aussi bien sur le tibia que sur le talus, elle s’insère au bord des surfaces articulaires. Remarquer que sur le col du talus elle s’insère à la lèvre postérieure et à la branche postérieure de division du collier de rugosités.

LIGAMENTS

Articulation de flexion-extension, la talo-crurale n’a guère que des ligaments collatéraux.

1° Ligament collatéral fibulaire (fig. 305). — Il est divisé en trois faisceaux, l’antérieur et le postérieur allant au talus, le moyen au calcanéus.

Le faisceau antérieur, talo-fibulaire antérieur, va du bord antérieur de la malléole à la face latérale du talus, en avant de la surface articulaire pour la fibula.

Le faisceau moyen calcanéo-fibulaire, naît au bord antérieur de la malléole immédiatement au-dessus de son sommet, descend, se réfléchit sur ce sommet, se porte en arrière et en bas, et se fixe au milieu de la face latérale du calcanéus.

Le faisceau postérieur, talo-fibulaire postérieur, épais et court, transversal, visible seulement par l’arrière, va de la fossette creusée à la face axiale de la malléole latérale en arrière et au-dessous de la surface articulaire, jusqu’au tubercule latéral de la gouttière du long fléchisseur de l’hallux.

2° Ligament collatéral tibial (fig. 302). — Il est au contraire disposé en deux plans.

Le plan profond est formé d’un faisceau tibio-talien très court, très solide, transversal, visible lui aussi par l’arrière et allant du sommet de la malléole médiale à une facette d’insertion située dans la concavité de la virgule talienne. Le plan superficiel a ceci de particulier d’être trans-talien et d’appartenir aussi bien à l’articulation médio-tarsienne qu’à la talo-crurale. Étalé en nappe, sa forme lui a valu le nom de ligament deltoïde. Né du bord antérieur et du sommet de la malléole médiale, ses fibres rayonnent vers le bord médial du naviculaire, le bord libre du ligament calcanéo-naviculaire
plantaire, le bord libre enfin du sustentaculum tali.

3° Ligament antérieur (fig. 304). — Insignifiant, c’est une lamelle allant obliquement en bas et en dehors du tibia à la face latérale du col du talus.

4° Ligament postérieur (fig. 305). — Très grêle aussi, il va du tibia à la malléole latérale.

SYNOVIALE

Elle tapisse la face profonde de la capsule.

RAPPORTS (fig. 306)

L’articulation est bridée en avant par les tendons extenseurs et tibial antérieur maintenus par le rétinaculum des extenseurs. En arrière, le tendon d’Achille, une masse graisseuse, puis les tendons fibulaires en dehors, le tibial postérieur et les fléchisseurs en dedans le masquent. Cependant notons le voisinage intime de la gaine des fibulaires avec la synoviale, et aussi celui de la gaine du tibial postérieur, ce qui explique les propagations pathologiques.

C’est donc surtout latéralement qu’on peut explorer la synoviale, en avant de chaque malléole, derrière le tendon fibulaire antérieur en dehors, le tendon tibial antérieur en dedans : c’est là qu’on palpe les culs-de-sac de la synoviale, c’est là qu’on peut inciser une arthrite suppurée.

Cartilages épiphysaires. — Le cartilage épiphysaire inférieur du tibia est extra-articulaire.

ANATOMIE FONCTIONNELLE

La talo-crurale exécute des mouvements de flexion-extension suivant une direction oblique en avant et en dehors, perpendiculaire à la ligne tendue d’une malléole à l’autre, laquelle n’est point transversale. Ces mouvements ont une ampleur totale de 70° ; mais il est intéressant de savoir qu’il suffit, pour marcher, d’une course de 15° dans chaque sens à partir de
l’angle droit, et que donc avec une course totale de 30° un blessé peut marcher sans boiter. Nous avons vu plus haut le rôle de la tibio-fibulaire distale comme appareil de réglage de la mortaise.



© Grégoire & Oberlin - Précis d’anatomie - 11e édition - Editions EMInter
Source:


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...