Publicité
Accueil > Dictionnaires > > Précis d'anatomie 11e édition > PARTIE CERVICALE DU TRONC SYMPATHIQUE
Mon Compte




Publicité

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité
Précis d'anatomie

Publicit

PARTIE CERVICALE DU TRONC SYMPATHIQUE

(fig. 597 603)

La partie cervicale du tronc sympathique est la portion suprieure du systme nerveux sympathique. Il en prsente la morphologie gnrale, cest--dire quil est dispos verticalement de chaque ct de la colonne vertbrale et est constitu par deux ou trois ganglions runis par des rameaux interganglionnaires. La mtamrisation du sympathique, quon retrouve
dans les autres segments du corps, a donc subi ici une modification volutive. Des ganglions se sont condenss en un seul, et on sen rend compte par ltude des rameaux communicants. Normalement, dans chaque mtamre, existe un ganglion sympathique, runi dune part aux ganglions sus et sous-jacents par un rameau interganglionnaire, dautre part au nerf spinal correspondant par deux rameaux communicants. Au cou il existe un ganglion cervical suprieur, condensation habituellement de trois ganglions, un ganglion cervical moyen, inconstant, et un ganglion cervical infrieur, condensation de quatre ganglions. La partie cervicale du tronc sympathique se continue en bas avec la partie thoracique ; en haut, il envoie des collatrales
intra-crniennes dont lensemble est appel sympathique intra-crnien.

SITUATION

Le tronc sympathique est pr-vertbral, vertical ou mieux lgrement oblique en bas et en dehors (fig. 597). En arrire, il est devant le muscle droit antrieur de la tte en haut, devant le muscle long du cou en bas. En avant, de mme, il est rtro-carotidien en haut et plutt rtro-jugulaire en bas. Il est compris dans une gaine propre. Celle-ci adhre, sous la base du crne, la gaine vasculaire ; la base du cou, au contraire, elle en est loigne et adhre au plan prvertbral. De plus, tout le long de son trajet, le tronc sympathique envoie de nombreuses fibres aux viscres. Ainsi conoit-on que les lames sagittales qui relient les angles postro-latraux du pharynx et de loesophage au plan prvertbral soient en somme
constitues par la gaine du tronc sympathique.

DESCRIPTION ET RAPPORTS

Nous tudierons successivement chacun des trois ganglions. Le ganglion cervical suprieur (fig. 599) est volumineux, allong verticalement, pouvant stendre de la bifurcation de la carotide commune 1,5 cm au-dessous de la base du crne. Compris dans la rgion rtro-stylienne, il est plaqu derrire le paquet vasculo-nerveux du cou : lgrement oblique en bas et en dehors, il est dabord derrire lartre carotide interne, puis derrire le nerf vague, rpondant au ple infrieur du ganglion infrieur do nat le nerf laryng suprieur, enfin derrire la veine jugulaire interne. La face postrieure
rpond au plan pr-vertbral et au plexus cervical. Le nerf hypoglosse passe derrire lui, puis contourne son bord latral pour se porter en avant.

Le ganglion cervical moyen (fig. 600) est inconstant. Lorsquil existe, il rpond au tubercule carotidien et est crois par lartre thyrodienne infrieure. Souvent celle-ci traverse une boucle du rameau interganglionnaire du tronc sympathique (ou anse de Drobnick ), boucle qui se trouve un niveau un peu variable par rapport au ganglion. Celui-ci rpond encore, en avant, la face postrieure du lobe latral de la glande thyrode et, en dedans, au nerf laryng infrieur.

Le ganglion cervical infrieur (fig. 601) constitue une masse volumineuse, parfois daspect toil, occupant la fossette supra et rtro-pleurale. Celle-ci est une cavit situe devant le col des deux premires ctes, derrire la cupule pleurale. Elle est ferme en avant et en dehors par les lments fibreux de lappareil suspenseur de la plvre. Dans cette fossette,
le ganglion sappuie en arrire sur la premire cte et plaque contre elle le 8e nerf cervical. Un peu plus bas monte le premier nerf thoracique. En avant de lui passent les vaisseaux vertbraux, en dehors le tronc costo-cervical et la veine jugulaire postrieure, en dedans enfin, mais seulement du ct gauche, merge le conduit thoracique. Enfin, le rameau interganglionnaire du tronc sympathique unissant le ganglion cervical moyen linfrieur est ddoubl : une partie de ses fibres est directe, lautre passe en avant, puis au-dessous de lartre sub-clavire, avant datteindre le ganglion cervical infrieur.

Lensemble forme lanse sub-clavire ou anse de Vieussens (fig. 598). Cette anse est en rapport intime avec lartre vertbrale.

RAMEAUX COLLATRAUX

Comme leur origine aux dpens de tel ou tel ganglion est assez variable, nous les diviserons simplement en trois groupes : rameaux crniens, viscraux et anastomiques.

Rameaux crniens (fig. 602). Leur ensemble forme le nerf carotidien interne qui, n du ple suprieur du ganglion suprieur, monte derrire lartre carotide interne et laccompagne dans sa traverse ptreuse. son entre dans la partie ptreuse de los temporal, le nerf carotidien interne sest divis en deux rameaux : lun forme autour de la partie ptreuse
de lartre le plexus carotidien interne, lequel donne des rameaux anastomotiques pour les nerfs ptreux, et la racine sympathique du ganglion ptrygo-palatin, annex au nerf maxillaire, lautre suit lartre carotide interne jusquau sinus caverneux et y forme un plexus caverneux qui donne des branches anastomotiques pour le ganglion trigminal (anastomose
importante au point de vue physiologique) pour les nerfs moteurs de loeil, ainsi que la racine sympathique du ganglion ciliaire. Enfin le nerf carotidien interne fournit des filets vasculaires qui entourent tous les rameaux collatraux et terminaux de lartre carotide interne.

Tous ces nerfs reprsentent les nerfs vaso-moteurs de lintrieur du crne, de loeil et des parties molles de lorbite.

Rameaux viscraux. Ils sont fort nombreux :

1. Nombreux filets pour le pharynx, loesophage, le larynx, la trache et la glande thyrode.

2. Filets vasculaires. Ils forment plexus autour de lartre sub-clavire et de toutes ses collatrales, en particulier lartre vertbrale (pour le crne) et lartre thyrodienne infrieure (pour la glande thyrode), et autour des artres carotides et leurs branches, en particulier lartre mninge moyenne (racine sympathique du ganglion otique annex au nerf mandibulaire) et lartre thyrodienne suprieure (pour la glande thyrode).

3. Nerfs cardiaques. Il y en a trois groupes, suprieurs, moyens et infrieurs, naissant respectivement de chacun des ganglions. Ils saccolent ensuite aux carotides et les longent pour parvenir au plexus cardiaque. Les nerfs sont inclus dans la partie postrieure de la gaine artrielle propre, do la ncessit dune dnudation soigneuse lors dune ligature.


Rameaux anastomotiques. 1. Avec les quatre nerfs crniens de la rgion rtro-stylienne. Leur ensemble forme le nerf jugulaire n du ganglion suprieur, et qui envoie quelques filets mnings travers le foramen jugulaire. 2. Avec les nerfs spinaux : ce sont les rameaux communicants (fig. 603), deux en moyenne par tage. Il y en a trois paires pour le ganglion suprieur, une pour le moyen et quatre ou cinq pour linfrieur. Ce dernier reoit en particulier les rameaux des 4e, 5e, 6e et 7e nerfs cervicaux sous forme dun tronc nerveux le nerf vertbral (dit de Franois Franck ), qui descend prs de lartre vertbrale, par les foramens des processus transverses, et apporte au ganglion des fibres cardiaques acclratrices. Le ganglion, dautre part, reoit directement des rameaux communicants des 8e nerf cervical et 1er nerf thoracique. 3. Avec le nerf laryng suprieur et le nerf laryng infrieur, et parfois le nerf phrnique.

Grgoire & Oberlin - Prcis danatomie - 11e dition - Editions EMInter
Source:


Publicit

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...