Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Hystérie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence


Application


Partenaires


Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Hystérie

Les symptômes de l'hystérie simulent une pathologie organique pour laquelle aucune anomalie physique (en particulier neurologique) n'existe. L'association de manifestations permanentes ou récurrentes, fréquemment des paralysies, des troubles de la parole ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, crises pseudo-épileptiques, comas psychogènes constitue la forme classique de cette maladie.

Ces symptômes sont très souvent associés à un trouble de la personnalité marqué (théâtralisme, personnalité histrionique). Les phénomènes caractéristiques de l'hystérie sont susceptibles d'être reproduits par autosuggestion et l'étiologie de l'hystérie indissociable de sa représentation sociale a beaucoup évolué avec les progrès théoriques que son étude a suscités et la psychiatrie moderne préfère la notion de trouble somatoforme.

L'évolution d'un concept

Psychiatrie

Le terme d'hystérie vient du médecin grec Hippocrate, qui inventa ce mot pour décrire un concept qu'il apprit des Égyptiens.

Le terme est dérivé du mot grec hysteron, signifiant l'utérus. L'hystérie fut en effet, jusqu'au travaux du neurologue Charcot, considérée comme intimement liée à l'utérus; la théorie admise étant que celui-ci se déplaçait dans le corps, créant les symptômes.

Études sur l'hystérie

L'hystérie était liée à Freud avant même que la psychanalyse ne naisse ; c'est l'hystérie qui a révélé à Freud la névrose.

Dès 1883, Joseph Breuer raconte à Sigmund Freud , alors neurologue, comment il avait pris en charge une de ses patientes, Anna O., qui souffrait de troubles hystériques. L'intérêt de Freud est éveillé, et en 1885, il se rend à Paris dans le service de Charcot, qui propose déjà plusieurs avancées théoriques quant à l'hystérie.

En 1893, Freud et Joseph Breuer publient des Communications préliminaires ; l'approche en est celle de souvenirs pathogènes qui déclencheraient l'hystérie, et qui peuvent être soignés par l'application de la catharsis. Freud élabore les notions de psychonévrose de défense ou de libido. Deux ans plus tard sont publiées les Études sur l'hystérie.

Si le modèle psychanalytique n'est pas réellement en place, puisque lui manquent alors des concepts essentiels, tout un corpus théorique se formule pourtant, ensemble conceptuel qui sera repris et retravaillé tout au long de l'histoire de la psychanalyse.

La psychanalyse actuelle utilise toujours la notion d'hystérie, bien qu'un certain travail de délimitation ait eu lieu.

Psychosomatique

La psychanalyse, par la suite, sera amenée à différencier l'hystérie d'autres troubles psychosomatiques. Si le principe de conversion semble au premier regard le même, il y a plusieurs différences essentielles.

La différence principale est structurelle et essentielle selon le point de vue de la psychopathologie psychanalytique. Si l'hystérie est une névrose, d'autres troubles psychosomatiques ne peuvent pas être compris en se référant uniquement à la structure névrotique. Ce sont des cas de pathologies limites, se situant entre névrose et psychose, sans qu'aucune de ces deux structures ne soient satisfaisantes quant il s'agit de décrire le fonctionnement psychique du patient.

On le devine, le modèle du passage de psychique à corporel n'est pas le même. Dans l'hystérie, c'est la conversion hystérique, qui implique une histoire psychique et une forme symbolique d'expression. Le symptôme corporel , tel que la paralysie, se laisse analyser et révèle le passé psychique.

Dans les troubles psychosomatiques, le symptôme implique bien plus un rejet de la vie psychique. Ce que le psychique, même inconscient, ne prend pas en charge, les représentations donc qui sont déniées, forcloses de la vie psychique, provoqueront des troubles médicaux, mais sans signification inconsciente. L'analyse dans ce cas, devra passer, selon Joyce McDougall, par une hystérisation des symptômes.

En psychanalyse, l'hystérie ne recouvre donc pas tout trouble physique inexplicable par une affection médicale autre que psychique. Il s'agit d'une structure à part entière.

Trouble somatoforme

La psychiatrie évolua dans son approche de la psychopathologie. Si elle employa un temps le terme d'hystérie, ce concept tomba récemment en désuétude, accusant le coup d'une grille de lecture foncièrement différente.

La psychiatrie reconnaît dorénavant un trouble somatoforme qui n'est pas synonyme d'hystérie, et il s'agit d'en entendre les différences.

Dans la Classification internationale des maladies (CIM), il y a donc un trouble somatoforme. Ce trouble est alors compris comme trouble névrotique, et mis aux côtés de troubles anxieux tels que la phobie. Ce classement, phénoménologique, conserve donc certains aspects de la psychopathologie en cours dans la psychanalyse.

Mais dans le DSM-IV, le trouble somatoforme constitue une catégorie à part entière, regroupant tant le trouble somatoforme lui-même que, par exemple, l'hypocondrie. Le trouble somatoforme n'est pas donc situé dans la même catégorie que le trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive : le trouble somatoforme n'est, dans le DSM, pas un trouble de l'anxiété - mais il est , simplement, un trouble somatoforme.

Le DSM ne saurait donc être critiqué quant à un abandon factice du terme de névrose : ce qu'il propose se veut une approche athéorique et réellement différente.

Hystérie et féminité

L'erreur d'Hippocrate et des Égyptiens fut de ne restreindre les symptômes qu'à la femme, d'où le mot hystérie (utérus en grec).

Le fait est que la pathologie est restée fortement associée à la féminité et, en particulier, au XIXe siècle quand elle a été étudiée par Jean-Martin Charcot et Sigmund Freud qui en ont donné l'image la plus visible aujourd'hui.

Les psychanalystes ont considéré que l'hystérie était probablement une pathologie fortement associée aux femmes non parce que les femmes y seraient plus sensibles que les hommes mais parce que, dans des sociétés où la femme est opprimée et où la féminité est réprimée, les femmes l'utilisent comme médium pour exprimer leur malaise psychologique profond sous l'influence de la société qui oriente leur peine vers une expression de type hystérique. Cette hypothèse bien que semblant appuyée sur une explication séduisante, n'est pourtant pas démontrée. Elle expliquerait pourquoi il semble y avoir des effets de mode ou des épidémies d'hystérie dans certaines sociétés et à certaines époques, et pourquoi l'hystérie a beaucoup regressé en Occident.

Aujourd'hui, étant donné le fait que l'on trouve bel et bien des hommes « hystériques », on préfère utiliser le terme histrionique (histrio, comédien en latin) ; ramenant le symptôme à un jeu d'acteurs, une exagération explosive d'émotions.

Modèle métapsychologique

L'hystérie fut le modèle historique de la névrose. Quelle en est la métapsychologie ?

Traumatisme réel et conversion hystérique

Freud commence par relever que le symptôme physique, s'il est relié à un trouble psychique, plus précisément s'enracine dans l'histoire psychosexuelle du sujet. L'hystérie serait la réponse corporelle à un traumatisme sexuel ; dans leur enfance, les hystériques auraient été séduites; et dans l'après-coup elles développent une hystérie.
C'est la première théorie, celle d'un événement réel cause d'un traumatisme psychique : la neurotica.

Quant à la conversion hystérique, elle suppose qu'une tension pulsionnelle inconsciente ne trouve, pour se décharger, que le corps ; mais il s'agit alors d'une expression symbolique de la représentation sexuelle refoulée. Dans Pulsion et destin des pulsions, Freud précise que ce destin pulsionnel, non seulement élimine la représentation insupportable , inconciliable avec les impératifs du conscient, mais de plus réussit à faire taire l'affect : c'est la belle indifférence des hystériques.

La répression de l'affect réussirait donc mieux dans l'hystérie que dans d'autres pathologies ; par exemple dans la phobie, si la représentation est refoulée, l'affect n'est lui que déplacé sur une autre représentation tout aussi inquiétante.

Traumatisme psychique

D'un traumatisme réellement vécu par l'hystérique, Freud décrira par la suite un traumatisme psychique ; il renonce donc à décrire un événement réel - ce qui lui semble impossible au sein de tant de familles. Mais il concède que le psychanalyste n'a aucun moyen pour faire la différence entre un fantasme et un souvenir réel.

Freud décrira donc des souvenirs écran. Il élaborera surtout un fantasme de séduction, l'un des fantasmes originaires, dans lequel l'hystérique pense reconnaitre l'origine de la sexualité. L'hystérique fonderait donc sa sexualité sur le fantasme d'avoir été séduite.

Cependant, Sándor Ferenczi reprochera à Freud l'abandon de cette neurotica. Dans Confusion des langues, il abordera la question d'une séduction réelle d'un enfant par un adulte, comprenant cette séduction comme la confusion de deux registres : celui de la sexualité génitale, qui est propre à l'adulte, et celui de la sexualité infantile. C'est la "Théorie de la séduction restreinte et généralisée" abandonnée par Freud et occultée pendant 70 ans, peut-être pour des raisons de convenance sociale et de rectitude politique (politically correct).

Œdipe et bisexualité


L'hystérie semble révélatrice du complexe d'Œdipe : la future hystérique, alors enfant, fantasme la relation sexuelle avec son père. L'hystérique entre dans le complexe d'Œdipe avec la castration : découvrant qu'elle n'a pas le phallus, découvrant la différence entre filles et garçons, elle cherche ce phallus chez son père, veut l'obtenir de lui. C'est là ce que que Freud nomme l'envie du pénis, et qui peut également prendre la forme d'un désir d'enfant.

Le complexe propre à l'hystérie mérite d'être différencié du complexe d'Œdipe, puisque que c'est d'abord la mère qui est investie, puis, suite à la découverte de la castration, le père : ce complexe aboutit à une sexualité adulte différente, et on le nomme complexe d’Électre.

Mais l'hystérie garde toujours trace de la bisexualité ; comme elle ne vit, dans l'hystérie, que comme fantasme, il s'agit bien de la préciser comme bisexualité psychique. Cette bisexualité psychique sera un des fondements essentiels du comportement ; elle demeure cependant refoulée.

Hystérie, théâtralité et sublimation

Alors que les froides expériences de Charcot à la Salpêtrière s'apprêtent à initier une réflexion théorique sur l'hystérie dont est sortie la psychologie moderne, un poète, Baudelaire, comprend ce que l'artiste peut tirer de l'application consciente des phénomène qui attirent ainsi l'attention des savants de son temps :

« L'hystérie ! Pourquoi ce mystère physiologique ne ferait-il pas le fond et le tuf d'une œuvre littéraire, ce mystère que l'Académie de médecine n'a pas encore résolu, et qui, s'exprimant dans les femmes par la sensation d'une boule ascendante et asphyxiante (je ne parle que du symptôme principal), se traduit chez les hommes nerveux par toutes les impuissances et aussi par l'aptitude à tous les excès ? »

La figure hybride du poète hystérique fait écho bien-sûr aux romans de l'époque (le fameux « Madame Bovary c'est moi » de Flaubert) mais Baudelaire, en définissant ainsi le projet d'une expérimentation volontaire d'une symptomatologie alors comprises comme essentiellement féminine, rompt avec la simple conversion connue des romantiques et des générations antérieures, inaugurant une pratique dont la trace se retrouve dans tout l'art ultérieur, des outrances littéraires de Lautréamont à celles de Dada, jusqu'à certaines de ses manifestations les plus contemporaines.

Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...