Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Addiction
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Addiction

Le terme addiction est un anglicisme qui utilisé depuis quelques années comme équivalent du mot dépendance (ou pharmacodépendance) ou parfois de toxicomanie ; il caractérise une envie irrépressible et une difficulté ou une impossibilité répétée à contrôler le besoin de l'objet addictif. Le sujet se livre à des conduites dites « addictives » et ceci souvent malgré la conscience aiguë des risques d'abus et de dépendance. L'addiction se rapporte autant à des produits qu'à des conduites telles que le « jeu compulsif », les conduites à risques et certaines formes de sports comme le surentraînement.

La dépendance est un des facteurs servant à évaluer la dangerosité des drogues . Elle s'estime par les efforts déployés pour se procurer le produit et par l'énergie dépensée pour parvenir à l'abstinence. Elle est variable selon deux facteurs importants : les propriétés du produit (propriétés pharmacologiques, mode de consommation, degré de pureté, etc.) et la prédisposition de l'usager (personnalité, antécédant d'usage, situation personnelle, etc.).

Les problèmes engendrés par une addiction peuvent être d'ordre physique, psychologique, relationnel, familial, ou social.

Lorsque l'on suspecte de tels comportements, il faut tenter de nouer le dialogue avec la personne concernée afin de l'amener à consulter un spécialiste en addictologie.

Le terme pharmacodépendance est aussi utilisé dans le langage courant pour désigner spécifiquement la dépendance aux produits pharmaceutiques.

Types de dépendances

On distingue deux types de dépendances.

La dépendance physique : état où l'organisme assimile à son propre fonctionnement la présence d'un produit développant des troubles physiques parfois graves en cas de manque (non-présence du produit dans l'organisme), l'ensemble de ces troubles constituant ce qu'on appelle le syndrome de sevrage. La dépendance physique est liée aux mécanismes d’adaptation de l’organisme à une consommation prolongée et peut s’accompagner d’une accoutumance.

La dépendance psychologique : désir insistant et persistant de consommer qui peut parfois se traduire par des manifestations psycho-somatiques (véritables douleurs physiques sans cause physiologique). La dépendance psychologique est bien plus liée aux caractéristiques des individus (habitudes, états affectifs, styles de vie) qu'au produit lui-même. Des exemples de dépendance psychologique très répandues sont la dépendance au travail, à l'activité physique ou intellectuelle, qui peut parfois aboutir au surmenage. Un terme anglo-saxon la désigne sous l'appellation « workaholic ».
La distinction n'est plus tout à fait d'actualité du point de vue des recherches actuelles et surtout pour les traitements, l'une étant intriquée à l'autre de manière parfois indistincte.

Traitements des addictions

Il a suivi plusieurs évolutions.

D'abord basé sur l'objectif d'une abstinence pour les toxicomanes, il repose sur le sevrage dans différentes modalités, avec ou sans opiacés en doses dégressives, en milieu hospitalier ou ambulatoire, avec ou sans soutien d'une psychothérapie. Ces modalités concernent essentiellement les personnes dépendantes aux opiacés jusqu'aux années 1980 où la politique change pour l'ensemble des traitements.

Le SIDA et la lutte contre sa diffusion entraînent le traitement des héroïnomanes dans le champ médical des épidémies. Les traitements de substitution à la méthadone prennent le pas sur toute autre forme de thérapie. On commence à parler de politique de réduction des risques en privilégiant une approche sanitaire par notamment la distribution des seringues, l'élargissement des indications aux traitements méthadone, voire de la distribution controlée d'héroïne dans certains pays (Suisse, Canada) avec mise à disposition de locaux d'injections propres et cadrés par du personnel paramédical.

Jusqu'à l'apparition et la reconnaissance - tardive en France - de l'importance du SIDA et de sa diffusion par partages de matériels d'injections, les traitements de la toxicomanie fut l'objet de nombreuses controverses.

Pour certains, les opiacé sont nécessaires aux toxicomanes via une analogie avec le diabétique et son insuline. Il s'agit alors de distribuer largement la méthadone qui doit stabiliser la toxicomanie en aidant les patients à sortir de l'illégalité et en lui permettant d'accéder à une certaine autonomie.

Pour d'autres (Claude Olievenstein), cette toxicomanie légale ou médicalisée remplaçe une aliénation par une autre. Pour eux, le but est alors d'aider des héroïnomanes à sortir de leur dépendance en accédant à la liberté. Il s'agit aussi de contrer des sectes ou des communautés thérapeutiques dont certaines promulguent un conditionnement brutal.

L'apparition du SIDA va favoriser la mise en place de méthodes visant à limiter la transmission des virus reléguant pour certains au second plan la question et la signification psychologique ou sociale de la toxicomanie.

C'est aussi depuis cette époque qu'on parle plus de dépendance et que cette catégorie s'étend à toutes formes de conduites et/ou d'abus. Certains pensent que cette extension a l'inconvénient de jeter le trouble sur la question du point de vue psychopathologique et qu'il est difficile d'établir un lien entre un addict aux jeux vidéos et un cocaïnomanes outre leurs difficultés à lutter contre leur besoin.

Ces deux approches sont à l'origine d'une polémique parfois virulente.

Exemples

On peut faire une liste non exhaustive des substances addictives :

- Cocaïne
- Opiacés
- Amphétamines
- Cannabinoïdes
- Alcool éthylique
- Nicotine
- Caféine
- Benzodiazépine

En fait, la plupart des drogues sont considérées comme addictives.

On peut faire une liste non exhaustive des comportements addictifs :

- Dépendance à la télévision
- Dépendance à l'internet
- Dépendance à la pornographie
- Dépendance aux antidépresseurs
- Dépendance aux anxiolytiques
- Dépendance aux somnifères
- Dépendance au jeu vidéo
- Jeu pathologique
- Surentraînement
- Alcoolisme
- Tabagisme
- Toxicomanie

Forums de discussions (une nouvelle forme d'addiction notée comme cause de plus en plus fréquente de consultations par les psychologues)
Mais d'une manière générale, n'importe quel comportement excessif pourra être considéré comme addictif.

Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...