Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Allergie
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Allergie

L'allergie est une réaction anormale, inadaptée, exagérée et excessive du système immunitaire de l'organisme, consécutive à un contact avec une substance étrangère (le plus souvent) à l'organisme (l'allergène). Il s'agit de substances qui sont habituellement bien tolérées, mais considérées à tort comme dangereuses par nos cellules.

L'allergie est également appelée hypersensibilité.

Une substance tout à fait inoffensive pour certains peut provoquer une réaction allergique chez une personne sensibilisée.

La prédisposition familiale, appelée aussi terrain « atopique » est un facteur aggravant.

La branche de la médecine qui étudie les allergies est l'allergologie et les médecins spécialistes de cette maladie les allergologues

Symptômes

Cutanés : eczéma de contact, dermatite atopique, urticaire et œdème angio-neurotique

Pulmonaires : asthme, pneumopathie interstitielle, pneumopathie à éosinophiles

Oculaires : conjonctivite, kératite

Oto-rhino-laryngologiques : rhinite, sinusite, écoulement postérieur, anosmie

Digestifs : vomissement, diarrhée, maux de ventre

Hématologique : anémie, thrombopénie, leucopénie, éosinophilie

La crise d'allergie

La crise d'allergie grave peut se caractériser par :

- Le choc anaphylactique, réaction allergique extrême, brutale, et menaçant le pronostic vital.

- L'œdème de Quincke, ou angio-œdème (synonyme):

- vertiges, syncopes, évanouissement, envie de vomir

- gonflement des lèvres, de paupières, des doigts, démangeaisons dans tout le corps (« fourmis »)

- la gêne respiratoire

- une sensation de malaise

- de l'urticaire (piqûre d'insecte, médicament, latex…)

- des éternuements : rhinite allergique (ou « rhume des foins »)

L'allergie, ou plutôt la réaction allergique, correspond donc à une réponse du système immunitaire et existe sous forme de quatre types :

- immédiate : elle dépend des anticorps de type E (IgE) (urticaire, œdème de Quincke) ;

- cytotoxique : avec les anticorps de type IgG ;

- à immuns complexes : également liés aux IgG formant des complexes immuns ;

- retardée : liée à une inflammation cellulaire, c'est l'allergie responsable de l'eczéma.

Fonctionnellement, lorsque l'organisme produit une réaction allergique, il libère une substance, l'histamine, responsable majeure des symptômes.

L'action de l'histamine peut-être bloquée par des médicaments spécifiques appelés « antihistaminiques ».

L'allergie alimentaire touche environ 3% de la population, 8% pour les enfants. les principaux allergènes alimentaires sont l'œuf, l'arachide, les rosacées (prune, pomme, cerise, pêche…), les ombellifères (persil, carotte, céleri, fenouil…), les fruits à latex (kiwi, avocat, banane…) les fruits de mer (huîtres), crustacés et les poissons. Il existe des cas d'allergie au lait de vache, notamment chez les nourrissons, mais l'intolérance aux protéines de lait, cas plus fréquent, est souvent confondu avec une allergie. On trouve également des allergies au café et à certains additifs alimentaires.

La lutte contre l'allergie

L'allergie est devenue un véritable phénomène de société. En 1980, 10% de la population en souffrait, aujourd'hui plus de 30% (source: étude ISAAC) , et certains chiffres circulent faisant état de 50% de malades d'ici 10 ans (pas de référence scientifique retrouvée sur ce point) dans les pays industrialisés de l'hémisphère Nord. Les micro-particules, notamment celles du diesel/mazout, émises par des carburants sales et une combustion non filtrée, auraient une incidence sur l'allergénicité de certains grains de pollens mais d'autres études (japonaises) infirment ce point.

Le diagnostic par le médecin allergologue est la base de toutes les mesures à prendre. En général, le médecin pratique des tests indolores sur le bras ou dans le dos, où l'on met la substance allergisante en contact avec le corps. Après quelques minutes, la réaction immunitaire fait apparaître une marque. Plus cette marque est importante par rapport au témoin (de l'histamine), plus l'allergie à la substance est importante.

Allergies aux pollens : conformez-vous à un calendrier pollinique, portez un masque anti-pollens, évitez la nature au printemps, partez en vacances aux bonnes dates et aux bons endroits (le vent de mer charie peu de pollens).

Allergies aux acariens : fuyez la poussière, aérez votre maison le soir et le matin, n'utilisez pas l'aspirateur, ni le balai, préférez la serpillière et le chiffon humide, renoncez aux moquettes, tissus, oreillers et couettes en plumes, peluches et chiffons, utilisez des produits anti-acariens, préférez l'altitude au-delà de 800 m.

Allergies aux animaux à poils (chats, chiens…), évitez tout contact avec eux et frottez-les au moins une fois par jour avec une serviette humide.
Au niveau médical, il existe actuellement 4 solutions à l'allergie :

Les antihistaminiques H1 qui agissent sur le mécanisme de l'allergie.

Traitement symptomatique : essentiellement anti-inflammatoires locaux (solution nasale, colyre), éventuellement corticoïdes, bronchodilatateur en cas de gêne respiratoire, et dans les cas extrêmes (choc anaphylactique) adrénaline (disponible sous forme de « stylo », seringue contenant une dose unique auto-injectable).

La désensibilisation qui agit sur le système immunitaire en induisant une tolérance de l'organisme vis à vis de l'allergène responsable des symptômes. Cette solution reste néanmoins malheureusement rarement possible, car soumise à de nombreuses conditions rarement réunies : sujet jeune, souffrant d'une seule allergie (monosensibilisé), et envers laquelle les mesures d'exclusion de l'allergène sont impossibles.

Éviter la cause de l'allergie reste, à l'heure actuelle, la seule issue efficace dans de nombreux cas : éloignement des chats ou chiens, changement de poste en cas d'allergie professionnelle, séjour en montagne (au-delà de 800 m d'altitude), bien aérer le logement voire mettre en surpression le logement avec un air filtré, utiliser des oreillers en mousse, changer régulièrement les taies et draps et les laver à 60 ° (voire utiliser un drap housse anti-acarien), prendre une douche après une exposition à un allergène etc.


Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...