Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Cancer de l'œsophage
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Cancer de l'œsophage

Le cancer de l’œsophage est un cancer se développant au niveau de la muqueuse de l'œsophage et responsable de 5200 décès par an en France.

Facteurs de risques

- le sexe : il est plus fréquent chez les hommes.
- l'âge : il augmente avec l'âge surtout à partir de 40 ans.

les facteurs exogènes :
- alcool
- tabac
- carences en vitamines A et B.

les facteurs endogènes:
- œsophagites chroniques (par reflux gastro-oesophagien. Risque augmenté +++ en cas d'endobrachyoesophage)
- brûlures caustiques
- irradiation

Symptôme

- Dysphagie : difficulté à avaler les aliments, avec impression de blocage rétrosternal. La dysphagie du cancer de l'oesophage est progressive: d'abord aux solides, puis aux aliments pâteux enfin aux boissons, s'aggravant rapidement.
- Amaigrissement
- Douleur rétrosternale
- Hoquet

Diagnostic - detecter et confimer la maladie

L'examen clé du diagnostic est la fibroscopie. La constatation d'une dysphagie, surtout chez un sujet éthylo-tabagique, doit rapidement amener à une fibroscopie.

Le cancer superficiel se présente sous la forme d'une anomalie muqueuse: muqueuse érodée, surélevée, verruqueuse. Même en l'absence de lésion macroscopiquement visible, les colorations vitales peuvent montrer une zone de coloration anormale correspondant à des régions de remaniement cellulaire: positive pour le bleu de toluidine, négative pour le lugol.

Toute zone suspecte doit donner lieu à une biopsie. Si la tumeur est franchissable, celle-ci a toutes les chances d'être positive.

Anatomopathologie

Les carcinomes épidermoïdes (90%) sont plus souvent liés à la consommation alcoolo-tabagique. Les adénocarcinomes (10%) sont plus souvent liés à un reflux gastro-oesophagien. Ils siègent plus souvent au tiers inférieur de l'oesophage.

Quels sont les traitements les plus courants ?

- La chirurgie curative: très lourde (l'oesophage occupe les étages cervical, thoracique et abdominal, la chirurgie touche ces trois étages)
- La radiochimiothérapie: avec des taux de réponse complête et de guérison comparables à ceux obtenus par la chirurgie: le choix entre ces deux traitements curatifs doit être fait par des équipes spécialisées.
- La chimiothérapie, la radiothérapie et leur association en cas de situation palliative.
- Les méthodes endoscopiques (endoprothèse; dilatations oesophagiennes; destruction tumorale par laser ou par plasma argon, photofrein et brachythérapie)
- Les soins associés: gastrostomie d'alimentation si le patient ne peut plus s'alimenter par la bouche, traitement de la douleur et de la salivation...

Chirurgical

La chirurgie ne concernera malheureusement que 30% des cas (car patients alcoolo-tabagiques qui présentent souvent des complications cardiaques et pulmonaires de leur intoxication, au moment de la découverte de la tumeur, et fréquence d'autres tumeurs, pulmonaires ou ORL associées. Elle sera souvent associée à la radiochimiothérapie pré- ou postopératoire.

Elle consiste à retirer l'oesophage, et les aires ganglionnaires environnantes, et à le remplacer soit par un estomac tubulisé, soit par du côlon, soit par de l'intestin grêle. Les voies d'abord seront abdominale, thoracique, et parfois cervicale.

Il s'agit d'une chirurgie très lourde, chez des malades souvent fragilisés: elle n'est donc proposée qu'à des patients sélectionnés, à visée curative. D'autant que la radio-chimiothérapie a fait de grandds progrès dans cette indication.

Radio-chimiothérapie

Dés la découverte du cancer de l'oesophage, un bilan complet est mis en route: il convient de rechercher les autres complications de l'intoxication alcoolo-tabagique:

- cardiaque: maladies coronariennes, cardiomyopathie dilatée, artérite;
- pulmonaire: bronchite chronique, emphysème, tumeur bronchique associée;
- hépatique: cirrhose;
- ORL: tumeurs du pharynx ou de la bouche.

Pendant le suivi des patients, toutes ces pathologies peuvent survenir, et doivent être régulièrement recherchées. Par ailleurs on recherchera une récidive de la tumeur oesophagienne, ou une autre tumeur oesophagienne, par fibroscopie oesophagienne; des métastases ganglionnaires, pulmonaires, hépatiques, surrénaliennes, cutanées, ... par scanner régulier, et examens ciblés en cas de signes cliniques.

Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...