Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Anévrisme
Mon Compte




Publicité


Application

Dernière Parution


Partenaires
Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Anévrisme

Un anévrisme (ou anévrysme) est une dilatation localisée de la paroi d'une artère aboutissant à la formation d'une poche de taille variable, communiquant avec l'artère au moyen d'une zone rétrécie que l'on nomme le collet. Sa forme habituelle est celle d'un sac, son diamètre pouvant atteindre plusieurs centimètres.

Formation

La formation d'un anévrisme est étroitement liée à trois facteurs principaux :

- Une anomalie de la paroi de l'artère, qui est amincie et ne comporte plus que son intima et son adventice. Cette anomalie est le plus souvent congénitale.
- L'athérome, par les modifications de la structure de la paroi artérielle qu'il entraîne.
- L'hypertension artérielle qui, par les à-coups de pression engendrés au niveau de la zone fragilisée, entraîne une augmentation de la taille de l'anévrisme.

Ils peuvent être accidentels, par fragilisation d'une artère lors d'un traumatisme ou par lésion directe de celle-ci au cours d'un geste médical.

Rarement, ils ont une cause génétique :

- maladies des fibres élastiques :
. Syndrome d'Ehlers-Danlos type vasculaire
. Syndrome de Marfan,

- Dans la polykystose rénale type dominant, la rupture d'anévrisme est un facteur important de la gravité de la maladie.

Certaines infections en sont également responsable :

- La syphilis tertiaire était autrefois une cause classique d'anévrisme de l'aorte.

Pathologies liées à l'anévrisme

Le risque essentiel est celui de la rupture de l'anévrisme entraînant une hémorragie à l'origine d'une compression des structures adjacentes.

Avant sa rupture, un anévrisme peut se manifester inconstamment par des signes secondaires à son volume et à la compression de structures proches (dans le cas d'un anévrisme cérébral : céphalées, déficits neurologiques focalisés,…)

Avec le temps, l'anévrisme augmente progressivement de diamètre (selon la loi de Laplace). Le risque de rupture devient menaçant dès un diamètre de 7 mm (pour les anévrismes des artères cérébrales). Lorsqu'il se rompt, l'anévrisme entraîne une hémorragie interne pouvant, si la rupture est importante, rapidement entraîner la mort par compression d'organes vitaux (le cerveau pour les localisations cérébrales, le cœur pour les localisations dans la crosse de l'aorte).

Les anévrismes sont particulièrement fréquents au niveau :

- Des artères cérébrales, où leur rupture entraîne une hémorragie méningée (qui est un accident vasculaire cérébral)

Dans tous les cas, la survenue d'une rupture d'anévrisme constitue une urgence absolue, de par le risque de décès rapide.

Anévrismes extra-crâniens

Il s'agit d'une dilatation du calibre de l'artère, sans collet. Il peut intéresser tout segment de l'aorte. Le traitement est essentiellement préventif par chirurgie vasculaire : l'anévrisme est ouvert après clampage de l'artère, puis on implante une prothèse synthétique dans la lumière aortique avant de refermer l'anévrisme sur la prothèse.

Il y a perte de parrallèlisme entre les bords de l'aorte. Son diamètre peut atteindre jusqu'à 5 cm. Il existe 2 types d'anévrisme sous rénal : asymptomatiques et symptomatiques.

Anévrisme du cœur

Il s'agit d'une forme de cicatrice d'un infarctus du myocarde. En plus du risque de rupture, il peut entraîner :

- une insuffisance cardiaque ;
- des troubles du rythme ventriculaire pouvant causer une mort subite.

Examens complémentaires

L' echodoppler permet de mesurer l'anévrisme et de suivre son évolution. Le scanner et l'IRM sont les autres moyens d'investigation .

Quels sont les traitements les plus courants ?

- Les anévrismes cérébraux rompus relèvent de la neurochirurgie et de la neuroradiologie interventionnelle : après l'artériographie cérébrale, le neuroradiologue et le neurochirurgien discutent du traitement qui doit être entrepris en urgence : soit l'embolisation de l'anévrisme à l'aide de coils (petits ressorts en platine), soit l'intervention chirurgicale (trépanation et mise en place d'un clip au niveau du collet de l'anevrisme).

- Le consensus n'est pas établi en cas de découverte d'un anévrisme non rompu : le traitement préventif n'est pas dénué de risque vital ou fonctionnel, et la décision doit se prendre au cas par cas.

- Dans tous les cas, la correction des facteurs de risque (hypertension artérielle et tabac) reste indispensable.

Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...