Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Hyperthyroïdie
Mon Compte




Publicité


Application

Dernière Parution


Partenaires
Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie (appelé aussi thyréotoxicose ou thyrotoxicose) est le syndrome clinique causé par un excès de thyroxine libre circulante (FT4) ou de triïodothyronine libre (FT3), ou les deux.

Chez les humains, les causes principales sont la maladie de Basedow (cause la plus fréquente : 70-80% des cas), l'adénome toxique de la thyroïde, le goitre multinodulaire toxique, et la thyroïdite sub-aiguë.

Signes et symptômes

La plupart des signes restent non spécifiques ou peuvent être discrets. L'hyperthyroïdie peut se manifester par tous ou parties des signes suivants :

Signes généraux

- une perte de poids malgré un appétit conservé (polyphagie),
- une chaleur ressentie comme insupportable (thermophobie), avec soif,
- une Asthénie.

Signes cardio-respiratoires

- un pouls rapide (Tachycardie);
- des palpitations;
- un essoufflement (Dyspnée);
- un pouls irrégulier pouvant correspondre à une fibrillation auriculaire.

Le tout peut se compliquer soit:

- d'une insuffisance cardiaque à haut débit;
- ou de douleurs thoraciques pouvant évoquer une angine de poitrine.

Signes digestifs

- diarrhée chronique ;
- Nausées ou vomissements.

Signes neurologiques

-Diminution de la force musculaire (Myopathie endocrinienne) avec parfois diminution de la taille des muscles (Atrophie musculaire);
- Tremblements fins des extrémités ;
dépression ou irritabilité ;

Dans les formes graves, l'hyperthyroïdie peut entraîner :

- un coma ;
- des mouvements anormaux sous forme de chorée ;
- des troubles du comportement pouvant ressembler à une psychose.

Signes cutanées

- Peau luisante, chaude et humide
- parfois, perte de cheveux (Alopécie, signe de la queue du sourcil)
- démangeaison isolé

Signes endocrino-sexuels

- Impuissance
- une augmentation de la taille des seins (gynécomastie)
-Infertilité

Divers

Elle peut se compliquer d'une diminution en contenu en calcium des os (ostéoporose secondaire).

Éléments biologiques

- diminution du taux de Cholestérol sanguin (hypocholestérolémie)
- Anémie et diminution globale des globules blancs (neutropénie)

Glande thyroïde

Selon la cause de l'hyperthyroïdie on observe un goître, un nodule thyroïdien, une atrophie thyroïdienne...

Diagnostic

Le diagnostic est établi par un examen sanguin : mesure du taux de TSH dans le sang. Un taux effondré de TSH est spécifique d'une hyperthyroïdie peripherique ( l'immense majorité des hyperthyroidies, secondaire à une atteinte de la thyroïde). Le diagnostic est confirmé par une mesure du taux de T3 libre et T4 libre sanguin que l'on retrouve augmenté.

Une fois le diagnostic fait, il reste à rechercher la cause. Il est indispensable de doser les anticorps spécifiques (TRAK, anti-thyroglobuline, anti thyroperoxydase ou anti TPO) et de réaliser un examen d'imagerie de la thyroïde: échographie (par ultrasons) ou scintigraphie (par injection d'un isotope radioactif qui se fixe sur la glande thyroïde et dont le rayonnement est détecté par une caméra à scintillations). ceux ci précisent l'aspect de la glande et la répartition géographique de son activité (fixation à la scintigraphie)

Causes

La maladie de Basedow

La maladie de Basedow est la première cause d'hyperthyroïdie en terme de fréquence. Elle est plus fréquente chez la femme jeune. On retrouve de manière non constante un souffle à l'auscultation de la glande thyroïde qui est augmenté de volume, un discret gonflement des parties molles de la jambe (myxœdème pré-tibial) ou des globes oculaires légèrement proéminents (exophtalmie). Le diagnostic est fait en présence de TSI (Thyroid stimulating immunoglobulins) dans le sang des patients dont la structure est proche de celle de la TSH, et stimulant ainsi la production d'hormones thyroïdiennes par la glande).

Le nodule toxique

- Le nodule toxique de Plummer est évoqué devant le nodule isolé de la glande thyroïde qui peut parfois être palpé et surtout, par la fixation d'Iode radioactif de ce dernier de manière exclusive à la scintigraphie thyroïdienne, le reste de la glande n'étant plus visualisé. Il devient une cause importante d'hyperthyroïdie chez la personne âgée.

La thyroïdite

Elle peut être :

- infectieuses (thyroïdite de De Quervain dans un contexte grippal) ou post opératoires ;
- auto-immune comme lors de a thyroïdite de Hashimoto avec la présence d'Anticorps anti-thyroglobuline et anti-récepteur à la TSH
- survenir après un accouchement (assez fréquente puisqu'elle concerne jusqu'à 10% des parturientes, le plus souvent très discrète et guérissant sans séquelle).

Elle évolue parfois vers une hypothyroïdie (diminution des hormones thyroïdiennes) régressive.

La scintigraphie montre alors l'absence totale de fixation de l'iode radio-actif (scintigraphie blanche).

Autres causes

- La prise d'hormone thyroïdienne en quantité trop élevée.
- Le goître multinodulaire à l'examen clinique de la glande
- Le cancer de la thyroïde évolué.
- Effet secondaire de la prise de certains médicaments (Amiodarone).

Quels sont les traitements les plus courants ?

Chirurgie

Elle consiste en l'ablation de la totalité ou d'une grande partie de la glande thyroïdienne. La chirurgie se doit de respecter les glandes Parathyroïdes de petites tailles et situées en arrière de la thyroïde. Elle doit également passer en dehors du nerf récurrent passant en arrière de la glande, sa section pouvant entraîner un changement de la voix (dysphonie), ce nerf innervant les cordes vocales.

Iode radioactif

L'ingestion d'iode radioactif (Iode 131) va se fixer sur la glande thyroïde, détruisant ainsi cette dernière. Ce traitement n'est proposé qu'à certaines formes de maladie de Basedow et est naturellement inefficace en cas de non fixation de l'iode sur la glande (scintigraphie blanche).

Elle expose à un risque d'hypothyroïdie (comme la chirurgie par ailleurs) qui est facilement traité par la prise d'hormones thyroïdiennes.

Les antithyroïdiens de synthèse

Il s'agit de médicament inhibant la production d'hormones thyroïdiennes, comme le méthimazole, le carbimazole ou le propylthiouracil. Le délai d'efficacité peut être long

Traitements non spécifiques

En cas de douleurs, un antalgique peut être donné, de même en cas de fièvre (antipyrétique).

- Les bêta-bloquants ralentissent le cœur et diminuent les palpitations ainsi que les tremblements.

Chez les animaux

C'est l'une des maladies hormonales les plus fréquentes des chats, souvent provoquée par une tumeur bénigne (non cancéreuse) de la thyroïde. Cette maladie a été décrite pour la première fois dans les années 70.

Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...