Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Périartérite noueuse
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Périartérite noueuse

La périartérite noueuse est une maladie auto-immune responsable d'une vascularite nécrosante atteignant les artères de moyen calibre. Il n'existe pas de prédominance de sexe, la maladie débute habituellement après 40 ans.

Dans 90% des cas, les causes de la maladie sont inconnues mais 10% des périartérites noueuses succèdent à une infection par le virus de l'hépatite B, sans que ce lien soit encore élucidé.

Diagnostic

Les manifestations de la maladie sont très variables selon les artères touchées. Cependant, l'atteinte de la vascularisation rénale, digestive, et du système musculo-squeletique est souvent au premier plan. On peut ainsi retrouver :

- Des signes généraux : fièvre au long cours, altération de l'état général
- Atteinte rénale : insuffisance rénale chronique, hypertension artérielle
- Atteinte digestive : crises douloureuses, infarctus mésentérique
- Myalgies, arthrite, polynévrite, mononévrite
- Autres signes : Orchite (atteinte testiculaire), accident vasculaire cérébral, asthme (syndrome de Churg et Strauss).

Examens complémentaires

La recherche des lésions artérielles passe par deux examens clé : l'artériographie rénale et mésentérique retrouve (en particulier dans le rein) de nombreux anévrismes (dilatation localisée du calibre artériel de 2 à 5 mm), des zones non-perfusées (résultant d'infarctus multiples, et responsables de l'insuffisance rénale progressive). Les autres localisations anévrismales doivent être recherchées (cérébrales en particulier, qui peuvent entraîner une hémorragie méningée). L'examen histologique (anatomo-pathologique) d'une biopsie musculaire retrouve la nécrose des artères de moyen calibre, parfois accompagnée de fibrose. On pratiquera aussi un bilan inflammatoire (positif), une recherche des marqueurs de l'hépatite B (inconstament positifs) et la recherche des anti-corps anti leucocytes P anca.

Évolution

La maladie est toujours fatale sans traitement. Un traitement adapté permet le plus souvent de guérir la maladie, les rechutes sont rares. Cependant, les destructions tissulaires (liées aux infarctus) sont le plus souvent irreversibles.

Quels sont les traitements les plus courants ?

Il repose sur une corticothérapie, parfois complétée par l'utilisation d'immunosupresseurs. Les périartérites noueuses associées à l'hépatite B peuvent bénéficier d'un traitement antiviral spécifique, ou d'échanges plasmatiques.

Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...