Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Endométriose
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Endométriose

L'endométriose est la présence de cellules endométriales en dehors de la cavité utérine (cavité péritonéale et ovaire).

80% des endométrioses ont une localisation ovarienne.

Les lésions d'endométriose, outre la sphère gynécologique, peuvent également se situer sur les organes digestifs, dont le rectum, sur la vessie, voire sur les reins.

Dans de rares cas, des atteintes pulmonaires se produisent.

Épidémiologie

On estime que 10% des femmes souffrent d'endométriose. Pourtant, toutes ne sont pas diagnostiquées, car souffrant de formes peu étendues. Elle est responsable de près de la moitiè des règles douloureuses (dysménorrhées)<1>.

Sa fréquence augmente avec l'âge et elle touche principalement les femmes autour de la quarantaine. Elle ne se voit guère chez l'adolescente. Elle est plus rare en cas de prise d'une contraception œstro-progestative. Elle est plus fréquente en cas de ménopause tardive ou chez les femmes ayant eu leurs premières règles tôt.

Mécanisme

Il est actuellement inconnu. L'hypothèse de "règles rétrogrades" a été évoquée.

Aspect

Dans la majorité des cas, l'endométriose se situe à l'intérieur du muscle utérin (adénomyose).

L'endométriose peut prendre différentes formes :

- kystes ovariens
- nodules sur les organes gynécologiques ou autres organes de la cavité abdominale
- adhérences entre organes (entre les annexes et l'utérus, entre l'utérus et l'intestin, ...)

Signes cliniques

L'endométriose peut se détecter de différentes manières, et des douleurs peuvent se manifester partout au niveau du corps. Son expression est variable d'une personne à l'autre, pouvant se manifester par d'intenses douleurs ou être au contraire complêtement asymptomatique (la patiente ne se plaignant de rien).

Le premier signe à prendre en compte sont des règles douloureuses (dysménorrhées).

Les règles peuvent s'accompagner de difficultés digestives (diarrhées, constipations, rectorragies), de difficultés urinaires, ou de spasmes abdominaux... Ces règles sont souvent très abondantes.

Les femmes souffrant d'endométriose peuvent également ressentir des douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunies.

En cas d'atteinte digestive ou vésicale, voire rénale, l'endométriose s'accompagne de symptômes douloureux, et de complications fonctionnelles (pour digérer, aller à la selle, uriner...).

L'endométriose a des retentissments importants sur le mental, et le moral, des femmes atteintes : douleurs, infertilités, effets des chirurgies ou traitements .... Un accompagnement psychologique peut être bénéfique, et les groupes de paroles réunissant les femmes atteintes peuvent être salutaires.

Diagnostic - detecter et confimer la maladie

Le diagnostic de certitude ne peut être posé que par la cœlioscopie. Cet examen, nécessitant une intervention chriurgicale, n'est cependant pas proposé en première intention.

Il est suspecté par un examen d'imagerie, échographie ou imagerie par résonnance magnétique (IRM), l'IRM étant plus performante pour le diagnostic d'endométriose sous-péritonéale. L'échographie peut être faite par voie trans-vaginale en introduisant une sonde dédiée à ce niveau. Elle permet alors de visualiser la présences de petits kystes utérins (petites cavités liquidiennes). Leur absence de permet cependant pas d'éliminer le diagnostic.

Une prise de sang, pour doser les CA125, peut également être pratiquée, mais ce marqueur n'est pas spécifique de l'endométriose.

Le diagnostic est une étape fondamentale :

- Plus une endométriose est prise à temps, moins elle s'étend, et moins elle est difficile à soigner.

- Seule une cartographie précise et exhaustive des lésions peut permettre un choix thérapeuthique efficace, et, le cas échéant, une chirugie couronnée de succès.

- L'endométriose peut être la source d'une stérilité ou la cause d'une infertilité (atteintes ovariennes et/ou sur annexes).


Évolution

L'endométriose est une maladie avec une évolution spontanée variable : au départ limitée à l'utérus ou aux ovaires, elle peut s'étendre aux organes du petit bassin. Elle peut régresser également spontannément dans près d'un tiers des cas<1>. Plus une endométriose est étendue, plus elle est sévère et difficile à soigner ; d'où l'importance d'un diagnosic à temps.

Quels sont les traitements les plus courants ?

Dans les formes légères un traitement hormonal par contraception œstro-progestative suffit à stopper la progression des lésions, voire à faire disparaitre les kystes.

Dans les formes plus étendues, une intervention chirurgicale d'ablation des kystes utérins peut être nécessaire. Elle peut être faite par laparoscopie ou de manière plus conventionnelle, par ouverture de l'abdomen. Après la chirurgie, il est impératif de suivre un traitement hormonal, afin de prévenir les récidives. Il semble toutefois que la chrirurgie aie de meilleur résultat quant à la fertilité<1>..

On suppose que le fait de supprimer les règles (traitement hormonal) évite que des cellules d'endométre ne se propagent à nouveau hors de l'utérus, et re-forment une endométriose.

Il faut naturellement calmer les douleurs :

- paracétamol, et anti-spasmodiques ;
- anti-inflamatoires non stéroidiens ;
- dérivés morphiniques et morphine.

Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...