Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Syndrome des jambes sans repos
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Syndrome des jambes sans repos

Autres appellations :

- "syndrome d'impatiences des membres à l'éveil" (SIME)

- "impatiences"

- "restless legs syndrome". en anglais

Cette maladie touche environ 8,5% de la population française, 8% de la population américaine, et 12% de la population canadienne.

Description

Le syndrome des jambes sans repos se caractérise par le besoin impérieux de bouger les membres. Ce besoin peut ou non s'accompagner de sensations désagréables, ou être causé par ses dernières. Il apparait lorsque le sujet est en position assise ou au repos, surtout le soir ou la nuit. Il disparait par les mouvements, par exemple le fait de se lever, la marche, le mouvement.
Les symptômes de ce syndrome sont bénins. L'examen clinique est normal. L'évolution est imprévisible.

Diagnostic différentiel

- les crampes, souvent nocturnes et douloureuses, définies comme étant une contraction musculaire, absente dans le syndrome
- les neuropathies
- les paresthésies en rapport avec la compression d'un nerf
- l'akathisie, manifestations ressemblant au syndrome, mais secondaire à un traitement neuroleptique.
- les mouvements périodiques des jambes, involontaires, rythmés, pendant le sommeil
- les myoclonies d'endormissement
- le syndrome des jambes douloureuses avec mouvement des orteils

Causes

Elles ne sont pas connues.
Par contre, le syndrome est plus fréquent chez les sujets qui présentent une anémie par carence martiale, en cas d'insuffisance rénale, de grossesse et en cas d'antécédent chez les ascendants.
Il n'existe aucun lien avec la maladie de Parkinson.

Conséquences

La principale conséquence est la mauvaise qualité du sommeil, voire l'insomnie, avec baisse de vigilance et fatigue diurne.

- Augmentation de la latence d'endormissement (c'est-à-dire le temps nécessaire pour s'endormir)

Quels sont les traitements les plus courants ?

Le traitement ayant obtenu une AMM dans cette indication en France est le ropinirole, un agoniste des récepteurs dopaminergiques. Cependant, en raison des effets indésirables habituels des agonistes dopaminergiques, d'une part, et d'une augmentation de la sévérité des symptômes à long terme lors de l'emploi prolongé, d'autre part, le rapport bénéfice-risque est défavorable pour ce type de produit.

D'autres thérapeutiques ont été essayées, mais le rapport bénéfice-risque est également défavorable, voire il n'y a aucune amélioration des symptômes (benzodiazépines, antiépileptiques, lévodopa, agonistes dopaminergiques).

Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...