Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Trouble déficitaire de l'attention
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Trouble déficitaire de l'attention

Le TDAH (ou trouble déficitaire de l'attention / hyperactivité) est un trouble comportemental d'origine neurobiologique caractérisé par des problèmes de concentration, d'impulsivité et un besoin d'action exacerbé. Il est constaté par une inattention marquée, des difficultés à terminer des travaux, une désorganisation pour 2 à 4% des adultes. Malgré un grand taux d'enfants ayant ce problème, elle n'est pas réservée à ce groupe.

Puisque les symptômes diminuent avec le temps, peu d'adultes conservent ces problèmes. Les scientifiques constatent que cette condition neurologique est en partie héréditaire. Des professionnels ont remarqué que la plupart des adultes atteints ont développé des habiletés en copie et une forme d'apprentissage adapté.

Classification

La classification internationale des maladies (CIM 10) définit les troubles hyperkinétiques (code F90) comme des « troubles caractérisés par un début précoce (habituellement au cours des cinq premières années de la vie), un manque de persévérance dans les activités qui exigent une participation cognitive et une tendance à passer d'une activité à l'autre sans en finir aucune, associés à une activité globale désorganisée, incoordonnée et excessive. »

Pour la classification française des troubles mentaux de l'enfant et de l'adolescent (CFTMEA), l'hyperkinésie avec troubles de l'attention (code 7.00), classée parmi les troubles des conduites et des comportements, est caractérisée « sur le versant psychique des difficultés à fixer l'attention, un manque de constance dans les activités qui exigent une participation cognitive, une tendance à une activité désorganisée, incoordonnée et excessive, et un certain degré d'impulsivité ; - sur le plan moteur une hyperactivité ou une agitation motrice incessante. »

Quels sont les traitements les plus courants ?

Le traitement médicamenteux repose généralement sur des psychostimulants comme le chlorhydrate de méthylphénidate (Ritaline® ou Concerta®), qui entraîne un ralentissement de la croissance, a pour effet d'accroître l'attention en diminuant les distractions et on pense qu'il n'induit pas de dépendance chez le sujet traité. Ce traitement est très controversé et les preuves de son inocuité à long terme sont loin d'être établies.

L'Évaluation d'une possibilité de déficit de l'attention chez l'élève

Méthodes utilisées par le psychologue scolaire:

- Entrevues cliniques avec les parents et enfants (DISC)

- Échelles pour enseignants et parents (Achenbach, Grilles Krönstrom-Asselin, Conners, Brown's Scales)

- Évaluation clinique et/ou école/devoirs, travaux (grilles d'observation, TEA-CH, NEPSY)

- Évaluation de la comorbidité

- Entrevue structurée et semi-structurée

- Évaluation cognitive/académique (WISC-IV)

Recommandation aux enseignant(e)s pour les élèves ayant un déficit de l'attention

- Éviter les éléments distrayants dans la classe (sur les murs, bureaux ou suspendus au plafond).

- Éviter d’asseoir l’enfant près des fenêtres ou du corridor.

- Se rapprocher de l’élève pour lui donner des explications, utiliser son cahier pour illustrer des exemples et entretenir un contact verbal et physique fréquent.

- Si vous devez écrire beaucoup d’informations au tableau, mettez l’accent sur les éléments importants en utilisant une craie de couleur différente.

- Éviter de diviser son attention en lui demandant d’écrire en même temps qu’on parle.

- Fractionner les tâches longues.

- Favoriser l’engagement actif du jeune pendant la présentation du travail.

- Utiliser le prénom du jeune dans les exemples.

Des consignes claires et brèves, avec un vocabulaire simple. Éviter de donner plus d’une consigne à la fois. Reformuler les consignes, quand c’est nécessaire. Des supports visuels doivent être utilisés (pictogrammes, illustrations des consignes, tableaux…). Décrire les démarches de façon détaillée face à une tâche. Faire des démonstrations.

- Faire appel à tous les sens, lors de présentation du travail scolaire et se limiter aux informations directement associées au travail en question.

- Encourager l’imagerie mentale (par exemple, montrer à l’enfant à visualiser une histoire entendue en l’imaginant dans sa tête).

- Utiliser l’ordinateur pour présenter du matériel pédagogique.

- Encourager l’élève à demander de l’aide s’il ne comprend pas.

Des consignes claires et brèves, avec un vocabulaire simple. Éviter de donner plus d’une consigne à la fois. Reformuler les consignes, quand c’est nécessaire. Des supports visuels doivent être utilisés (pictogrammes, illustrations des consignes, tableaux…). Décrire les démarches de façon détaillée face à une tâche. Faire des démonstrations.

- Maintenir un bon lien avec l’élève.

- Utiliser l’enfant comme aide, lui donner des responsabilités.

- Demander à l’enfant de répéter les explications à la classe (après s’être assuré de sa compréhension).

- Recourir à des activités coopératives en pairant les élèves pour la vérification de la prise de notes. Lorsque l’élève comprend bien un concept, s’en servir comme assistant auprès des autres qui ont plus de difficultés.

- Récompenser l’enfant pour ses progrès même minimes (encouragements verbaux, autocollants). Ajuster les demandes de travaux scolaires et de leçons en fonction de son rythme d’apprentissage

Critiques du diagnostic de TDA

Ce diagnostic devenu très populaire est cependant discuté par nombres de spécialistes. Le "déficit d'attention" est souvent secondaire à d'autres troubles de l'enfance tels que, par exemple, la psychanalyse des enfants les a mis en lumière. La certitude que le TDA soit une entité psychopathologique indépendante des autres catégories n'est pas acquise et de loin. De ce point de vue la prudence de tous est de mise. Donner pendant plusieurs années un médicament amphétaminique à des enfants et à des adolescents pourrait se révéler un pari dangereux dans le long terme. Rien ne remplacera donc la connaissance clinique et la psychothérapie quand elle indiquée pour des enfants chez qui on soupçonne un TDA. <1>

Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...