Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire médical > Trouble obsessionnel compulsif
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence


Application


Partenaires


Publicité
2006-09-20
Dictionnaire médical

Publicité

Trouble obsessionnel compulsif

Le trouble obsessionnel compulsif (ou névrose obsessionnelle) est considéré comme une entité psychopathologique par le courant psychiatrique qui s'inspire de l'approche prônée par le DSM et la CIM-10 (voir : DSM). Il est souvent abrégé en TOC.

Ce trouble associe des idées obsédantes et compulsions et une personnalité particulière typique à cette névrose.

- Idées obsédantes : obsessions et idéations, phobies…
(par exemple, une crainte excessive d'être souillé ou contaminé).

- Compulsions : rite conjuratoire, pensées magiques (par exemple, se livrer à des calculs mentaux), actes que le sujet sait absurdes mais qu'il doit accomplir pour soulager son anxiété. Ce sont souvent des exacerbations d'actes normaux (par exemple des lavages longs et très fréquemment renouvelés).

Si ce trouble reste associé à l'idée de névrose, il s'en distingue peu, dans ce que le symptôme est perçu comme le problème majeur. Pour la psychanalyse, la névrose obsessionnelle résulte d'un conflit inconscient entre les composantes pulsionnelles érotiques et les tendances destructrices (amour - haine) avec prédominance de ces dernières. Le refoulement de la destructivité est sans cesse mis en échec et c'est ce mécanisme qui produit l'angoisse et par exemple des conduites obsessionnelles autour de la propreté ou de vérifications interminables. Il s'agit de s'assurer de l'intégrité de l'objet qui pourrait avoir été détruit par la destructivité du sujet. Cette dialectique repose sur des mécanismes complexes de toute puissance de la pensée : « j'ai voulu la mort du parent rival en pensées ou en rêves et je dois vérifier en actes et dans la réalité extérieure que ce mal souhaité a laissé l'objet intact » (Œdipe). La clinique peut aussi révéler que des conduites de contraintes ou obsessionnelles reposent en fait sur des mécanismes plus archaïques, voire psychotiques. Elles peuvent s'apparenter à des stéréotypies psychotiques, qu'il s'agit alors de traiter en fonction du trouble primaire. « Le symptôme ne signe pas la structure » dit Jean Bergeret dans ses écrits. Traiter les TOC comme s'il s'agissait d'une affection aux mêmes enjeux pour tous les patients, enfants, adolescents, adultes, peut s'avérer dangereux.

Quels sont les traitements les plus courants ?

- Thérapie cognitivo-comportementale pour s'attaquer aux manifestations.

- Traitement de l'angoisse par anxiolytiques

- Antidépresseurs inhibant la recapture de la sérotonine

La cure psychanalytique est tout à fait indiquée lorsqu'elle est menée par un psychanalyste reconnu; elle vise à appréhender les conflits psychiques sous-jacents et actualisés dans le transfert. En tout état de cause, ça n'est pas exclusivement le symptôme qui est l'objet de l'indication d'une cure mais la mobilité psychique du patient ou son insight et évidemment sa motivation à s'engager dans le processus.

- Autres psychothérapies


Mis à jour le 2006-09-20
Source: © Copyright InformationHospitaliere.com - Source: InformationHospitaliere.com - wikipedia.org


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...