Prévention cardio-vasculaire

Les maladies cardio-neuro-vasculaires recouvrent un ensemble diversifié de maladies fréquentes et graves, avec en premier lieu les cardiopathies ischémiques, les maladies cérébro-vasculaires, les maladies vasculaires périphériques, les maladies hypertensives, l’insuffisance cardiaque…

Elles ont longtemps représenté le principal groupe de décès en France, comme dans de nombreux pays. Mais depuis quelques années, elles se situent en France au deuxième rang, après les tumeurs, du fait d’une diminution continue du nombre de décès cardio-vasculaires en lien avec l’amélioration de la prévention et de la prise en charge thérapeutique.

Concernant les maladies cardio-vasculaires, le rapport annexé à la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004 comporte trois objectifs :
- la poursuite de la réduction de la mortalité par cardiopathies ischémiques et thromboses veineuses profondes (objectif 69) ;
- la réduction de la fréquence et la sévérité des séquelles fonctionnelles des accidents vasculaires cérébraux (objectif 72) ;
- la réduction de la mortalité par insuffisance cardiaque ainsi que la réduction des décompensations aiguës par l’amélioration de la prise en charge coordonnée (objectif 73).

En outre, 11 objectifs visent la réduction de la fréquence des facteurs de risques cardio-vasculaires en population générale :
- le tabac (objectifs 3 et 4) ;
- l’hypercholestérolémie (objectif 70) ;
- l’hypertension artérielle (objectif 71) ;
- l’obésité (objectifs 5 et 12) ;
- la sédentarité et l’activité physique (objectif 9) ;
- les consommations de fruits et légumes (objectifs 10) ;
- la consommation de sel (objectif 11) ;
- l’amélioration de la prise en charge du diabète et la diminution des complications (objectifs 54 et 55).

Prévention cardio-vasculaire

Messagede administre le Ven Fév 04, 2011 1:16 pm

Prévention cardio-vasculaire : vers une évolution de la prescription des statines

Les traitements de l’hypercholestérolémie, dont l’objectif principal est la prévention de la mortalité et de la morbidité cardio-vasculaire, sont les médicaments les plus prescrits en France.

Leur remboursement représente 1 milliard d’euros pour l’Assurance maladie. À la demande du ministère de la Santé, la HAS a donc réalisé une évaluation médico-économique de ces traitements. Elle s’est penchée en particulier sur les statines (rosuvastatine, atorvastatine, pravastatine, simvastatine et fluvastatine), qui sont les traitements médicamenteux de première intention en prévention primaire comme secondaire des décès et événements cardio-vasculaires. Elles réduisent la mortalité toutes causes de 10 % et les événements cardio-vasculaires de 15 à 23 % en fonction du type d’événement.

« Notre analyse met en évidence que toutes ces molécules n’ont pas la même efficience [rapport coût/efficacité] en fonction des profils de patients », explique Fabienne Midy, chef de projet au service évaluation économique et de santé publique de la HAS. Aujourd’hui, les pratiques de prescriptions ne tiennent pas compte de cette notion médicale et économique. Deux types de statines sont majoritairement prescrites par les médecins, quel que soit le profil des patients : la rosuvastatine et l’atorvastatine. « Ces deux molécules, plus récentes que les autres, sont les plus puissantes pour réduire les taux de LDL-c*. Mais elles devraient être réservées aux cas les plus sévères, qui nécessitent une réduction du taux de LDL-c supérieure ou égale à 40 %, précise Emmanuelle Cohn-Zanchetta, chef de projet au service évaluation des médicaments de la HAS.

Source : HAS - fevrier 2011
administre
Administrateur - Site Admin
 
Messages: 5221
Inscription: Dim Jan 22, 2006 1:03 pm

Retourner vers Maladies cardio-vasculaires

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron