Publicité
Accueil > Actualité Médicale > MALADIES PARASITAIRES
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

MALADIES PARASITAIRES


  • Une nouvelle piste vers un « vaccin » contre le paludisme

  • [2009-08-24] - Une étude au CUSM/McGill ouvre une nouvelle voie d'investigation vers des thérapies préventives du Paludisme.

    Source: PLoS Pathogens - McGill University Health Centre

  • Les moustiquaires traitées à l’insecticide en Afrique: progrès cartographique entre 2000 et 2007

  • [2009-04-29] - Contexte: les Moustiquaires Traitées à l’insecticide (MTI) constituent un moyen d’améliorer la survie des enfants en Afrique. Les nombres de vente de ces moustiquaires et les données de couverture des sondages ont présenté des inégalités au niveau national parmi les populations à risque économique et biologique, et ne donnent pas de précisions concernant l’évaluation des besoins de denrées non satisfaits. Nous avons rassemblé les données d’un sondage échantillon de couverture des MTI au niveau sous-national et ce à partir de 40 pays africains où la malaria est endémique entre 2000 et 2007.

    Source: Lancet 2009 Jan 3;373(9657):58-67.

  • Les plaquettes détruisent les parasites paludiques érythrocytaires et permettent de survivre à l’infection

  • [2009-04-29] - Les plaquettes jouent un rôle critique dans la pathogenèse des infections paludiques en encourageant la séquestration des hématies infectées à l’intérieur de la vascularisation cérébrale. Mais les plaquettes jouent également un rôle bien établi dans la protection innée contre les infections microbiennes. Nous avons constaté que les plaquettes humaines purifiées tuent les parasites Plasmodium falciparum cultivés dans le hématies.

    Source: Science 2009 Feb 6;323(5915):797-800.

  • Les déterminants du choix du fournisseur pour le traitement de la malaria : les expériences de la Gambie

  • [2009-04-29] - La Malaria est responsable d’un million de décès par an, la vaste majorité d’entre eux étant en Afrique subsaharienne. Plusieurs de ces décès sont attribués au fait d’avoir demandé à être traité trop tard, à la faible adhérence aux prescriptions pharmacologiques.

    Source: Soc Sci Med 2008 Aug;67(4):487-96.

  • Malaria en Chine : la connaissance et l’usage de la protection personnelle par les populations minoritaires et les implications pour le contrôle de la malaria : un sondage basé sur questionnaire

  • [2009-04-23] - Contexte: le contrôle de la malaria dans les régions forestières et reculées de la région du Mékong dépend de la protection personnelle contre les piqures de moustiques. L’adoption de ces méthodes pourrait être limitée par la connaissance du lien existant entre les moustiques et la malaria, de même que certains aspects socioéconomiques. La compréhension des obstacles à l’assimilation informera les programmes de contrôle de la malaria sur les améliorations à effectuer.

    Source: BMC Public Health 2008;8:344.

  • Les obstacles au traitement efficace et rapide de la malaria aboutissent à une mauvaise couverture de deux districts ruraux en Tanzanie

  • [2009-04-23] - Contexte: La malaria demeure l’une des causes principales de la mortalité infantile en Afrique subsaharienne. Pourtant, l’accès rapide et efficace au traitement de la malaria, pilier de toute stratégie de contrôle, demeure non évident dans plusieurs zones. Il existe peu d’information concernant les obstacles au traitement et l’efficacité communautaire des stratégies de prise en charge des cas. Cette recherche quantifia les initiatives d’apport du traitement ainsi que l’accès à celui-ci au sein d’une communauté tanzanienne rurale fortement endémique. L’objectif était de fournir une meilleure compréhension des obstacles à l’accès au traitement afin de développer des interventions pratiques et efficaces en matière de coût.

    Source: BMC Public Health 2008;8:317.

  • Prévalence de la Malaria et moustiquaires de protection à Oromia et dans les régions SNNPR d’Ethiopie

  • [2009-04-23] - Contexte: Compte tenu que la majorité de la population habite des zones prônes à la malaria, la transmission de la maladie est donc instable et saisonnière. Les résultats de la DHS indiquent que la couverture des interventions clé de la malaria était faible. Le gouvernement éthiopien s’est placé l’objectif de couvrir l’intégralité de la population avec en moyenne deux moustiquaires traitées à l’insecticide par ménage et près de 20 millions de moustiquaires distribués d’ici fin 2007. L’objectif de cette étude était de générer des informations de base concernant la prévalence du parasite de la malaria et la couverture assurée par les interventions de contrôle clé de la malaria à Oromia et dans les régions SNNPR et de soumettre la prévalence des résultats du sondage en des données de surveillance routinières juste avant de procéder à une distribution en masse des moustiquaires.

    Source: BMC Public Health 2008;8:321.

  • Efficacité et sûreté des comprimés dispersibles artemether-lumefantrine en comparaison avec les comprimés commerciaux écrasés pour les nourrissons et les enfants atteints de malaria non compliquée : un essai multicentrique randomisé à aveugle unique

  • [2009-04-23] - Contexte : Les traitements combinés, de préférence contenant un dérivé de l’artémisinine, sont recommandés pour améliorer l’efficacité et empêcher la résistance pharmacologique du Plasmodium falciparum. Notre objectif est de révéler la non-infériorité entre un nouveau type de comprimés dispersibles artemether-lumefantrine et le comprimé traditionnel écrasé dans le cadre du traitement des jeunes enfants atteints de malaria non compliquée.

    Source: Lancet 2008 Nov 22;372(9652):1819-27.

  • Artésunate rectal de pré-référence pour prévenir le décès et l’handicap dans le cas de la malaria sévère : essai contrôlé par placebo

  • [2009-04-23] - Contexte: La plupart des cas de décès dus à la malaria ont lieu dans les milieux ruraux. La progression rapide de la maladie au décès peut être interrompue par des traitements efficaces et rapides. Le traitement antipaludique ne peut sauver les patients en phase terminale mais pourrait s’avérer efficace s’il est administré plus tôt. Si les patients ne pouvant être traités oralement, ne peuvent également pas être injectes pendant des heures, l’artésunate rectale peut être administrée avant le médicament de référence et agit rapidement sur les parasites. Nous effectué une recherche afin de savoir si cette intervention réduit la mortalité et l’handicap permanent.

    Source: Lancet 2009 Feb 14;373(9663):557-66.

  • Un premier pas vers un candidat-médicament original contre la toxoplasmose et le paludisme ?

  • [2009-04-14] - L'équipe coordonnée par Mohamed-Ali Hakimi, au sein du Laboratoire « Adaptation et pathogénie des micro-organismes » (Unité mixte CNRS-Université Joseph Fourier, Grenoble), en collaboration avec des chercheurs grenoblois, marseillais et parisiens, vient de montrer qu'une molécule -appelée FR235222- est capable de réprimer spécifiquement l'activité d'une enzyme produite par des parasites de cellules animales, tels que ceux responsables du paludisme et de la toxoplasmose. Cette molécule, qui bloque la prolifération intracellulaire du parasite, s'avère donc un candidat possible dans la quête d'un nouveau médicament contre ces infections. Les résultats de ces travaux sont publiés ce jour dans The Journal of Experimental medicine.

    Source: CNRS

  • Un chercheur de McGill en quête d'une cure pour une maladie parasitaire défigurante

  • [2008-12-04] - Manger au restaurant est une activité banale dans les pays développés. Mais pour Louisette Pouliot, une travailleuse humanitaire canadienne, le simple fait de prendre une bouchée dans un restaurant extérieur d'Ouagadougou, capitale du Burkina Faso en Afrique, a eu d'importantes répercussions sur sa vie et sa santé.

    Source: McGill University

  • Influence du réchauffement climatique sur l'augmentation des maladies transmises par les tiques

  • [2008-11-24] - L'augmentation de la température extérieure modifie le comportement des tiques de chien en augmentant leur affinité pour l'homme. Les épisodes de réchauffement climatique risquent donc d'être associés à des épidémies de maladies transmises par les tiques. Ces travaux réalisés par l'Unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes (CNRS/ IRD/ Université de la Méditerranée), dirigée par Didier Raoult, sont publiés le 18 novembre 2008 sur le site de la revue PLoS Neglected Tropical Diseases.

    Source: CNRS

  • Parasitisme : Une nouvelle stratégie pour échapper à la prédation de son hôte

  • [2006-04-06] - Pour poursuivre leur cycle, des vers parasites poussent leur hôte, des insectes, à se suicider en se jetant à l'eau. C'est ce qu'avaient précédemment montré des chercheurs du laboratoire Génétique et évolution des maladies infectieuses (CNRS – IRD, Montpellier). Mais que se passe t-il si l'insecte parasité est mangé par un poisson ou une grenouille ? Les chercheurs dévoilent dans la revue Nature du 6 avril 2006, que les vers sont capables de sortir du cadavre de l'hôte ingéré puis de remonter le tube digestif du prédateur pour s'échapper par sa bouche, sa branchie ou sa narine.

    Source: source

  • Paludisme : une démarche innovante pour le développement d'un vaccin

  • [2005-11-08] - Des chercheurs de l’Institut Pasteur ont mis au point une démarche originale pour concevoir à partir d'observations cliniques chez l'homme un candidat vaccin contre le paludisme. Ils ont recherché, au sein de populations infectées par le paludisme, quels étaient les antigènes déclenchant des réponses immunitaires capables d’éliminer le parasite Plasmodium falciparum. Dans un essai clinique de phase I, ils ont montré que les anticorps protecteurs induits par la vaccination étaient très efficaces : égaux voire supérieurs à ceux observés chez les individus naturellement protégés vivant en zone d'endémie, et de longue durée. Ces résultats laissent espérer qu'il sera bientôt possible de développer enfin un vaccin efficace contre cette terrible maladie.

    Source: source

  • Mise en évidence du mécanisme d'action antipaludique d'une plante asiatique

  • [2005-09-07] - Des chercheurs français du CNRS et de l'Inserm (1) à Toulouse ont mis en évidence le mécanisme d'action de l'artémisinine, une molécule extraite d'une variété d'armoise (2), plante asiatique très active dans la lutte contre le paludisme. Dans un article publié en ligne dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences of USA (PNAS), ils expliquent comment cette molécule peut tuer le parasite. Ces résultats ouvrent la voie à la création de nouveaux médicaments antipaludiques efficaces.

    Source: source

  • Choléra : comment un parasite rend une bactérie pathogène ?

  • [2005-09-06] - Le vibrion cholérique, la bactérie responsable du choléra, est rendu pathogène par un de ses parasites, le virus CTX. Ce virus rend le vibrion capable de produire une toxine qui provoque les diarrhées mortelles du choléra. Des chercheurs du CNRS et de l'Institut Pasteur viennent de montrer, dans un travail publié dans Molecular Cell, quelle méthode astucieuse a adopté le bactériophage CTX pour se propager avec une grande efficacité au sein des bactéries responsables du choléra. Cette découverte ouvre des perspectives pour le développement de nouveaux outils thérapeutiques.

    Source: source

  • Cholera : comment un parasite rend une bactérie pathogène ?

  • [2005-09-06] - Le vibrion cholérique, la bactérie responsable du choléra, est rendu pathogène par un de ses parasites, le virus CTX. Ce virus rend le vibrion capable de produire une toxine qui provoque les diarrhées mortelles du choléra. Des chercheurs du CNRS et de l’Institut Pasteur viennent de montrer, dans un travail publié dans Molecular Cell, quelle méthode astucieuse a adopté le bactériophage CTX pour se propager avec une grande efficacité au sein des bactéries responsables du choléra. Cette découverte ouvre des perspectives pour le développement de nouveaux outils thérapeutiques.

    Source: source

  • De l'origine de la lèpre: La génomique au service de l'histoire d'une maladie millénaire

  • [2005-05-13] - Des chercheurs de l'Institut Pasteur viennent de publier dans la revue Science les résultats d'une étude retraçant la dissémination de la lèpre à travers le monde au cours des siècles. Le bacille responsable de la maladie, Mycobacterium leprae, étant pour diverses raisons incultivable en laboratoire, cette équipe de recherche a fait appel à la technique de génomique comparative pour démontrer qu'un seul clone du bacille est en réalité responsable de la pandémie. Il semblerait que la lèpre soit originaire de l'Afrique de l'Est ou du Proche-Orient, et qu'elle se serait propagée au gré des migrations humaines successives qui sont intervenues au cours de l'histoire.

    Source: source

  • Dengue : nous ne sommes pas égaux face à la maladie

  • [2005-04-25] - 25/04/05 - La dengue, maladie virale qui sévit dans les zones tropicales, est transmise par des moustiques. Elle touche 60 à 100 millions de personnes chaque année dans le monde. L'analyse génétique d'une grande cohorte de sujets hospitalisés pour cette maladie, en Thaïlande, a permis à des chercheurs de l'Institut Pasteur associés à ceux de l'Inserm de mettre en évidence le rôle d'un variant génétique chez les personnes atteintes de formes graves de dengue. Ces travaux, publiés dans Nature Genetics, montrent l'importance de la molécule DC-SIGN, un co-récepteur du virus de la dengue, dans la pathogenèse de cette maladie. Ils conduisent à revoir les hypothèses actuelles quant au déterminisme des formes graves de dengue et pourraient avoir des conséquences importantes pour le développement de stratégies préventives et thérapeutiques contre cette maladie. Le variant génétique identifié pourrait également être impliqué dans la sensibilité à d'autres infections faisant intervenir la molécule DC-SIGN. Existe-t-il des facteurs génétiques prédisposant au risque d'infection par les virus de la dengue ou à l'évolution vers les formes graves de la maladie ?

    Source:

  • Dengue : nous ne sommes pas égaux face à la maladie

  • [2005-04-25] - La dengue, maladie virale qui sévit dans les zones tropicales, est transmise par des moustiques. Elle touche 60 à 100 millions de personnes chaque année dans le monde. L'analyse génétique d'une grande cohorte de sujets hospitalisés pour cette maladie, en Thaïlande, a permis à des chercheurs de l'Institut Pasteur associés à ceux de l'Inserm de mettre en évidence le rôle d'un variant génétique chez les personnes atteintes de formes graves de dengue. Ces travaux, publiés dans Nature Genetics, montrent l'importance de la molécule DC-SIGN, un co-récepteur du virus de la dengue, dans la pathogenèse de cette maladie.

    Source: source

    1 - 2 - 3 - 4