Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > HANTRUX 70 mg, comprimé pelliculé
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

HANTRUX 70 mg, comprimé pelliculé


Publicité
Indications thérapeutiques

Traitement de l’ostéoporose post-ménopausique.
L’alendronate réduit le risque de fractures vertébrales et de la hanche.


Contre-indications

· Anomalies de l'œsophage et autres facteurs retardant le transit œsophagien, tels que sténose ou achalasie.
· Incapacité à rester debout ou assis droit pendant au moins 30 minutes.
· Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients.
· Hypocalcémie.
(Voir également rubrique 4.4)


Précautions d'emploi

L'alendronate peut causer une irritation locale de la muqueuse gastro-intestinale haute. En raison du potentiel d'aggravation de la pathologie sous-jacente, la prudence est recommandée en cas d'administration d'alendronate chez les patientes présentant des troubles gastro-intestinaux hauts en évolution, tels que dysphagie, lésions œsophagiennes, gastrite, duodénite, ulcères, ou des antécédents récents (au cours de l'année précédente) de pathologie gastro-intestinale majeure telle que ulcère gastroduodénal ou une hémorragie gastro-intestinale évolutive, ou encore une intervention chirurgicale sur le tractus gastro-intestinal supérieur autre qu'une pyloroplastie (voir rubrique 4.3).
Des réactions œsophagiennes (parfois sévères et nécessitant l’hospitalisation), telles qu'œsophagites, ulcères de l'œsophage et érosions œsophagiennes, suivies dans de rares cas d'une sténose de l'œsophage, ont été rapportées chez des patientes recevant de l’alendronate. Les médecins doivent donc rester vigilants en cas de signe ou symptôme indiquant une possible réaction œsophagienne et il doit être ordonné aux patientes d'interrompre la prise d’alendronate et de consulter un médecin en cas d'apparition de symptômes d’irritation œsophagienne tels qu’une dysphagie, douleur à la déglutition ou douleur rétrosternale, apparition ou aggravation de brûlures d'estomac.
Le risque d'événements indésirables sévères au niveau de l'œsophage apparaît plus important chez les patientes qui ne prennent pas l'alendronate correctement et/ou qui continuent à prendre de l’alendronate après l'apparition de symptômes indicateurs d'une irritation œsophagienne. Il est très important que des instructions posologiques complètes soient fournies au patient et qu'elles soient bien comprises par celle-ci (voir rubrique 4.2.). Les patientes doivent être informées qu'elles encourent une augmentation du risque de problème œsophagien en cas de non-respect de ces instructions.
Bien qu’aucun risque accru n’ait été observé dans le cadre d'études cliniques importantes, des ulcères gastriques et duodénaux ont été rapportés dans de rares cas (après la mise sur le marché), dont certains sévères et avec complications. Une relation de causalité ne peut être écartée.
Une ostéonécrose de la mâchoire, généralement associée à une extraction dentaire et/ou une infection locale (y compris une ostéomyélite), a été rapportée chez des patients cancéreux recevant un traitement par des bisphosphonates principalement administrés par voie intraveineuse. Un grand nombre de ces patients recevait aussi une chimiothérapie et des corticoïdes. Une ostéonécrose de la mâchoire a également été rapportée chez des patients traités pour ostéoporose recevant des bisphosphonates par voie orale.
Un examen dentaire avec soins dentaires préventifs appropriés doit être envisagé avant un traitement par bisphosphonates chez les patients ayant des facteurs de risques concomitants (par exemple : cancer, chimiothérapie, radiothérapie, corticoïdes, mauvaise hygiène buccodentaire).
Pendant le traitement, ces patients doivent éviter, si possible, les interventions dentaires invasives. La chirurgie dentaire peut aggraver l’état des patients développant une ostéonécrose de la mâchoire pendant un traitement par bisphosphonate. Pour les patients nécessitant une intervention dentaire, il n’y a pas de données disponibles suggérant qu’une interruption du traitement par bisphosphonate réduise le risque d’ostéonécrose de la mâchoire.
Le jugement clinique du médecin traitant doit guider la conduite à tenir pour chaque patient basée sur l’évaluation du rapport bénéfice/risque individuel.
Des douleurs osseuses, articulaires et/ou musculaires ont été rapportées chez les patientes prenant des bisphosphonates. Dans le cadre d'une utilisation postérieure à la mise sur le marché, ces symptômes ont rarement été sévères et/ou invalidants (voir rubrique 4.8). Le délai d'apparition des symptômes a varié d'une journée à plusieurs mois après le début du traitement. Ces symptômes ont disparu chez la plupart des patients après l'interruption du traitement. Ils sont réapparus chez un sous-groupe après réintroduction du même médicament ou d'un autre bisphosphonate.
Il doit être ordonné aux patientes, en cas d'oubli d'une dose d’Hantrux, d'en prendre un comprimé le matin suivant la prise de conscience de leur oubli. Elles ne doivent pas prendre deux comprimés le même jour et doivent reprendre un rythme d'un comprimé par semaine, comme prévu à l'origine le jour de leur choix.
L’alendronate n'est pas recommandé chez les patientes présentant une insuffisance rénale où la FG est inférieure à 35 ml/min (voir rubrique 4.2).
Les causes d’ostéoporose autres que la carence ostrogénique et le vieillissement doivent être considérées.
L'hypocalcémie doit être corrigée avant d'entamer le traitement par l'alendronate (voir rubrique 4.3). Les autres troubles du métabolisme minéral (tels que la carence en vitamine D et l'hypoparathyroïdie) doivent également faire l'objet d'un traitement efficace. Chez les patientes présentant ces pathologies, la concentration sérique en calcium et les symptômes d'hypocalcémie doivent être surveillés durant le traitement par Hantrux.
En raison des effets positifs de l'alendronate sur la minéralisation accrue de la substance osseuse, des baisses des concentrations sériques de calcium et de phosphate peuvent se produire. Celles-ci sont généralement légères et asymptomatiques. Toutefois, une hypocalcémie symptomatique a été rapportée dans de rares cas, qui ont parfois été sévères et sont souvent apparus chez des patients présentant des facteurs de prédisposition (ex. hypoparathyroïdie, carence en vitamine D et malabsorption du calcium).
Il est particulièrement important de veiller à un apport suffisant en calcium et vitamine D chez les patientes recevant des corticoïdes.


Grossesse

Utilisation durant la grossesse
Il n'existe pas de données suffisamment pertinentes concernant l'utilisation d'acide alendronique chez la femme enceinte. Les études chez l'animal n'ont pas montré d'effets délétères directs sur la gestation, le développement embryonnaire/fœtal ou le développement postnatal. Chez le rat, l'acide alendronique administré durant la gestation a entraîné une dystocie liée à une hypocalcémie (voir rubrique 5.3). En raison de son indication, l'acide alendronique ne doit pas être utilisé durant la grossesse.
Utilisation en période d’allaitement
On ne sait pas si l'acide alendronique est excrété dans le lait maternel. En raison de son indication, l'acide alendronique ne doit pas être utilisé chez la femme allaitant.


Effets indésirables

Dans le cadre d'une étude d'un an chez des femmes ménopausées atteintes d'ostéoporose, les profils de sécurité globale de l'acide alendronique 70 mg/semaine (n = 519) et de l'alendronate 10 mg/jour (n = 370) ont été similaires.
Dans le cadre de deux études de trois ans réalisées selon un plan quasiment identique chez des femmes ménopausées (alendronate 10 mg : n=196, placebo : n=397), les profils de sécurité globale de l'alendronate 10 mg/jour et d'un placebo ont été similaires.
Les événements indésirables rapportés par les investigateurs comme étant éventuellement, probablement ou indubitablement liés au médicament sont présentés ci-dessous s'ils sont apparus chez ³ 1 % d'un des groupes traités dans l'étude d'un an, ou chez ³ 1 % des patientes traitées par l'alendronate 10 mg/jour et selon une incidence supérieure à celle des patientes recevant un placebo dans les études de trois ans :

style='border-collapse:collapse;border:none'>







































































































































Etude d'un an

Etude de trois ans

Acide alendronique 70 mg (n=519)

Alendronate 10 mg/jour (n=370)

Alendronate 10 mg/jour (n=196)

Placebo (n=397)



%

%

%

%

Gastro-intestinal

douleur abdominale

3,7

3,0

6,6

4,8

dyspepsie

2,7

2,2

3,6

3,5

régurgitation acide

1,9

2,4

2,0

4,3

nausée

1,9

2,4

3,6

4,0

ballonnement abdominal

1,0

1,4

1,0

0,8

constipation

0,8

1,6

3,1

1,8

diarrhée

0,6

0,5

3,1

1,8

dysphagie

0,4

0,5

1,0

0,0

flatulence

0,4

1,6

2,6

0,5

gastrite

0,2

1,1

0,5

1,3

ulcère gastrique

0,0

1,1

0,0

0,0

ulcère œsophagien

0,0

0,0

1,5

0,0

Musculosquelettique

douleur musculo-squelettique (os, muscle ou articulation)

2,9

3,2

4,1

2,5

crampe musculaire

0,2

1,1

0,0

1,0

Neurologique

céphalée

0,4

0,3

2,6

1,5


Les événements indésirables suivants ont également été rapportés au cours des études cliniques et/ou après la mise sur le marché :
Fréquent (≥ 1/100, < 1/10), peu fréquent (≥ 1/1000, < 1/100), rare (≥ 1/10 000, < 1/1000), très rare (< 1/10 000 y compris cas isolés).
Affections du système immunitaire
Rare : réactions d'hypersensibilité dont urticaire et angio-œdème ;
Trouble du métabolisme et de la nutrition
Rare : hypocalcémie symptomatique, souvent accompagnée de facteurs de prédisposition (voir rubrique 4.4).
Affections du système nerveux
Fréquent : céphalée.
Affections oculaires
Rare : uvéite, sclérite, épisclérite
Affections gastro-intestinales
Fréquent : douleur abdominale, dyspepsie, constipation, diarrhée, flatulence, ulcère de l'œsophage*, dysphagie*, ballonnement abdominal, régurgitation acide.
Peu fréquent : nausée, vomissement, gastrite, œsophagite*, érosions œsophagiennes*, mélaena.
Rare : sténose de l'œsophage*, ulcération oropharyngée*, perforation, ulcères et hémorragie gastro-intestinale haute (voir rubrique 4.4).
* Voir rubriques 4.2 et 4.4.
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
Peu fréquent : rash, prurit, érythème.
Rare : rash avec photosensibilité.
Très rare et cas isolés : cas isolés de réactions cutanées sévères dont syndrome de Stevens-Johnson et érythrodermie bulleuse avec épidermolyse.
Affections osseuses, musculo-squelettiques et systémiques
Fréquent : douleur musculo-squelettique (os, muscle ou articulation).
Rare : une ostéonécrose de la mâchoire a été rapportée chez des patients traités par bisphosphonates. La majorité des cas signalés concernent des patients cancéreux, mais certains cas ont également été rapportés chez des patients traités pour ostéoporose. L’ostéonécrose de la mâchoire est généralement associée l'extraction d'une dent et/ou une infection locale (dont l'ostéomyélite). Un diagnostic de cancer, la chimiothérapie, la radiothérapie, les corticoïdes et une mauvaise hygiène buccale sont également considérés comme des facteurs de risque.
De sévères douleurs musculo-squelettiques (os, muscle ou articulation) constituent un autre effet indésirable pouvant apparaître dans de rares cas (voir rubrique 4.4).
Troubles généraux et anomalies au site d'administration
Rare : symptômes transitoires similaires à des réactions de phase aiguë (myalgie, malaise, ainsi que fièvre dans de rares cas), généralement en association au début du traitement.
Résultats des examens biologiques
Lors des études cliniques, des baisses asymptomatiques, légères et transitoires des concentrations sériques de calcium et de phosphate ont été observées chez environ 18 et 10 % respectivement des patientes prenant de l'alendronate à 10 mg/jour par rapport à environ 12 et 3 % de celles prenant un placebo. Toutefois, les taux d'incidence de baisse des concentrations sériques de calcium à un niveau < 8,0 mg/dl (2,0 mmol/l) et de phosphate à un niveau < 2,0 mg/dl (0,65 mmol/l) ont été similaires dans les deux groupes traités.


Effets sur la conduite

Aucun effet sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'a été observé.



0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité