Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Mdicaments > GENOTONORM 5,3 mg/1 ml avec conservateur, poudre et solvant pour solution injectable en cartouche
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues mdicales de rfrence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

GENOTONORM 5,3 mg/1 ml avec conservateur, poudre et solvant pour solution injectable en cartouche


Publicit
Indications thérapeutiques

Chez l'enfant
Retard de croissance li un dficit somatotrope.
Retard de croissance li un syndrome de Turner.
Retard de croissance li une insuffisance rnale chronique.
Retard de croissance (taille actuelle < -2,5 DS et taille parentale ajuste < -1 DS) chez les enfants ns petits pour l'ge gestationnel avec un poids et/ou une taille de naissance < -2 DS, n'ayant pas rattrap leur retard de croissance (vitesse de croissance < 0 DS au cours de la dernire anne) l'ge de 4 ans ou plus.
Syndrome de Prader-Willi (SPW), afin d'amliorer la croissance et la composition corporelle. Le diagnostic de SPW doit tre confirm par le test gntique appropri.
Chez l'adulte
Traitement substitutif chez les adultes prsentant un dficit somatotrope svre.
Les patients prsentant un dficit somatotrope svre acquis l'ge adulte sont dfinis comme ceux ayant une pathologie hypothalamo-hypophysaire connue et au moins un autre dficit hormonal hypophysaire, except la prolactine. Un seul test dynamique sera pratiqu afin de diagnostiquer ou d'exclure un dficit en hormone de croissance.
Chez les patients prsentant un dficit somatotrope acquis dans l'enfance (sans antcdent de pathologie hypothalamo-hypophysaire, ni d'irradiation encphalique) deux tests dynamiques doivent tre pratiqus, sauf en cas de taux bas d'IGF-I (< - 2 DS) ce qui peut tre considr comme un test. Les valeurs limites des tests dynamiques doivent tre strictement dfinies.


Contre-indications

GENOTONORM ne doit pas tre utilis en cas de tumeur en activit et tout traitement antitumoral devra tre termin avant de commencer le traitement.
GENOTONORM ne doit pas tre utilis pour amliorer la croissance des enfants dont les piphyses sont soudes.
Les patients prsentant un tat critique aigu, souffrant de complications secondaires une intervention chirurgicale cur ouvert, une intervention chirurgicale abdominale, un polytraumatisme, une insuffisance respiratoire aigu ou une situation similaire ne doivent pas tre traits par GENOTONORM (pour les patients recevant un traitement de substitution, se reporter 4.4 Mises en garde spciales et prcautions particulires d'emploi).
Hypersensibilit au principe actif ou lun des excipients.


Précautions d'emploi

Le diagnostic et le traitement par GENOTONORM doivent tre raliss et suivis par un mdecin spcialis et expriment dans le diagnostic et la prise en charge des patients dans les indications thrapeutiques.
L'apparition d'une myosite constitue un effet secondaire trs rare qui peut tre li la prsence du conservateur mtacrsol. En cas de myalgie ou de douleur exagre au niveau du site d'injection une myosite doit tre suspecte et si elle est confirme, une spcialit GENOTONORM ne contenant pas de mtacrsol doit tre utilise.
La somatropine peut induire une insulino-rsistance ainsi qu'une hyperglycmie chez certains patients. En consquence, une intolrance au glucose devra tre recherche. Dans de rares cas, le diagnostic de diabte de type 2 a pu tre tabli la suite d'un traitement par somatropine. Toutefois, des facteurs de risque tels qu'une obsit (y compris celle observe chez les patients prsentant un syndrome de Prader-Willi), des antcdents familiaux, une corticothrapie ou une intolrance au glucose pr-existante taient prsents, dans la majorit des cas, lors de la survenue de cet effet indsirable. En cas de diabte pr-existant, on pourra tre amen modifier le traitement antidiabtique en dbut de traitement par la somatropine.
Au cours d'un traitement par la somatropine une augmentation de la conversion de T4 en T3 a t observe ce qui entrane une diminution de la concentration srique en T4 et une augmentation de la concentration srique en T3. En gnral, les taux priphriques d'hormones thyrodiennes restent dans les fourchettes de rfrence des sujets sains. Les effets de la somatropine sur le taux d'hormones thyrodiennes peuvent avoir une consquence clinique chez les patients atteints d'une hypothyrodie infraclinique centrale chez qui une hypothyrodie peut en thorie se dvelopper. Inversement, chez les patients recevant un traitement substitutif par la thyroxine, une hyperthyrodie modre peut apparatre. Il est donc particulirement conseill de contrler la fonction thyrodienne aprs la mise en place d'un traitement par la somatropine et aprs ajustement de la posologie.
En cas de dficit somatotrope secondaire un traitement antitumoral, il est recommand de surveiller les signes ventuels de rcidive du processus tumoral.
Chez les patients prsentant des troubles endocriniens y compris ceux relatifs un dficit en hormone de croissance, la survenue d'une piphysiolyse de la hanche peut tre plus frquente que dans la population gnrale. Tout enfant prsentant une claudication au cours du traitement par la somatropine devra tre examin.
En cas de cphales svres ou rptes, de troubles visuels, de nauses et/ou de vomissements, il est recommand d'effectuer un fond d'il afin de dpister un ventuel dme papillaire. Si celui-ci est confirm, un diagnostic d'hypertension intracrnienne bnigne devra tre considr et s'il y a lieu, le traitement par la somatropine devra tre interrompu. L'tat actuel des connaissances ne permet pas de recommander la poursuite du traitement par l'hormone de croissance chez des patients ayant une hypertension intracrnienne rsolue. Cependant, l'exprience clinique a montr que la r-introduction du traitement tait souvent possible sans rcurrence de l'hypertension intracrnienne. Si le traitement par l'hormone de croissance est r-instaur, une surveillance attentive de la survenue de symptmes d'hypertension intracrnienne est ncessaire.
Chez les patients gs de plus de 80 ans, lexprience est limite. Les patients gs peuvent tre plus sensibles laction de GENOTONORM, et peuvent donc tre plus sujets lapparition deffets indsirables.
Chez les patients prsentant un syndrome de Prader-Willi, le traitement devra toujours tre associ un rgime hypocalorique.
Des cas de dcs associs l'utilisation de l'hormone de croissance ont t rapports chez des enfants atteints d'un syndrome de Prader-Willi et qui prsentaient un ou plusieurs des facteurs de risque suivants : obsit svre (c'est--dire les enfants dont le rapport poids/taille excde 200%), antcdents d'insuffisance respiratoire ou d'apne du sommeil, ou infection respiratoire non spcifie. Les patients avec un ou plusieurs de ces facteurs pourraient prsenter un risque accru.
Avant de dbuter le traitement par la somatropine chez les patients atteints d'un syndrome de Prader-Willi, une recherche des signes d'obstruction des voies ariennes suprieures, d'apne du sommeil ou d'infection respiratoire devra tre effectue.
Si lors de la recherche d'obstruction des voies ariennes suprieures, des anomalies sont observes, alors les enfants devront tre orients vers un spcialiste ORL pour le traitement et l'radication des troubles respiratoires avant d'initier le traitement par l'hormone de croissance.
La recherche d'apne du sommeil devra tre effectue avant l'instauration du traitement par l'hormone de croissance par des mthodes reconnues telles que la polysomnographie ou l'oxymtrie durant la nuit, et surveille si celle-ci est suspecte.
Si lors du traitement par l'hormone de croissance, les patients prsentent des signes d'obstruction des voies ariennes suprieures (incluant la survenue ou l'aggravation d'un ronflement), le traitement devra tre interrompu, et un nouvel examen ORL devra tre ralis.
Tous les patients atteints d'un syndrome de Prader-Willi devront tre suivis si une apne du sommeil est suspecte.
Les patients devront tre suivis pour les signes d'infections respiratoires, qui devront tre diagnostiqus aussi prcocement que possible et traits efficacement.
Tous les patients atteints d'un syndrome de Prader-Willi devront galement faire l'objet d'un contrle pondral efficace avant et pendant le traitement par l'hormone de croissance.
Une scoliose est frquemment observe chez les patients prsentant un syndrome de Prader-Willi. Chez tous les enfants, la scoliose est susceptible d'voluer lors d'une croissance rapide. Les signes de scoliose devront tre recherchs au cours du traitement. Toutefois, il n'a pas t mis en vidence d'augmentation de l'incidence ou de la svrit de la scoliose au cours du traitement par l'hormone de croissance.
L'exprience d'un traitement au long cours par l'hormone de croissance chez l'adulte et les patients prsentant un syndrome de Prader-Willi est limite.
Chez les enfants ns petits pour l'ge gestationnel, les autres causes ou traitements pouvant expliquer un retard de croissance doivent tre exclus avant de commencer le traitement.
Chez les enfants ns petits pour l'ge gestationnel, il est recommand de mesurer l'insulinmie et la glycmie jeun avant de commencer le traitement puis annuellement. Chez les patients ayant un risque accru de diabte (antcdents familiaux de diabte, obsit, insulino-rsistance svre, acanthosis nigricans), un test d'hyperglycmie provoqu par voie orale doit tre ralis. Si un diabte clinique apparat, l'hormone de croissance ne devra pas tre administre.
Chez les enfants ns petits pour l'ge gestationnel, il est recommand de mesurer le taux d'IGF-I avant d'initier le traitement, et par la suite 2 fois par an. Si sur des mesures rptes, les taux d'IGF-I sont suprieurs +2 DS compars aux valeurs standard pour l'ge et le stade pubertaire, le ratio IGF-I/IGFBP-3 devrait tre pris en considration pour l'ajustement de la dose.
L'exprience en ce qui concerne l'initiation du traitement juste avant la pubert chez les enfants ns petits pour l'ge gestationnel est limite. Par consquent, il n'est pas recommand d'initier le traitement juste avant la pubert.
L'exprience chez les patients atteints du syndrome de Silver-Russel est limite.
Une partie du gain de taille chez les enfants ns petits pour l'ge gestationnel traits par l'hormone de croissance pourrait disparatre si le traitement est arrt avant que la taille finale ne soit atteinte.
Dans le cas d'une insuffisance rnale chronique, la fonction rnale devra tre diminue de 50 % par rapport la normale. Afin de confirmer le retard de croissance, la croissance aura d tre suivie au pralable pendant 1 an avant de mettre en route le traitement. Au cours de cette priode, un traitement de l'insuffisance rnale chronique (incluant le contrle de l'acidose, de l'hyperparathyrodie et de l'tat nutritionnel) devra avoir t instaur et devra tre maintenu pendant la dure du traitement.
Le traitement devra tre interrompu en cas de transplantation rnale.
Il n'existe pas ce jour, de donnes disponibles sur la taille dfinitive des patients atteints d'insuffisance rnale chronique traits par GENOTONORM.
Les effets de GENOTONORM sur l'volution d'un tat critique ont t tudis dans deux tudes contrles versus placebo chez 522 patients adultes prsentant des complications secondaires une intervention chirurgicale cur ouvert, une intervention chirurgicale abdominale, un polytraumatisme ou une insuffisance respiratoire aigu. La mortalit tait plus leve chez les patients traits par 5,3 ou 8 mg de GENOTONORM par jour par rapport aux patients recevant le placebo, soit 42 % contre 19 %. Compte tenu de ces rsultats, ces patients ne devront pas tre traits par GENOTONORM. Etant donn l'absence d'information disponible sur la scurit d'un traitement substitutif par l'hormone de croissance chez les patients prsentant un tat critique aigu, les bnfices de la poursuite du traitement dans cette situation doivent tre mis en balance avec les risques potentiels. Chez tous les patients qui dveloppent un tat critique aigu autre ou similaire, le bnfice possible d'un traitement par GENOTONORM doit tre mis en balance avec le risque potentiel.


Grossesse

Il n'y a pas d'exprience clinique du traitement chez la femme enceinte. Les donnes exprimentales sont incompltes chez l'animal. Le traitement par GENOTONORM devra tre interrompu en cas de grossesse.
Lors d'une grossesse normale les taux d'hormone de croissance hypophysaire diminuent de faon importante aprs 20 semaines de gestation, ceux-ci tant remplacs presque entirement par l'hormone de croissance placentaire environ 30 semaines.
En consquence, une substitution par la somatropine ne devrait pas tre ncessaire en cas de carence en hormone de croissance chez la femme dans le troisime trimestre de la grossesse.
On ne sait si la somatropine passe dans le lait maternel ; cependant, l'absorption gastro-intestinale de la protine chez l'enfant est trs improbable.


Effets indésirables

Une diminution du volume extracellulaire est observe chez les patients atteints dun dficit en hormone de croissance. Lorsquun traitement par la somatropine est initi, cette diminution est rapidement corrige. Les effets indsirables lis la rtention hydrique, tels que dme priphrique, rigidit des extrmits, arthralgies, myalgies, paresthsies sont frquents chez les patients adultes. En gnral, ces effets indsirables sont peu svres modrs, ils surviennent dans les premiers mois du traitement et diminuent spontanment ou aprs une diminution de dose.
La frquence de ces effets indsirables est lie la dose administre et lge des patients ; elle peut tre inversement lie lge des patients lors de lapparition du dficit en hormone de croissance. Chez les enfants de tels effets indsirables ne sont pas frquents.
Des ractions cutanes transitoires au point dinjection chez les enfants sont frquentes.
De rares cas de diabte de type 2 ont t rapports.
De rares cas dhypertension intracrnienne bnigne ont t rapports.
Le syndrome du canal carpien est un effet peu frquent chez l'adulte.
Chez environ 1 % des patients la somatropine a entran la formation danticorps. La capacit de liaison de ces anticorps est faible et aucune modification clinique na t associe leur prsence.

style='border-collapse:collapse;border:none'>


































































Frquent

Peu Frquent

Rare

Trs rare



(>1/100, <1/10)

(>1/1000, <1/100)

(>1/10 000, <1/1000)

(<1/10000)

Noplasmes, bnins et malins







Leucmies

Dsordres du systme immunitaire

Formation d'anticorps







Troubles endocriniens





Diabte de type 2



Troubles du systme nerveux

Paresthsies chez l'adulte

Syndrome du canal carpien chez l'adulte ; paresthsies chez l'enfant.

Hypertension intracrnienne bnigne



Affections de la peau et des tissus sous-cutans

Ractions cutanes locales transitoires chez l'enfant







Affections des muscles squelettiques, des tissus conjonctifs et des os

Rigidit des extrmits, arthralgies, myalgies chez l'adulte

Rigidit des extrmits, arthralgies ; myalgies chez l'enfant





Manifestations gnrales et manifestations au point d'injection

Oedmes priphriques chez l'adulte

Oedmes priphriques chez l'enfant






Une diminution des taux de cortisol srique a t rapporte avec la somatropine ; cette diminution peut tre lie la modification des protines de transport ou une augmentation de la clairance hpatique. Il est possible que la signification clinique de ces observations soit limite. Toutefois, la corticothrapie de substitution devra tre optimise avant dinstaurer le traitement par GENOTONORM.
De trs rares cas de leucmies ont t rapports chez les enfants atteints dun dficit en hormone de croissance et traits par la somatropine ; cependant la frquence semble similaire celle retrouve chez les enfants ne prsentant pas de dficit en hormone de croissance.
Lors de la surveillance aprs commercialisation, de rares cas de mort subite ont t rapports chez les patients prsentant un syndrome de Prader-Willi et traits par la somatropine, bien que la relation de causalit nait pas t dmontre.


Effets sur la conduite

La somatropine n'a aucune influence sur l'aptitude conduire des vhicules et utiliser des machines.



0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicit