Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Mdicaments > MORPHINE (CHLORHYDRATE) AGUETTANT 1 mg/ml, solution injectable
Médicaments
Mon Compte




Publicité

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité

MORPHINE (CHLORHYDRATE) AGUETTANT 1 mg/ml, solution injectable


Publicit
Indications thérapeutiques

Douleurs intenses et/ou rebelles aux antalgiques de niveau plus faible. Cette prsentation est rserve l'administration par voie pridurale.


Contre-indications

Ce mdicament ne doit jamais tre utilis dans les cas suivants :
hypersensibilit la morphine ou aux autres constituants,
insuffisance respiratoire dcompense (en l'absence de ventilation artificielle),
insuffisance hpatocellulaire svre (avec encphalopathie),
en aigu : traumatisme crnien et hypertension intracrnienne en l'absence de ventilation contrle,
pilepsie non contrle,
associations avec la buprnorphine, la nalbuphine et la pentazocine (voir rubrique 4.5),
allaitement, en cas dinstauration ou de poursuite aprs la naissance dun traitement au long cours.
Contre-indications lies la voie pridurale :
trouble de l'hmostase au moment de la ralisation de l'acte,
infections locales cutanes, rgionales ou gnrales, en volution,
hypertension intracrnienne volutive.


Précautions d'emploi

Mises en garde
Cette prsentation est rserve l'administration par voie pridurale.
Dans le contexte du traitement de la douleur, l'augmentation des doses, mme si celles-ci sont leves, ne relve pas le plus souvent d'un processus d'accoutumance.
Une demande pressante et ritre ncessite de rvaluer frquemment l'tat du patient. Elle tmoigne le plus souvent d'un authentique besoin en analgsique, ne pas confondre avec un comportement addictif.
La morphine est un stupfiant pouvant donner lieu, en dehors de son utilisation dans le traitement de la douleur, une utilisation dtourne (msusage) : dpendance physique et psychique peuvent alors s'observer, ainsi qu'une tolrance (accoutumance) se dveloppant la suite d'administrations rptes.
Des antcdents de toxicomanie ne contre-indiquent toutefois pas la prescription de morphine si celle-ci apparat indispensable au traitement de la douleur.
En fonction de la dure du traitement, de la dose administre et de l'volution de la douleur, l'arrt de la morphine pourra tre ralis de manire progressive pour viter un syndrome de sevrage. Le syndrome de sevrage est caractris par les symptmes suivants : anxit, irritabilit, frissons, mydriase, bouffes de chaleur, sudation, larmoiement, rhinorrhe, nause, vomissements, crampes abdominales, diarrhes, arthralgies.
L'utilisation de morphine injectable doit s'accompagner d'une surveillance de l'intensit de la douleur, de la vigilance et de la fonction respiratoire, de manire d'autant plus rapproche qu'il s'agit d'une douleur aigu, que l'instauration du traitement est rcente et que la voie est centrale. La somnolence constitue un signe d'appel de dcompensation respiratoire.
Prcautions particulires demploi
La morphine doit tre utilise avec prcaution dans les cas suivants :
Hypovolmie:
En cas d'hypovolmie, la morphine peut induire un collapsus. L'hypovolmie sera donc corrige avant l'administration de morphine.
Insuffisance rnale :
L'limination rnale de la morphine, sous la forme d'un mtabolite actif, impose de dbuter le traitement posologie rduite, en adaptant par la suite, comme chez tout patient, les doses ou la frquence d'administration l'tat clinique.
Lorsque l'tiologie de la douleur est traite simultanment :
Il convient alors d'adapter les doses de morphine aux rsultats du traitement appliqu.
Chez l'insuffisant respiratoire non dcompens :
La frquence respiratoire sera surveille attentivement. La somnolence constitue un signe d'appel d'une dcompensation.
Il importe de diminuer les doses de morphine lorsque d'autres traitements antalgiques d'action centrale sont prescrits simultanment, car cela favorise l'apparition brutale d'une insuffisance respiratoire.
Chez l'insuffisant hpatique :
L'administration de morphine doit tre prudente et accompagne d'une surveillance clinique.
Chez les personnes ges et trs ges:
Leur sensibilit particulire aux effets antalgiques mais aussi aux effets indsirables centraux (confusion) ou digestifs, associe une baisse physiologique de la fonction rnale, doit inciter la prudence, en rduisant notamment la posologie initiale de moiti.
Une pathologie urtro-prostatique ou vsicale, frquente dans cette population, expose au risque de rtention urinaire.
Les co-prescriptions de traitements psychotropes, dpresseurs du SNC ou avec un effet anti-cholinergique augmentent la survenue d'effets indsirables.
Constipation :
Il est impratif de sassurer de labsence de syndrome occlusif avant de mettre en route le traitement. La constipation est un effet indsirable connu de la morphine. Un traitement prventif doit tre systmatiquement prescrit.
Chez le nourrisson, surtout avant trois mois:
Les effets de la morphine sont plus intenses et prolongs par dfaut de maturation de son mtabolisme. Les doses initiales doivent tre rduites. La surveillance se fera en unit de soins intensifs pour le traitement des douleurs aigus. L'instauration d'un traitement chronique doit se faire sous surveillance hospitalire.
Hypertension intracrnienne :
En cas d'augmentation de la pression intracrnienne, l'utilisation de la morphine au cours des douleurs chroniques devra tre prudente.
Troubles mictionnels :
Il existe un risque de dysurie ou de rtention d'urine principalement avec les voies intrathcale et pridurale.
Sportifs :
Lattention des sportifs doit tre attire sur le fait que cette spcialit contient de la morphineet que ce principe actif est inscrit sur la liste des substances dopantes.


Grossesse

Grossesse
Les tudes effectues chez lanimal nont pas mis en vidence un effet tratogne de la morphine.
En clinique, aucun effet malformatif particulier de la morphine nest apparu ce jour. Toutefois, seules des tudes pidmiologiques permettraient de vrifier l'absence de risque.
Des posologies leves, mme en traitement bref juste avant ou pendant laccouchement, sont susceptibles dentraner une dpression respiratoire chez le nouveau-n. Par ailleurs, en fin de grossesse, la prise chronique de morphine par la mre, et cela quelle que soit la dose, peut tre lorigine dun syndrome de sevrage chez le nouveau-n. Dans ces conditions dutilisation, une surveillance nonatale sera envisage.
En consquence, sous rserve de ces prcautions, la morphine peut tre prescrite si besoin au cours de la grossesse.
Allaitement :
une dose unique apparat sans risque pour le nouveau-n,
en cas dadministration rpte sur quelques jours, suspendre momentanment lallaitement,
en cas dinstauration ou de poursuite aprs la naissance dun traitement au long cours, lallaitement est contre-indiqu.


Effets indésirables

Parmi les effets indsirables les plus frquents lors de linitiation du traitement, la somnolence, une confusion, des nauses et vomissements sont rapports. Ils peuvent tre transitoires mais leur persistance doit faire rechercher une cause associe ou un surdosage. La constipation en revanche ne cde pas la poursuite du traitement. Tous ces effets sont prvisibles et ncessitent dtre traits.
On peut galement noter :
sdation, excitation, cauchemars, plus spcialement chez le sujet g, avec ventuellement hallucinations ;
dpression respiratoire avec au maximum apne ;
augmentation de la pression intracrnienne, qu'il convient de traiter dans un premier temps;
dysurie et rtention urinaire en cas d'adnome prostatique ou de stnose urtrale;
prurit et rougeur;
syndrome de sevrage l'arrt brutal de ce mdicament : billements, anxit, irritabilit, insomnie, frissons, mydriase, bouffes de chaleur, sudation, larmoiement, rhinorrhe, nauses, vomissements, anorexie, crampes abdominales, diarrhes, myalgies, arthralgies.
Chez les sujets gs ou insuffisants rnaux, risque exceptionnel dapparition de myoclonies en cas de surdosage ou daugmentation trop rapide des doses.


Effets sur la conduite

En raison de la baisse possible de vigilance induite par ce mdicament, l'attention est attire sur les risques lis la conduite d'un vhicule et l'utilisation d'une machine, principalement l'instauration du traitement et en cas d'association avec d'autres dpresseurs du systme nerveux central.



0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicit