Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > NUROFEN 200 mg, capsule molle
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

NUROFEN 200 mg, capsule molle


Publicité
Indications thérapeutiques

Traitement symptomatique des douleurs légères à modérées telles que maux de tête, douleurs dentaires et règles douloureuses.
Fièvre


Contre-indications

· Hypersensibilité connue à l’ibuprofène ou à tout autre constituant du médicament.
· Antécédent de bronchospasme, d’asthme, de rhinite ou d’urticaire associés à la prise d’aspirine ou d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens.
· Antécédent d’ulcère gastro-duodénal ou ulcère gastro-duodénal en évolution, hémorragie gastro-intestinale.
· Insuffisance hépatique sévère.
· Insuffisance rénale sévère.
· Insuffisance cardiaque sévère non contrôlée.
· Dernier trimestre de la grossesse (cf. Chapitre “Grossesse et Allaitement”).


Précautions d'emploi

La prudence est recommandée chez les patients présentant :
· un lupus érythémateux disséminé ou une connectivite (cf. chapitre “Effets indésirables”),
· des troubles gastro-intestinaux, des maladies intestinales inflammatoires chroniques (rectocolite hémorragique, maladie de Crohn),
· une hypertension artérielle et/ou insuffisance cardiaque,
· une insuffisance rénale,
· une insuffisance hépatique.
· une intolérance héréditaire au fructose.

Un bronchospasme peut se déclencher chez des patients présentant un asthme ou une maladie allergique ou ayant des antécédents d’asthme ou d’allergie.
Le risque de survenue d’effets indésirables chez les personnes âgées est augmenté.
Les effets indésirables peuvent être réduits en utilisant la plus faible dose efficace pendant la période la plus courte possible.
En cas d’administration à long terme de médicaments antalgiques à fortes doses, la survenue de céphalées ne doit pas être traitée avec des doses plus élevées.
L’utilisation régulière d’antalgiques, en particulier l’association d’antalgiques, peut conduire à des lésions rénales persistantes avec un risque d’insuffisance rénale (néphropathie antalgique).


Grossesse

Grossesse
Il n’y a pas de donnée suffisante concernant la sécurité d’emploi de l’ibuprofène dans l’espèce humaine durant la grossesse. Les conséquences de l’inhibition de la synthèse des prostaglandines n’étant pas entièrement connue, il est recommandé de ne pas utiliser l’ibuprofène pendant les six premiers mois de la grossesse.


Au cours du dernier trimestre de la grossesse, ce médicament est contre-indiqué. Par son mode d’action, il peut provoquer une inhibition des contractions utérines, une fermeture prématurée du canal artériel, une hypertension artérielle pulmonaire néo-natale, une augmentation du risque hémorragique chez la mère et l’enfant et une augmentation du risque de formation d’œdèmes chez la mère.
Allaitement
L’ibuprofène et ses métabolites peuvent passer, à très faibles concentrations, dans le lait maternel (0,0008 % de la dose maternelle). Aucun effet nocif n’est connu chez l’enfant, il n’est donc pas nécessaire d’interrompre l’allaitement en cas de traitement de courte durée à la dose recommandée pour des douleurs légères à modérées et/ou de la fièvre.


Effets indésirables

La liste d’effets indésirables figurant ci-dessous concernent les effets observés au cours d’un traitement de courte durée par l’ibuprofène de douleurs légères à modérées et de la fièvre. Dans d’autres indications ou en cas de traitement longue durée, d’autres effets indésirables peuvent se manifester.
Tractus gastro-intestinal
Occasionnellement : troubles digestifs tels que dyspepsie, douleurs abdominales et nausées.
Rarement : diarrhée, ballonnement abdominal, constipation et vomissement.
Très rarement : ulcères gastro-intestinaux, parfois accompagnés de saignements et perforations peuvent survenir.
Système nerveux
Occasionnellement : maux de tête
Reins
Très rarement : diminution de l’excrétion de l’urée et formation d’œdèmes. Une insuffisance rénale peut  aussi apparaître. Des nécroses papillaires surtout en cas d’utilisation au long cours ainsi qu’une augmentation du taux sérique d’urée ont été rapportés.
Foie
Très rarement : troubles hépatiques, surtout en cas de traitement prolongé.
Sang
Très rarement : troubles de l’hématopoïèse (anémie, leucopénie, thrombocytopénie, pancytopénie, agranulocytose). Les premiers signes sont : fièvre, mal de gorge, ulcérations buccales superficielles, symptômes grippaux, fatigue intense, épistaxis et hémorragies cutanées
Peau
Très rarement : peuvent survenir des formes sévères de réactions cutanées comme un érythème polymorphe.


Système immunitaire
Très rarement : chez les patients atteints de maladies auto-immunes (lupus érythémateux disséminé, connectivites), des cas isolés de symptômes de méningite aseptique tels que raideur de la nuque, céphalées, nausées, vomissements, fièvre ou troubles de l’orientation ont été observés, en cas de traitement par l’ibuprofène
Réaction d’hypersensibilité
Occasionnellement : réaction d’hypersensibilité avec urticaire et prurit.
Très rarement :
· réactions d’hypersensibilité graves. Les symptômes peuvent être : oedème de la face, de la langue et du larynx, dyspnée, tachycardie, hypotension et choc anaphylactique.
· exacerbation de l’asthme.


Effets sur la conduite

Pour une utilisation de courte durée de NUROFEN 200 mg, capsule molle, aucune précaution n’est nécessaire.



0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité