Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > CHRONADALATE L.P. 30 mg, comprimé osmotique pelliculé à libération prolongée
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

CHRONADALATE L.P. 30 mg, comprimé osmotique pelliculé à libération prolongée


Publicité
Indications thérapeutiques

· Hypertension artérielle.
· Traitement préventif de l'angor stable, en association avec un traitement bêtabloquant.


Contre-indications

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants:
· hypersensibilité connue à la nifédipine,
· infarctus du myocarde datant de moins de 1 mois,
· angor instable (voir rubrique 4.4),
· choc cardio-vasculaire (voir rubrique 4.4),
· en association avec le diltiazem (voir rubrique 4.5).
Ce médicament est généralement déconseillé pendant la grossesse ou l'allaitement ( voir rubrique 4.6).


Précautions d'emploi

Précautions particulières d'emploi
· Association aux bêtabloquants: chez le coronarien, l'instauration du traitement par CHRONADALATE LP requiert un traitement concomitant par bêta-bloquant à dose efficace. Elle se fera sous surveillance médicale particulière, chez les sujets en insuffisance cardiaque latente (voir rubrique 4.5).
· La prudence est recommandée chez les patients dans des conditions hémodynamiques précaires (hypovolémie, hypotension sévère avec pression systolique inférieure à 90 mmHg, collapsus, dysfonctionnement systolique sévère du ventricule gauche, insuffisance cardiaque cliniquement significative, sténose aortique sévère).
· La nifédipine n'affecte pas la conduction cardiaque. Cependant, par référence aux autres antagonistes calciques, la prudence s'impose en cas de dysfonctionnement sinusal et d'anomalie de la conduction.
· Du fait de son métabolisme hépatique, la nifédipine doit être administrée sous surveillance chez les sujets insuffisants hépatiques. Chez les insuffisants hépatiques sévères, une diminution de la posologie peut être nécessaire.
· En cas de constipation sévère, il est conseillé d'administrer des lubrifiants pour éviter l'aggravation excessive de la constipation.
· Comme avec toute forme comprimé osmotique, la prudence est recommandée chez les patients présentant une sténose gastro-intestinale sévère. Des cas isolés d'obstruction intestinale chez des patients sans antécédent de troubles gastro-intestinaux ont été décrits, principalement du fait de la formation d'un bézoard.
· CHRONADALATE LP ne doit pas être utilisé chez les patients ayant subi une iléostomie après une procto-colectomie. Lors de la réalisation d'examens radiologiques avec des produits de contraste, CHRONADALATE LP peut entraîner des faux positifs (images lacunaires interprétées comme des polypes).


Grossesse

Grossesse
Les études réalisées chez l'animal ont mis en évidence un risque tératogène et fœtotoxique de la nifédipine.
En clinique, aucun effet malformatif ou fœtotoxique n'est apparu à ce jour.
Toutefois, le suivi de grossesses exposées à la nifédipine est insuffisant à ce jour pour pouvoir exclure tout risque.
En conséquence, l'utilisation de la nifédipine est déconseillée pendant la grossesse et chez les femmes en âge de procréer n'utilisant pas de mesure contraceptive. Toutefois, la découverte d'une grossesse sous nifédipine n'en justifie pas l'interruption.
En cas d'exposition au premier trimestre de la grossesse, une surveillance prénatale orientée sur le cœur et le squelette peut être envisagée.
Allaitement
La nifédipine passe dans le lait maternel. En conséquence, par mesure de précaution, il convient d'éviter, si cela est possible, l'administration de ce médicament chez la femme qui allaite.


Effets indésirables

· Troubles généraux:
o Rougeurs du visage accompagnées ou non de céphalées et bouffées de chaleur plutôt en début du traitement.
o Asthénie, œdème périphérique, particulièrement des membres inférieurs.
· Troubles cardio-vasculaires:
o Des douleurs thoraciques voire un angor ont été rarement observés, en particulier chez le coronarien. Elles imposent l'arrêt du traitement.
o Tachycardie et palpitations en début de traitement, dans la prévention de l'angor stable devant faire réévaluer la posologie du traitement par bêtabloquant.
o Vasodilatation, hypotension, hypotension orthostatique.
· Troubles digestifs: Diarrhée, gastralgies, nausées, constipation, dyspepsie, rares cas de bézoard pouvant se manifester par des douleurs abdominales et/ou des vomissements et se compliquer d'obstruction intestinale, rarement œsophagite liée à un reflux œsophagien, exceptionnellement atteintes hépatiques (cholestase intra-hépatique, ictère, augmentation des transaminases). Des atteintes gingivales de type gonflement léger des gencives, gingivite ou hyperplasie gingivale ont été rapportées. Ces atteintes sont le plus souvent régressives à l'arrêt du traitement et nécessitent une hygiène bucco-dentaire soignée.
· Troubles hématologiques: Exceptionnellement: agranulocytose.
· Troubles du métabolisme: Exceptionnellement: hyperglycémie.
· Troubles endocriniens: Exceptionnellement: gynécomastie.
· Troubles de l'appareil locomoteur: Des crampes ont été observées.
· Troubles neurologiques: Paresthésie, tremblements, étourdissements pouvant être liés à l'hypotension, sensations vertigineuses.
· Troubles respiratoires: Dyspnée.
· Troubles cutanés:
o Possibilité de survenue d'allergie et de réactions d'hypersensibilité à type de prurit, urticaire, œdème de Quincke ainsi que des réactions cutanées diverses.
o Exceptionnellement: réaction de photosensibilité, dermatite exfoliative, érythromélalgie.
· Troubles urinaires: Exceptionnellement: polyurie, nycturie.


Effets sur la conduite

Des réactions au médicament, variables d'un individu à l'autre, peuvent altérer la capacité de conduire des véhicules ou l'utilisation des machines. Plus particulièrement au début ou en cas de modification du traitement ainsi qu'en association à l'alcool.



0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité