Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > ALLOPURINOL ALMUS 200 mg, comprimé
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

ALLOPURINOL ALMUS 200 mg, comprimé


Publicité
Indications thérapeutiques

· Traitement des hyperuricémies symptomatiques primitives ou secondaires (hémopathies, néphropathies, hyperuricémie iatrogène),
· traitement de la goutte : goutte tophacée, crise de goutte récidivante, arthropathie uratique même lorsqu'elle s'accompagne d'hyperuraturie, de lithiase urique ou d'insuffisance rénale,
· traitement des hyperuricuries et hyperuraturies,
· traitement et prévention de la lithiase urique,
· prévention des récidives de lithiase calcique chez les patients hyperuricémiques ou hyperuricuriques, en complément des précautions diététiques habituelles, portant notamment sur les rations protidique et calcique.


Contre-indications

Ce médicament est contre indiqué :
· en cas d’hypersensibilité à l'allopurinol ou à l’un des excipients,
· chez l’enfant de moins de 6 ans (contre-indication liée à la forme pharmaceutique),
· en cas d’allaitement.
Ce médicament est généralement déconseillé :
· en association avec la vidarabine,
· en association avec l’azathioprine et la mercaptopurine,
· au cours de la grossesse.


Précautions d'emploi

Non documenté


Grossesse

Grossesse
Les études chez l’animal ont mis en évidence un effet tératogène dans une espèce et à doses élevées.
Il n'existe pas actuellement de données en nombre suffisant pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de l'allopurinol lorsqu'il est administré en cours de grossesse.
Une élévation de l’acide urique est fréquemment observée au cours des toxémies gravidiques mais ne nécessite pas de traitement spécifique.
En conséquence, l'utilisation de l'allopurinol est déconseillée pendant la grossesse. Cet élément ne constitue pas l'argument systématique pour conseiller une interruption de grossesse mais conduit à une attitude de prudence et à une surveillance prénatale orientée.
Allaitement
Ce médicament passe en quantité non négligeable dans le lait maternel, il est donc contre-indiqué en cas d’allaitement.


Effets indésirables

· L'administration de l'allopurinol, comme celle de tous les hypo-uricémiants peut provoquer, en début de traitement, des accès de goutte, d'où la nécessité d'associer la colchicine en début de traitement chez les goutteux (cf. Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi).
· Réactions cutanées : elles sont rares et peuvent être graves. Elles peuvent se manifester par des éruptions prurigineuses, érythémateuses, papuleuses, vésiculeuses ou bulleuses et de façon exceptionnelle, par des syndromes de Lyell ou Stevens-Johnson (cf. Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi).
· Hypersensibilité généralisée : Ce syndrome associe, à divers degrés, fièvre, atteintes de l’état général, éruption cutanée, polyadénopathie, atteinte hépatique, atteintes de la fonction rénale, hyperéosinophilie. Il est rare et peut être fatal (cf. Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi).
· Des chocs anaphylactiques ont été exceptionnellement rapportés, le plus souvent chez des patients ayant déjà développé une réaction allergique lors d’une prise antérieure d’allopurinol.
· Manifestations hématologiques : de façon exceptionnelle ont été rapportés, notamment chez des patients ayant une insuffisance rénale : leucopénie, thrombocytopénie, agranulocytose et aplasie médullaire.
Quelques cas de lymphadénopathie angio-immunoblastique, réversibles à l’arrêt du traitement, ont été également signalés.
· Manifestations hépatiques : de rares cas d’élévation asymptomatique des enzymes hépatiques, voire d’hépatite (incluant nécrose hépatique et hépatite granulomateuse) ont été rapportés en dehors de tout contexte d’hypersensibilité généralisée.
· Troubles digestifs : l'allopurinol peut causer des épigastralgies, nausées, diarrhées. Ils sont très rarement assez importants pour obliger à interrompre le traitement. Ces troubles peuvent être évités en absorbant le médicament après les repas.
· Troubles divers :
rarement : neuropathies périphériques, vertiges, céphalées, gynécomastie,
exceptionnellement : fièvre, stomatite, alopécie.


Effets sur la conduite

Prévenir les patients de la survenue possible de vertiges.



0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité