Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > ALTIM 3,75 mg/1,5 ml, suspension injectable en seringue pré-remplie
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

ALTIM 3,75 mg/1,5 ml, suspension injectable en seringue pré-remplie


Publicité
Indications thérapeutiques

Ce sont celles de la corticothérapie locale, lorsque l'affection justifie une forte concentration locale. Toute prescription d'injection locale doit faire la part du danger infectieux notamment du risque de favoriser une prolifération bactérienne.
Ce produit est indiqué dans les affections rhumatologiques:
· en injection intra-articulaire: arthrites inflammatoires, arthrose en poussée
· en injection péri-articulaire: tendinites, bursites
· en injection des parties molles: talalgies, syndrôme du canal carpien, maladie de Dupuytren
· en injection épidurale: radiculalgies.


Contre-indications

Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes:
· infection locale ou générale, ou suspicion d'infection,
· troubles sévères de la coagulation, traitement anticoagulant en cours,
· hypersensibilité à l'un des constituants,
· par voie intra-discale.


Précautions d'emploi

Mises en garde
Ce médicament contient de l'alcool benzylique pouvant induire des réactions toxiques chez le nourrisson et l'enfant de moins de 3 ans.
Du fait d'une diffusion systémique potentielle, il faut prendre en compte certaines contre-indications des corticoïdes par voie générale, en particulier si les injections sont multiples (plusieurs localisations) ou répétées à court terme:
· certaines viroses en évolution (notamment hépatites, herpes, varicelle, zona),
· états psychotiques encore non contrôlés par un traitement,
· vaccins vivants.
La corticothérapie peut favoriser la survenue de diverses complications infectieuses.
Des injections multiples (plusieurs localisations) ou répétées à court terme peuvent entraîner des symptômes cliniques et biologiques d'hypercorticisme.
L'injection locale de corticoïdes peut déséquilibrer un diabète, un état psychotique, une hypertension artérielle sévère.
L'attention est attirée chez les sportifs, cette spécialité contenant un principe actif pouvant induire une réaction positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopages.
La prise concomitante de cortivazol avec du sultopride ou des vaccins vivants atténués est déconseillée. (voir rubrique 4.5).
Les corticoïdes oraux ou injectables peuvent favoriser l'apparition de tendinopathie, voire de rupture tendineuse (exceptionnelle). Ce risque est augmenté lors de la co-prescription avec des fluoroquinolones et chez les patients dialysés avec hyperparathyroïdisme secondaire ou ayant subi une transplantation rénale.
Précautions d'emploi
· Il est nécessaire d'observer une asepsie rigoureuse.
· L'administration devra être prudente chez les patients à risque élevé d'infection, en particulier les hémodialysés ou les porteurs de prothèse.
· Ne pas injecter en intratendineux


Grossesse

Aucune étude de tératogénèse animale n'a été effectuée avec des corticoïdes administrés par voie locale.
Néanmoins, les études concernant la prise de corticoïdes per os chez la femme enceinte n'ont pas mis en évidence de risque malformatif supérieur à celui observé dans la population générale.
En conséquence, ce médicament peut être prescrit pendant la grossesse si besoin.
L'allaitement est possible en cas de traitement par ce médicament.
Cependant, le risque des corticoïdes par voie systémique est à considérer en cas d'injections multiples (plusieurs localisations) ou répétées à court terme.


Effets indésirables

Les effets indésirables systémiques des glucocorticoïdes ont un faible risque de survenue après administration locale, compte-tenu des faibles taux sanguins mais le risque d'hypercorticisme (rétention hydrosodée, déséquilibre d'un diabète et d'une hypertension artérielle...) augmente avec la dose et la fréquence des injections.
· Risque d'infection locale (selon le site d'injection): arthrites, méningites.
· Atrophie localisée des tissus musculaires, sous-cutanés et cutanés. Risque de rupture tendineuse en cas d'injection dans les tendons.
· Quelques cas de ruptures tendineuses ont été décrits de manière exceptionnelle, en particulier en co-prescription avec les fluoroquinolones.
· Arthrites aiguës à microcristaux (avec suspension microcristalline) de survenue précoce,
· Calcifications locales.
· Réactions allergiques locales et systémiques: cutanées, exceptionnellement œdème de Quincke, choc anaphylactique.
· Flush: céphalées et bouffées vasomotrices peuvent survenir. Elles disparaissent habituellement en un jour ou deux.
· Lombalgies transitoires, exceptionnellement: douleurs thoraciques.
· Poussées tensionnelles, exceptionnellement: hypotension.
· Douleur au point d'injection.


Effets sur la conduite

Sans objet.



0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité