Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > AZITHROMYCINE MERCK 250 mg, comprimé pelliculé
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

AZITHROMYCINE MERCK 250 mg, comprimé pelliculé


Publicité
Indications thérapeutiques

Elles procèdent de l’activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de l’azithromycine. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu ce médicament et de sa place dans l’éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.
Elles sont limitées aux infections dues aux germes définis comme sensibles :
angines documentées à streptocoque A bêta-hémolytique, en alternative au traitement par bêta-lactamines, particulièrement lorsque celui-ci ne peut être utilisé.
surinfections des bronchites aiguës,
exacerbations des bronchites chroniques,
infections stomatologiques.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l’utilisation appropriée des antibactériens.


Contre-indications

Ce médicament NE DOIT JAMAIS ÊTRE UTILISÉ en cas de :
antécédents de réaction allergique à l’azithromycine, à tout autre macrolide ou à l’un des excipients.
association avec les alcaloïdes de l’ergot de seigle : dihydroergotamine, ergotamine (voir rubrique 4.5).
association avec le cisapride (voir rubrique 4.5).
Ce médicament NE DOIT GÉNÉRALEMENT PAS ÊTRE UTILISÉ en cas de :
association avec les agonistes dopaminergiques : bromocriptine, cabergoline, pergolide (voir rubrique 4.5).


Précautions d'emploi

Il n’est pas utile d’ajuster la posologie chez les patients atteints d’une insuffisance rénale légère (clairance de la créatinine supérieure à 40 ml/mn). En l’absence de données chez les patients présentant une clairance de la créatinine inférieure à 40 ml/mn, la prescription d’azithromycine doit être prudente.
Chez les patients avec une insuffisance hépatique moyenne (classe A) à modérée (classe B), il n’y a pas eu de changement marqué de la cinétique sérique de l’azithromycine par rapport à celle de patients aux fonctions hépatiques normales.
Chez ces patients, on constate une augmentation de l’élimination urinaire, peut-être pour compenser la clairance hépatique réduite. C’est pourquoi aucun ajustement de la posologie n’est recommandé chez les patients avec une insuffisance hépatique moyenne à modérée.
Cependant, parce que le foie est la principale voie d’élimination de l’azithromycine, la prescription d’azithromycine n’est pas recommandée chez les patients avec une insuffisance hépatique importante ni chez les patients atteints de cholestase sévère.
Comme avec l’érythromycine et d’autres macrolides, de rares réactions allergiques graves à type d’oedème de Quincke et de réactions anaphylactiques ont été rapportées.
La possibilité d’une récurrence des manifestations après l’arrêt du traitement symptomatique nécessite la prolongation de la surveillance et éventuellement du traitement.
Liés aux excipients
En raison de la présence de lécithine de soja, il existe un risque de survenue de réactions d’hypersensibilité (chocs anaphylactiques).


Grossesse

Grossesse
1er trimestre :
Il est préférable, par mesure de précaution, de ne pas utiliser l’azithromycine au cours du 1er trimestre de la grossesse. En effet, bien que les données animales chez le rongeur ne mettent pas en évidence d’effet malformatif, les données cliniques sont insuffisantes.
A partir du 2ème trimestre :
En raison du bénéfice attendu, l’utilisation de l’azithromycine peut être envisagée à partir du 2ème trimestre de la grossesse si besoin. En effet, bien que limitées, les données cliniques sont rassurantes en cas d’utilisation au delà du 1er trimestre.
Allaitement
Absence de données sur le passage dans le lait maternel.
L’innocuité de l’azithromycine chez la femme allaitante n’ayant pas été établie, la prescription ne sera effectuée que si les bénéfices attendus apparaissent supérieurs aux risques encourus.


Effets indésirables

Cutanéo-muqueux et allergiques: rash, photosensibilité, arthralgies, urticaire, prurit, rarement oedème de Quincke, réactions anaphylactiques. De rares cas de réactions cutanées sévères ont été rapportés.
Gastro-intestinaux : nausées, vomissements, dyspepsie, diarrhée (rarement sévère), douleurs abdominales, pancréatite. De rares cas de colites pseudomembraneuses ont été rapportés.
Hépatiques: augmentation des enzymes hépatiques réversible à l’arrêt du traitement. Rares cas de nécrose hépatique et d’insuffisance hépatique ayant rarement engagé le pronostic vital. Cependant, aucun lien de causalité n’a pu être établi.
Des cas isolés d’hépatite cholestatique ont été rapportés.
Neurologiques : sensations vertigineuses; de rares cas de convulsions ont été rapportés.
Hématologiques : des cas isolés de thrombocytopénie ont été rapportés.
Psychiatriques : de rares cas de comportement agressif, nervosité, agitation et anxiété ont été rapportés.
Génitaux : vaginite.
Auditifs : de rares cas de troubles de l’audition avec acouphène ou surdité ont été rapportés.
Généraux : candidoses.


Effets sur la conduite

Sans objet.



0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité