p
u
b

 
 
 
 
 
 
FDG Scan (18F) 260 MBq/mL, solution injectable

1 mL de solution injectable contient 260 MBq -(18F) à la date et à l’heure de calibration.
L´activité totale par flacon est comprise entre 260 MBq et 4160 MBq.
Le fluor-18 décroît en oxygène-18 stable selon une demi-vie de 109,77 minutes par émission d’un rayonnement positonique d’énergie maximale de 634 keV, suivi d’un rayonnement photonique d’annihilation de 511 keV.

Pour tous les excipients, voir rubrique 6.1.
Solution injectable.
Solution limpide et incolore à jaune pâle.

Ce médicament est à usage diagnostique uniquement.
Le fludésoxyglucose-(18F) est destiné à la tomographie par émission de positons (TEP).
Oncologie :
FDG Scan (18F) 260 MBq/mL est indiqué en oncologie, parmi les examens d’imagerie, en permettant une approche fonctionnelle des pathologies, organes ou tissus dans lesquels une augmentation de la consommation de glucose est recherchée. Les indications suivantes ont été plus particulièrement documentées :
Diagnostic :
· Caractérisation d’un nodule pulmonaire isolé
· Détection d’un cancer primitif d’origine inconnue, révélé par exemple par une adénopathie cervicale, une métastase hépatique ou osseuse
· Caractérisation d’une masse pancréatique.
Stadification :
· Tumeurs des voies aérodigestives supérieures y compris pour orienter les prélèvements biopsiques
· Cancer primitif pulmonaire
· Cancer du sein localement avancé
· Cancer de l’œsophage
· Cancer du pancréas
· Cancer colorectal, en particulier restadification des récidives démontrées
· Lymphome malin
· Mélanome malin lorsque l’indice de Breslow > 1,5 mm ou qu’il existe des métastases ganglionnaires lors du diagnostic initial.
Suivi de la réponse thérapeutique :
· Lymphome malin
· Cancer des voies aérodigestives supérieures
Détection des récidives suspectées :
· Gliome malin de haut grade (III ou IV)
· Cancer des voies aérodigestives supérieures
· Cancer (non médullaire) de la thyroïde chez un patient présentant une concentration sérique élevée de thyroglobuline et des résultats négatifs lors d'une scintigraphie du corps entier à l'iode-131
· Cancer primitif pulmonaire (voir également rubrique 4.4)
· Cancer du sein
· Cancer du pancréas
· Cancer colorectal
· Cancer de l’ovaire
· Lymphome malin
· Mélanome malin
Cardiologie
Dans l’indication cardiologique, la cible diagnostique est le tissu myocardique viable consommant du glucose mais hypoperfusé, ce qui doit être démontré auparavant grâce aux techniques d’imagerie de la perfusion sanguine appropriées.
Evaluation de la viabilité myocardique chez des patients présentant une insuffisance ventriculaire gauche sévère et qui seraient candidats à une revascularisation, lorsque les modalités d'imagerie conventionnelles ne sont pas probantes.
Neurologie
Dans l'indication neurologique, la cible diagnostique est l’hypométabolisme du glucose en phase interictale.
Localisation des foyers épileptogènes lors de l'évaluation pré-chirurgicale d'une épilepsie partielle temporale.
Posologie

L'activité habituellement recommandée chez l'adulte est de 100 à 400 MBq (selon la masse corporelle du patient et le type de caméra utilisée) administrée par injection intraveineuse directe.
Il existe peu de données cliniques concernant la tolérance et l’efficacité de ce produit chez le patient de moins de 18 ans.

L’utilisation en onco-pédiatrie doit être par conséquent soigneusement justifiée. Chez l’enfant et l’adolescent, l’activité à administrer doit être calculée à partir de l’activité recommandée chez l’adulte, en tenant compte d’un facteur multiplicatif reporté dans le tableau ci-dessous. (Pediatric European Task Group EANM).

style='border-collapse:collapse;border:none'>









































3 kg = 0.10

12 kg = 0.32

22kg = 0.50

32 kg = 0.62

42 kg = 0.78

52-54 kg = 0.90

4 kg = 0.14

14 kg = 0.36

24 kg = 0.53

34 kg = 0.64

44 kg = 0.80

56-58 kg = 0.92

6 kg = 0.19

16 kg = 0.40

26 kg = 0.56

36 kg = 0.66

46 kg = 0.82

60-62 kg = 0.96

8 kg = 0.23

18 kg = 0.44

28 kg = 0.58

38 kg = 0.68

48 kg = 0.85

64-66 kg = 0.98

10 kg = 0.27

20 kg = 0.46

30 kg = 0.60

40 kg = 0.70

50 kg = 0.88

68 kg = 0.99


Mode d’administration :
Préparation du patient.
Administration du FDG Scan (18F) 260 MBq/m

L et examen TEP

L’activité du fludésoxyglucose-(18F) doit être mesurée avec un activimètre juste avant l’injection.

L'injection doit être strictement intraveineuse pour éviter l'irradiation due à une éventuelle extravasation locale ainsi que des artéfacts d’imagerie.

L'acquisition des images débute habituellement 45 à 60 minutes après l'injection de fludésoxyglucose-(18F). A condition que l'activité dans les tissus (tumeur, coeur, cerveau) ait atteint un plateau et que suffisamment d'activité soit toujours présente pour obtenir un taux de comptage adéquat, l'acquisition des images peut également être effectuée deux à trois heures après l'administration, ce qui réduit le bruit de fond.
Si nécessaire, des examens TEP au fludésoxyglucose-(18F) peuvent être répétés dans un délai court.
Ne pas administrer plus de 16 m

L.
Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients.
Indication de l’examen TEP :
Chez tous les patients, l’exposition aux radiations doit être justifiée par le bénéfice diagnostique attendu, obtenu grâce à la dose de rayonnements la plus faible possible.
L’indication doit être particulièrement stricte pour les patients présentant une diminution de la fonction rénale, ce qui risque d’augmenter l’exposition aux radiations.
Chez l’enfant, une attention particulière doit être portée à la dose efficace par MBq qui est plus élevée que chez l’adulte (voir également paragraphe 11. dosimétrie).
Préparation du patient :
L'administration de FDG Scan (18F) 260 MBq/mL doit être réalisée chez le patient bien hydraté mais à jeun depuis au moins 4 heures pour obtenir une fixation maximale de l’analogue radioactif du glucose car le transport intracellulaire du glucose est limité par un « mécanisme saturable ». L’apport hydrique ne doit pas être limité (pas de boissons sucrées). Afin d’obtenir des images de bonne qualité et de réduire l’irradiation de la vessie, il faut recommander au patient de boire abondamment et de vider sa vessie avant l’acquisition des images et fréquemment après l’examen.
Oncologie et neurologie
Afin d'éviter une hyperfixation du traceur au niveau musculaire, il est recommandé d’éviter toute activité physique importante avant l'examen et de rester au repos strict, entre l'injection et l'examen et lors de l'acquisition des images (patient allongé confortablement, sans lire ni parler).
Le métabolisme du glucose dans le cerveau dépend de l’activité cérébrale. Par conséquent, une période de relaxation dans une pièce sombre en l’absence de bruit devrait précéder les examens neurologiques.
Une mesure de la glycémie doit être effectuée préalablement à l’administration, une hyperglycémie, surtout quand elle est supérieure à 8 mmol/L, pouvant réduire la sensibilité de l’examen TEP avec FDG Scan (18F) 260 MBq/mL. Pour la même raison, l'administration de ce produit doit être évitée chez le sujet présentant un diabète non équilibré.
Cardiologie
L’accumulation de glucose dans le myocarde est insulinodépendante. Pour l’examen cardiaque, il est donc recommandé de faire prendre au patient par voie orale environ 50 g de glucose environ une heure avant l’administration de FDG Scan (18F) 260 MBq/mL. Chez les patients diabétiques, la glycémie peut, si nécessaire, être régularisée par une perfusion associant insuline et glucose (clamp euglycémique hyperinsulinique).
Interprétation des examens TEP au fludésoxyglucose-(18F) :
Les pathologies infectieuses ou inflammatoires ainsi que les processus régénératifs après une intervention chirurgicale peuvent provoquer une accumulation significative du fludésoxyglucose-(18F) et entraîner la survenue de résultats faux positifs.
Dans les deux à quatre mois après radiothérapie, des résultats faux positifs ou faux négatifs ne peuvent pas être exclus. L’indication clinique d’un examen TEP au fludésoxyglucose-(18F) réalisé avant ce délai doit être soigneusement documenté.
Un délai d’au moins 4 à 6 semaines après la dernière administration de chimiothérapie est optimal, en particulier afin d’éviter des résultats faux négatifs. L’indication clinique d’un examen TEP au fludésoxyglucose-(18F) réalisé avant ce délai doit être soigneusement documenté. Lorsque l’intervalle entre les cycles de chimiothérapie est inférieur à 4 semaines, l’examen TEP doit être effectué juste avant le début d’un nouveau cycle.
Pour les lymphomes de bas grade, seule la valeur prédictive positive doit être prise en compte en raison de la limitation de la sensibilité.
Le fludésoxyglucose-(18F) n’est pas performant pour détecter les métastases cérébrales.
La sensibilité de l’examen réalisé à l’aide d’une gamma-caméra en mode tomographie d’émission par détection en coïncidence (TEDC) est inférieure à celle de l’examen réalisé à l’aide d’une machine dédiée à la tomographie par émission de positons (TEP dédiée), notamment pour les lésions d’un diamètre inférieur à 1 cm.
Il est conseillé d’interpréter les images de TEP au fludésoxyglucose-(18F) en relation avec celles des modalités d’imagerie anatomique tomographiques (par exemple la TDM ou scanner, l’échographie, l’IRM). La fusion des images fonctionnelles de TEP au fludésoxyglucose-(18F) avec des images morphologiques, comme dans la TEP-TDM, peut permettre une amélioration de sensibilité et de spécificité et est recommandée dans les tumeurs du pancréas, des voies aérodigestives supérieures, les lymphomes, les mélanomes, les cancers pulmonaires ainsi que les récidives des cancers colorectaux.
Mises en garde générales
Il est recommandé d’éviter tout contact étroit entre le patient et les jeunes enfants pendant les 12 heures suivant l’injection.
Les produits radiopharmaceutiques ne doivent être réceptionnés, utilisés et administrés que par des personnes autorisées et dans des services agréés. Leur réception, leur stockage, leur utilisation, leur transfert et leur élimination sont soumis aux réglementations et aux autorisations appropriées des autorités compétentes.
Les produits radiopharmaceutiques doivent être préparés de manière à satisfaire à la fois aux normes de radioprotection et de qualité pharmaceutique.
FDG Scan (18F) 260 MBq/mL doit être conservé et manipulé dans des enceintes blindées adéquates, afin de protéger au mieux les patients et le personnel hospitalier. Il est recommandé, en particulier, de se protéger de l'effet de l'irradiation par les b+ et les photons d’annihilation en utilisant un protège-seringue lors de la répartition du contenu du flacon et du conditionnement de la seringue.
Mises en garde relative aux excipients
Ce médicament contient du sodium. Le taux de sodium est inférieur à 1 mmol par dose, c’est-à-dire « sans sodium ».
Tout traitement entraînant une modification de la glycémie est susceptible d'entraîner une modification de la sensibilité de l'examen (ex : corticostéroïdes, valproate, carbamazépine, phénytoïne, phénobarbital et catécholamines).
L’administration de facteurs stimulant l’hématopoïèse (CSF) augmente pendant plusieurs jours la fixation du fludésoxyglucose-(18F) au niveau de la moelle osseuse et de la rate. Il faut en tenir compte pour l’interprétation des images de TEP. Un écart d’au moins 5 jours entre le traitement par les CSF et l’examen TEP peut réduire cette interférence.
L’administration de glucose et d’insuline influence l’accumulation du fludésoxyglucose-(18F) dans les cellules. Une glycémie élevée ainsi qu’une insulinémie basse entraîne une diminution de l’accumulation -(18F) dans les organes et les tumeurs.
Grossesse
Il n’y a pas d’expérience clinique sur l’utilisation du fludésoxyglucose-(18F) chez la femme enceinte. Lorsqu'il est nécessaire d'administrer un produit radiopharmaceutique à une femme en âge de procréer, il convient de s’informer sur une éventuelle grossesse. Toute femme n'ayant pas eu ses règles doit être considérée comme enceinte jusqu'à preuve du contraire. Dans le doute, il est important que l'exposition aux radiations soit réduite au minimum nécessaire afin d’obtenir les informations cliniques souhaitées. D'autres techniques n'impliquant pas l'emploi de radiations ionisantes doivent être envisagées.
Les examens utilisant des radionucléides chez la femme enceinte entraînent également l'irradiation du fœtus. L’administration de FDG Scan (18F) 260 MBq/mL à une activité de 400 MBq résulte en une dose absorbée de 8,4 mGy au niveau de l’utérus.
A ces doses, on ne s’attend pas à des effets létaux, à l’induction de malformations, à des retards de croissance ou de perturbations fonctionnelles. Par contre, le risque d’induction de cancer ou de déficiences héréditaires pourrait être accru. FDG Scan (18F) 260 MBq/mL ne devrait donc pas être administré pendant la grossesse sauf si la TEP est absolument nécessaire ou lorsque le bénéfice pour la mère dépasse le risque pour le fœtus.
Allaitement
Le fludésoxyglucose-(18F) est excrété dans le lait maternel. Avant d’administrer du fludésoxyglucose-(18F) à une mère qui allaite, il faut envisager s’il est raisonnable de reporter l’examen jusqu’à la fin de l’allaitement. Lorsque l’administration en période d’allaitement est indispensable, l'allaitement doit être suspendu pendant au moins 12 heures après l’administration du radiopharmaceutique et le lait produit pendant cette période doit être éliminé. Si c’est jugé utile, le lait peut être tiré avant l'injection de FDG Scan (18F) 260 MBq/mL et conservé pour être utilisé ultérieurement.
De plus, pour des raisons de radioprotection, il est conseillé d’éviter tout contact étroit entre la patiente et les jeunes enfants pendant les 12 heures suivant l’injection.
Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n’ont pas été étudiés.
Aucun effet indésirable n'a été observé à ce jour.
Etant donné la faible quantité de substance active injectée, le danger réside surtout dans l’exposition aux radiations. L'exposition aux radiations ionisantes peut éventuellement induire des cancers ou développer des déficiences héréditaires. Pour la plupart des examens de médecine nucléaire, la dose de radiations (dose efficace) est inférieure à 20 mSv. La probabilité d’observer de tels effets est faible. Après administration de l’activité maximale recommandée (18 F), la dose efficace est d’environ 7,6 mSv.
Etant donné les masses -(18F) administrées à des fins diagnostiques, un surdosage au sens pharmacologique n’est pas vraisemblable.
En cas de surdosage -(18F), la dose de rayonnements délivrée au patient doit être réduite en augmentant autant que possible l'élimination du produit radiopharmaceutique par une diurèse forcée avec mictions fréquentes.
5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES
Classe pharmacothérapeutique : produit radiopharmaceutique à usage diagnostique pour la détection de tumeur.
Code ATC : V09IX04
Aux concentrations chimiques et aux activités recommandées pour les examens de diagnostic, le fludésoxyglucose-(18F) parait n'avoir aucune activité pharmacodynamique.
Analogue du glucose, le fludésoxyglucose-(18F) s’accumule dans les cellules qui utilisent le glucose comme source d’énergie principale. Une concentration élevée en fludésoxyglucose-(18F) s’observe dans les tumeurs dont la consommation du glucose est élevée.
Après injection intraveineuse, la cinétique du fludésoxyglucose-(18F) dans le compartiment vasculaire est biexponentielle avec une période de distribution inférieure à 1 minute et une période d'élimination d'environ 12 minutes.
L'accumulation cellulaire -(18F) se fait par des mécanismes de transport actifs qui sont en partie dépendants de l'insuline et qui, par conséquent, peuvent être influencés par l'alimentation, les conditions nutritionnelles et l'existence d'un diabète sucré. Chez les diabétiques, l'accumulation du fludésoxyglucose-(18F) dans les cellules est plus faible à cause d’une modification de la distribution tissulaire et du métabolisme du glucose.
Le fludésoxyglucose-(18F) est transporté au travers de la membrane cellulaire de la même façon que le glucose, mais ne subit que la première étape de la glycolyse pour donner du fludésoxyglucose-(18F)-6-phosphate qui reste piégé à l'intérieur de la cellule tumorale et n'est pas métabolisé davantage. Comme la déphosphorylation par les phosphatases intracellulaires est un mécanisme lent, le fludésoxyglucose-(18F) est retenu dans le tissu pendant quelques heures (mécanisme de piégeage).
Chez les sujets sains, le fludésoxyglucose-(18F) se distribue partout dans le corps et se concentre plus particulièrement dans le cerveau, le myocarde, et dans une moindre mesure au niveau des poumons et du foie.
L'élimination du fludésoxyglucose-(18F) est principalement rénale, 20% de l'activité étant excrétée dans les urines dans les 2 heures qui suivent l'injection.
La fixation au parenchyme rénal est faible, mais étant donné l'élimination rénale du fludésoxyglucose-(18F), l'ensemble du système urinaire, et en particulier la vessie, présentent une activité marquée.
Le fludésoxyglucose-(18F) franchit la barrière hématoencéphalique. Approximativement 7% de la dose injectée s'accumulent dans le cerveau au cours des 80 à 100 minutes après injection. Les foyers épileptogènes montrent un métabolisme réduit en glucose dans les phases interictales.
Approximativement 3% de l'activité injectée est captée par le myocarde en 40 minutes. La distribution du fludésoxyglucose-(18F) dans le myocarde normal est sensiblement homogène, cependant, des différences régionales pouvant atteindre 15% sont observées au niveau du septum interventriculaire. En cas d’ischémie myocardique réversible, une accumulation accrue de glucose a lieu dans les cellules du myocarde.
Une fraction de l'activité injectée de respectivement 0,3% et entre 0,9 et 2,4% s'accumule au niveau du pancréas et des poumons.
Le fludésoxyglucose-(18F) se fixe également, plus faiblement, au niveau des muscles oculaires, du pharynx et de l'intestin. Une fixation musculaire peut être notée en cas d'effort récent ou en cas de tension musculaire au cours de l'examen.
Dans des études précliniques de toxicité aiguë, l'administration d'une dose correspondant à 50 fois la dose humaine chez le chien et 1000 fois la dose humaine chez la souris n'a révélé aucun signe de toxicité.
Aucune étude toxicologique en administration répétée, génotoxicité, cancérogénèse, et des fonctions de reproduction n'a été réalisée étant donnée l'utilisation clinique de la substance : habituellement une seule administration intraveineuse contenant une masse -(18F) de l’ordre du ng ou du µg.
6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES
Chlorure de sodium, eau pour préparations injectables, citrate de sodium dihydraté, acide citrique monohydraté.

8 heures à compter de l’heure de fabrication.
La date et l’heure de péremption sont indiquées sur l’étiquette.
A conserver à une température ne dépassant pas 25°C. Conserver dans son conditionnement d’origine.
Le stockage doit être effectué conformément aux réglementations nationales relatives aux produits radioactifs.
Ce médicament est fourni en flacon de verre transparent monodose contenant entre 1 mL et 16 mL de solution injectable correspondant à une activité par flacon allant de 260 MBq à 4160 MBq à la date et heure de calibration.
FDG Scan (18F) 260 MBq/mL est disponible en flacon monodose.
Il peut être dilué avec une solution injectable de chlorure de sodium, de concentration 9 g/L.
L’administration de produits radiopharmaceutiques présente des risques pour l’entourage du patient en raison de l’irradiation externe ou de la contamination par les urines, les vomissements, la salive. Par conséquent il faut prendre des mesures de protection contre les radiations conformément aux réglementations nationales.
L’élimination des déchets radioactifs doit se faire en accord avec les réglementations nationales et internationales.
Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.
FDG Scan (18F) 260 MBq/mL est une solution pour usage unique et toute solution inutilisée doit être traitée comme un déchet radioactif.
Les précautions d’usage associées à la manipulation de médicament stérile radioactif doivent être respectées.
La date et heure de péremption sont indiquées au niveau du conditionnement extérieur et du flacon.
Le conditionnement doit être vérifié avant son utilisation et l’activité de la solution doit être déterminée grâce à un activimètre.
La solution doit être inspectée visuellement avant utilisation et uniquement une solution limpide et exempte de particules doit être utilisée.
Le flacon ne doit pas être ouvert. Après désinfection du bouchon, la solution doit être prélevée à travers le bouchon à l’aide d’une seringue munie d’une protection appropriée et d’une aiguille stérile à usage unique.
MALLINCKRODT France
2, RUE DIDEROT
LA CLEF SAINT PIERRE
78990 ELANCOURT
· 564 451-2 : 260 MBq/mL en flacon (verre)
Non documenté
[à compléter par le titulaire]
11. DOSIMETRIE
Selon la publication n° 80 de la CIPR, les doses de radiations absorbées par les patients sont les suivantes :
style='width:451.1pt;margin-left:48.25pt;border-collapse:collapse;border:none'>






















































































































































































































































Organe

Dose absorbée par unité d’activité injectée (mGy/MBq)



adulte

15 ans

10 ans

5 ans

1 an

Surrénales

0,012

0,015

0,024

0,038

0,072

Vessie

0,160

0,210

0,280

0,320

0,590

Surfaces osseuses

0,011

0,014

0,022

0,035

0,066

Cerveau

0,028

0,028

0,030

0,034

0,048

Poitrine

0,0086

0,011

0,018

0,029

0,056

Vésicule biliaire

0,012

0,015

0,023

0,035

0,066

Voies gastro-intestinales :











Estomac

0,011

0,014

0,022

0,036

0,068

Intestin grêle

0,013

0,017

0,027

0,041

0,077

Côlon

0,013

0,017

0,027

0,040

0,074

(Ascendant)

0,012

0,016

0,025

0,039

0,072

(Descendant)

0,015

0,019

0,029

0,042

0,076

Cœur

0,062

0,081

0,120

0,200

0,350

Reins

0,021

0,025

0,036

0,054

0,096

Foie

0,011

0,014

0,022

0,037

0,070

Poumons

0,010

0,014

0,021

0,034

0,065

Muscles

0,011

0,014

0,021

0,034

0,065

Œsophage

0,011

0,015

0,022

0,035

0,068

Ovaires

0,015

0,020

0,030

0,044

0,082

Pancréas

0,012

0,016

0,025

0,040

0,076

Moelle rouge

0,011

0,014

0,022

0,032

0,061

Peau

0,008

0,010

0,016

0,027

0,052

Rate

0,011

0,014

0,022

0,036

0,069

Testicules

0,012

0,016

0,026

0,038

0,073

Thymus

0,011

0,015

0,022

0,035

0,068

Thyroïde

0,010

0,013

0,021

0,035

0,068

Utérus

0,021

0,026

0,039

0,055

0,100

Autres organes

0,011

0,014

0,022

0,034

0,063

Dose Efficace (mSv/MBq)

0,019

0,025

0,036

0,050

0,095

Pour le fludésoxyglucose-(18F) 260 MBq/mL, la dose efficace résultant de l'administration d'une activité de 400 MBq est d'environ 7,6 mSv (pour un individu de 70 kg). Pour cette activité de 400 MBq, les doses de radiation délivrées aux organes critiques vessie, cœur et cerveau sont respectivement de 64 mGy, 25 mGy et 11 mGy.
12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES
Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.
Liste I.
Médicament réservé à l'usage hospitalier.
Les produits radiopharmaceutiques ne doivent être utilisés que par des personnes qualifiées. Ils ne peuvent être délivrés qu’à des praticiens ayant obtenu l’autorisation spéciale prévue à l’article R 1333-24 du Code de la Santé Publique.

 

0000-00-00 - source: AFSSAPS

 

RSS Actualités médicales   Newsletter

Publicité



Sondage