p
u
b

 
 
 
 
 
 
FLECAÏNIDE SANDOZ 100 mg, comprimé sécable

Acétate de flécaïnide... 100,00 mg

Pour un comprimé sécable.

Pour les excipients, voir 6.1.
Comprimé sécable.

1. Traitement et prévention des récidives des troubles du rythme ventriculaires documentés, symptomatiques et invalidants, en l’absence confirmée d’altération de la fonction ventriculaire gauche et/ou de coronaropathie avérée. Il convient d’initier le traitement avec des posologies faibles et de pratiquer des contrôles ECG.
2. Prévention des récidives des tachycardies supraventriculaires documentées lorsque la nécessité d'un traitement est établie et en l'absence d'altération de la fonction ventriculaire gauche.
3. Prévention des chocs cardiaques électriques chez certains patients porteurs de défibrillateurs implantables.
Réservé à l’adulte.
En cas de tachycardies supraventriculaires documentées :

La posologie initiale usuelle est de 50 mg deux fois par jour (100 mg par 24 heures).

Les augmentations éventuelles de posologie ne seront envisagées qu’après un délai de 4 à 5 jours.

La posologie moyenne est de 200 mg par jour.

La posologie maximale est de 300 mg par jour.
En cas de tachycardies ventriculaires documentées :

La posologie usuelle est de 200 mg par jour.

Les augmentations éventuelles de posologie ne seront envisagées qu’après un délai de 4 à 5 jours.

La posologie maximale est de 300 mg par jour.
Chez les patients fragilisés :
4. sujet âgé,
5. antécédents ou symptômes faisant craindre le développement d’une insuffisance cardiaque,
6. insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine inférieure ou égale à 20 ml/min/m²),
la dose initiale ne doit pas dépasser 100 mg par 24 heures : elle varie de 50 à 100 mg/24 heures en fonction de l’état du patient.

La posologie peut être augmentée ou diminuée par paliers de 50 mg par jour en tenant compte qu’un délai de 4 à 5 jours minimum est nécessaire au rétablissement d’un nouvel état d’équilibre du taux plasmatique après chaque modification. Une surveillance clinique et électrocardiographique est nécessaire.
Ce médicament NE DOIT PAS ETRE UTILISE dans les cas suivants :
7. infarctus du myocarde (aigu ou ancien) sauf en cas de tachycardie ventriculaire menaçant le pronostic vital,
8. insuffisance cardiaque, quel que soit le trouble rythmique,
9. bloc de branche gauche complet, bloc bifasciculaire, bloc auriculo-ventriculaire du 2ème et du 3ème degré, dysfonctionnement sinusal et maladie de l’oreillette, en l’absence d’appareillage.
10. en association avec les bêta-bloquants indiqués dans le traitement de l’insuffisance cardiaque (carvédilol, bisoprolol, métoprolol) (voir rubrique 4.5).
Ce médicament EST GÉNÉRALEMENT DÉCONSEILLÉ dans les cas suivants :
11. grossesse ou allaitement (voir rubrique 4.6),
12. en association avec les anti-arythmiques de classe I (voir rubrique 4.5).
Mises en garde

L’acétate de flécaïnide a été testé dans un essai randomisé multicentrique en double aveugle (essai CAST) dans les troubles du rythme ventriculaire asymptomatiques et ne menaçant pas le pronostic vital chez des sujets ayant présenté un infarctus du myocarde de plus de 6 jours et de moins de 2 ans. L’incidence de la mortalité et des arrêts cardiaques non mortels sous flécaïnide a été supérieure à celle observée dans le groupe sous contrôle placebo.
Comme pour les autre antiarythmiques de classe I, il n’existe pas d’essai contrôlé mettant en évidence un effet bénéfique de l’acétate de flécaïnide en terme de survie ou de mort subite.

Précautions d’emploi
Effets pro-arythmiques
L’acétate de flécaïnide, comme d’autres agents anti-arythmiques, peut provoquer la survenue d’une forme plus sévère d’arythmie, augmenter la fréquence d’une arythmie précédemment diagnostiquée ou aggraver la sévérité des symptômes. Une variation spontanée du trouble du rythme propre au patient peut se révéler difficile à distinguer d’une aggravation secondaire à l’administration du médicament.
L’apparition d’extrasystoles ventriculaires plus nombreuses ou polymorphes doit faire interrompre le traitement.
Antécédents d’insuffisance cardiaque
En raison de son action inotrope négative, l’acétate de flécaïnide sera prescrit sous stricte surveillance de la fonction cardiaque chez les malades ayant des antécédents ou des symptômes faisant craindre le développement d’une insuffisance cardiaque.
Modifications électrocardiographiques
13. L’acétate de flécaïnide doit être administré avec précaution chez les patients ayant des anomalies de la conduction pré-existantes.
14. La survenue sous traitement d’un bloc auriculo-ventriculaire, d’un bloc de branche complet permanent ou d’un bloc sino-auriculaire doit faire arrêter le traitement.
15. Un élargissement du complexe QRS supérieur à 25% des valeurs de base amènera à réduire la posologie.
En cas de modification de la posologie de l’acétate de flécaïnide ou des traitements associés pouvant affecter la conduction cardiaque, les patients, notamment ceux présentant des anomalies de la conduction, seront étroitement surveillés par électrocardiogramme.
Perturbations électrolytiques
L’hypokaliémie, l’hyperkaliémie ou encore l’hypomagnésémie peuvent favoriser les effets proarythmiques des anti-arythmiques de classe I et doivent donc être corrigées avant l’administration d’acétate de flécaïnide.
Utilisation dans l’indication flutter auriculaire
Du fait du risque de transformation en flutter 1/1, il est recommandé d’associer à l’acétate de flécaïnide un ralentisseur nodal.
Insuffisance rénale, sujet âgé
En cas d’insuffisance rénale et/ou chez le sujet âgé, la vitesse d’élimination de l’acétate de flécaïnide peut être ralentie. Il en résulte un risque d’accumulation plasmatique et tissulaire du médicament qui peut être responsable d’effets indésirables. L’existence de ce risque justifie une adaptation de posologie dans l’insuffisance rénale sévère (cf. 4.2 Posologie et mode d’administration).
De nombreux antiarythmiques sont dépresseurs de l’automatisme, de la conduction et de la contractilité cardiaques. L’association d’antiarythmiques de classe différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s’avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle ECG. L’association d’antiarythmiques de même classe est déconseillée sauf cas exceptionnels en raison du risque accru d’effets indésirables cardiaques. L’association à des médicaments ayant des propriétés inotropes négatives bradycardisantes et/ou ralentissant le conduction auriculoventriculaire est délicate et nécessite une surveillance clinique et un contrôle de l’ECG.
Associations contre-indiquées
+ Les bêta-bloquants indiqués dans l’insuffisance cardiaque (carvédilol, bisoprolol, métoprolol)
Effet inotrope négatif avec risque de décompensation cardiaque (synergie des effets).
Associations déconseillées
+ Anti-arythmiques de classe I (quinidine, hydroquinidine, disopyramide, mexilétine, lidocaïne, propafénone, cibenzoline)
L’acétate de flécaïnide ne doit pas être associé avec les autres anti-arythmiques de la classe I, sauf cas exceptionnels, en raison du risque accru d’effets cardiaques indésirables.
Associations faisant l’objet de précautions d’emploi
+ Anticholinestérasiques (donépézil, rivastigmine, tacrine, pyridostigmine, néostigmine, ambémonium et galantamine).
Risque de bradycardie excessive (addition des effets bradycardisants).
Surveillance clinique régulière.
+ Bupropion
Risque d’augmentation des effets indésirables du flécaïnide, par diminution de son métabolisme hépatique par le bupropion.
Surveillance clinique. Si besoin, adaptation de la posologie du flécaïnide pendant le traitement par bupropion.
+ L’association à des médicaments ayant des propriétés inotropes négatives, bradycardisantes et/ou ralentissant la conduction auriculo-ventriculaire ou la conduction intra-ventriculaire (bêta-bloquants, amiodarone, digitaliques, vérapamil, diltiazem, méfloquine, guanfacine et clonidine), nécessite une surveillance clinique et un contrôle de l’ECG.
+ Médicaments antiarythmiques d’autres classes
L’association avec d’autres anti-arythmiques de classes différentes peut être bénéfique mais s’avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique et ECG étroite.
+ Terbinafine
Risque d’augmentation des effets indésirables de la flécaïne, par diminution de son métabolisme hépatique par la terbinafine.
Surveillance clinique. Si besoin, adaptation de la posologie de la flécaïne pendant le traitement par terbinafine.
Grossesse
Il n’y a pas de données fiables de tératogénèse chez l’animal.
En clinique, il n’existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de l’acétate de flécaïnide lorsqu’il est administré pendant la grossesse.
En conséquence, l’utilisation de l’acétate de flécaïnide est déconseillée pendant la grossesse.
Allaitement
En raison du passage dans le lait maternel et du profil d’effets secondaires, l’allaitement est déconseillé en cas de nécessité de traitement par l’acétate de flécaïnide.
Sans objet.
Cardiaques
(cf. 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi)
16. Des poussées d’insuffisance cardiaque sévère, des états de choc cardiogénique peuvent survenir chez les patients souffrant d’altération de la fonction ventriculaire gauche.
17. Aggravation d’un trouble de la conduction cardiaque.
La survenue d’un bloc auriculo-ventriculaire, d’un bloc de branche complet permanent ou d’un bloc sino-auriculaire doit faire arrêter le traitement.
18. Ralentissement de la conduction cardiaque, en particulier chez les patients âgé correspondant le plus souvent à des troubles de la conduction préexistants.
19. Comme tous les autres anti-arythmiques de classe I, l’acétate de flécaïnide peut aggraver un trouble du rythme préexistant ou provoquer l’apparition d’un nouveau trouble du rythme.
Neurologiques
20. Des effets neurosensoriels sont observés à doses élevées, pour des taux sériques généralement supérieurs aux taux efficaces. Ils disparaissent à la diminution de la posologie : vertiges, vision trouble, tremblements, sensation d’instabilité.
21. Céphalées, asthénie.
Gastro-intestinaux
22. Nausées, troubles digestifs.
Un surdosage impose une surveillance en milieu hospitalier spécialisé. Il est marqué en particulier par des modifications électrocardiographiques, en particulier un élargissement du complexe QRS, et par la survenue d’un choc cardiogénique. Le traitement est essentiellement symptomatique.
Il peut s’accompagner de symptômes neurosensoriels, neuropsychiques et cardiaques.
5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES
ANTI-ARYTHMIQUES, CLASSE IC, Code ATC : C01BC04.
Les propriétés anti-arythmiques de l’acétate de flécaïnide sont similaire à celles des anti-arythmiques de classe I de la classification de Vaughan-Williams, sous classe IC.
L’acétate de flécaïnide possède un effet inotrope négatif.
Chez l’homme, l’acétate de flécaïnide :
23. allonge les temps de conduction intra-auriculaire, nodal et intra-ventriculaire ;
24. augmente légèrement les périodes réfractaires effectives auriculaires et ventriculaires ;
25. augmente la période réfractaire effective du nœud auriculo-ventriculaire ;
26. augmente la période réfractaire des voies accessoires antérogrades et rétrogrades ;
27. n’entraîne pas de modifications significatives de la fréquence cardiaque sauf chez les patients présentant un dysfonctionnement sinusal.
Par voie orale, la résorption de l’acétate de flécaïnide est supérieure à 90% de la dose administrée.
Le taux sanguin maximal est atteint en 2,4 heures.
Pour une dose de 200 mg par voie orale, le pic plasmatique est de 341 ng/ml. L’acétate de flécaïnide diffuse largement et rapidement dans les tissus. Le volume apparent de distribution est en moyenne de 8,3 l/kg.
Chez l’homme sain, la demi-vie de l’acétate de flécaïnide par voie orale est de l’ordre de 14 heures, ce qui implique une durée d’action prolongée et la possibilité de recourir à seulement 2 prises orales par 24 heures.
Après administration par voie orale, il a été constaté une bonne proportionnalité entre les pics sanguins et les doses.
Le taux de liaison protéique est bas (environ 40%).
L’élimination de l’acétate de flécaïnide est essentiellement urinaire : en moyenne 25% de la dose administrée est éliminée au bout de 24 heures sous forme inchangée.
L’hémodialyse ne paraît pas être un moyen efficace pour épurer l’acétate de flécaïnide.
Sans objet.
6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES
Croscarmellose sodique, cellulose microcristalline, amidon de maïs, amidon de maïs prégélatinisé, stéarate de magnésium.

3 ans.
Pas de précautions particulières de conservation.
20, 28, 30, 50, 56, 60, 84, 90, 100, 112, 120, 168 ou 180 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
20, 28, 30, 50, 56, 60, 84, 90, 100, 112, 120, 168 ou 180 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
Non documenté
INFORMATION NON TROUVEE
28. 382 483-6 ou 34009 382 483 6 4 : 20 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
29. 382 484-2 ou 34009 382 484 2 5 : 28 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
30. 382 485-9 ou 34009 382 485 9 3 : 30 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
31. 382 486-5 ou 34009 382 486 5 4 : 50 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
32. 382 487-1 ou 34009 382 487 1 5 : 56 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
33. 382 488-8 ou 34009 382 488 8 3 : 60 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
34. 571 667-7 ou 34009 571 667 7 9 : 84 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
35. 571 668-3 ou 34009 571 668 3 0 : 90 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
36. 571 670-8 ou 34009 571 670 8 0 : 100 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
37. 571 671-4 ou 34009 571 671 4 1 : 112 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
38. 571 672-0 ou 34009 571 672 0 2 : 120 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
39. 571 673-7 ou 34009 571 673 7 0 : 168 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
40. 571 674-3 ou 34009 571 674 3 1 : 180 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).
41. 382 491-9 ou 34009 382 491 9 4 : 20 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
42. 382 492-5 ou 34009 382 492 5 5 : 28 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
43. 382 493-1 ou 34009 382 493 1 6 : 30 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
44. 382 494-8 ou 34009 382 494 8 4 : 50 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
45. 382 495-4 ou 34009 382 495 4 5 : 56 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
46. 382 496-0 ou 34009 382 496 0 6 : 60 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
47. 571 676-6 ou 34009 571 676 6 0 : 84 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
48. 571 677-2 ou 34009 571 677 2 1 : 90 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
49. 571 678-9 ou 34009 571 678 9 9 : 100 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
50. 571 679-5 ou 34009 571 679 5 0 : 112 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
51. 571 680-3 ou 34009 571 680 3 2 : 120 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
52. 571 682-6 ou 34009 571 682 6 1 : 168 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
53. 571 683-2 ou 34009 571 683 2 2 : 180 comprimés en pilulier (Polypropylène) avec bouchon (Polyéthylène).
Non documenté

Liste I.

 

0000-00-00 - source: AFSSAPS

 

RSS Actualités médicales   Newsletter

Publicité



Sondage