p
u
b

 
 
 
 
 
 
CLASTOBAN 800 mg, comprimé pelliculé

Clodronate disodique ... 800,00 mg Sous forme de clodronate disodique tétrahydraté ... 1000,00 mg

Pour un comprimé

Pour les excipients, voir 6.1.
Comprimé pelliculé.
Comprimé pelliculé blanc, ovale, de 9 mm x 20 mm, portant la mention L134 sur une face et sur l’autre un trait de gravure médian.

· Traitement des hypercalcémies malignes en relais de la forme injectable.
· Traitement palliatif des ostéolyses d’origine maligne avec ou sans hypercalcémie, en complément du traitement spécifique de la tumeur (cf. 4.4 Mises en gardes spéciales et Précautions d’emploi).
Dans les cas d’hypercalcémie, le traitement doit être associé à une réhydratation optimale.
RESERVE A

L’ADU

LTE.
· Traitement palliatif des ostéolyses sans hypercalcémie :
la posologie journalière est de 1600 mg, soit 2 comprimés par jour.

La durée du traitement est habituellement de plusieurs mois.
· Traitement des hypercalcémies malignes en relais de la forme injectable et traitement palliatif des ostéolyses d’origine maligne avec hypercalcémie :
des doses de départ plus élevées devront être instaurées : de 2400 à 3200 mg/jour, réparties en plusieurs prises. En fonction de la réponse thérapeutique, ces doses seront progressivement diminuées.
En cas d’insuffisance rénale (clairance de la créatinine comprise entre 10 et 30 ml/min), la posologie doit être réduite de moitié (c’est à dire 2 comprimés au maximum par jour en règle générale).

Les comprimés doivent être pris à distance des repas. Ils doivent être avalés avec une grande quantité de liquide à faible teneur en calcium et en aucun cas avec du lait, des aliments ou des médicaments contenant des cations divalents (calcium, magnésium etc…), car ces produits diminuent l’absorption de clodronate (voir paragraphes 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières d'emploi et 4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions).
Enfants : l’efficacité et la tolérance de ce médicament n’ont pas été établies chez l’enfant.
Le clodronate disodique est contre-indiqué dans les cas suivants :
· hypersensibilité au produit,
· insuffisance rénale sévère,
· allaitement.
Le clodronate disodique est généralement déconseillé en cas de grossesse.
· Les patients doivent être correctement hydratés avant, et pendant la période de traitement.
· La fonction rénale doit être régulièrement surveillée pendant le traitement par voie orale.
L’élimination de clodronate étant essentiellement rénale, l’administration sera modifiée voire interrompue en cas d’altération grave de la fonction rénale (cf. 4.2 Posologie et mode d’administration).
· La calcémie doit être régulièrement surveillée lors du traitement oral par le clodronate disodique. En cas d’hypocalcémie, réduire la posologie en fonction des besoins. Dans le traitement de l’hyperostéolyse d’origine maligne, le traitement par le Clodronate ne doit pas remettre en cause l’instauration du traitement spécifique.
· Ne pas administrer avec des aliments à forte teneur en calcium par exemple lait et produits laitiers, des aliments ou des médicaments contenant des cations divalents (calcium, magnésium etc…), car ces produits diminuent l’absorption de Clodronate (cf. 4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions).
Association nécessitant des précautions d’emploi :
+ Sels de calcium, sels de fer, topiques gastro-intestinaux, antiacides (sels, oxydes et hydroxydes de magnésium, aluminium et calcium), administrés par voie orale : diminution de l’absorption digestive des diphosphonates.
Prendre ces produits à distance des bisphosphonates (plus de 2 heures, si possible).
Les études effectuées chez l’animal ont mis en évidence un effet tératogène à doses élevées, avec des altérations osseuses touchant le squelette et les dents.
Lorsqu’il est administré pendant toute la gestation, ce médicament est à l’origine de troubles de la minéralisation osseuse, touchant principalement les os longs et se traduisant par des déformations angulaires. Le plus souvent, ces anomalies s’observent à doses élevées et sont réversibles après la mise bas. Cet effet est vraisemblablement à mettre au compte du mécanisme d’action de la molécule, par chélation du calcium.
En clinique, il n’existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique du clodronate lorsqu’il est administré pendant la grossesse.
En conséquence, l’utilisation du clodronate est déconseillé pendant la grossesse. Cet élément ne constitue pas l’argument pour conseiller une interruption de grossesse mais conduit à une attitude de prudence et à une surveillance prénatale orientée.
En cas de traitement par ce médicament, l’allaitement est CONTRE-INDIQUÉ.
Sans objet.
· Des symptômes digestifs, tels que nausées, vomissements et diarrhées, peuvent se produire en particulier en début de traitement et à fortes doses.
· Des cas de céphalées ont été rapportés.
· Altération et perturbation de la fonction rénale (augmentation du taux sérique de créatinine et de protéinurie) dans des cas isolés surtout après une perfusion intraveineuse rapide de fortes doses de clodronate (cf. 4.2 Posologie et mode d’administration).
· Des réactions allergiques (cutanées en particulier) ont été rapportées dans des cas isolés.
· Un cas de bronchoconstriction a été rapporté dans la littérature chez un patient présentant un asthme à l’aspirine.
· 4 cas de leucémies ont été rapportés sur les 663 premiers malades traités jusqu’en 1981.
Depuis aucun cas n’a été rapporté, malgré les études sur plusieurs centaines de malades. La relation de causalité n’a pas été établie, justifiant ainsi, jusqu’à plus ample information, la restriction de prescription dans les affections néoplasiques.
Examens biologiques
· Une hypocalcémie peut apparaître au cours du traitement, des modifications réversibles des paramètres suivants ont été observées : diminution de la phosphatémie et augmentation des taux sériques des phosphatases alcalines, de la LDH et des transaminases.
Il n’existe à l’heure actuelle, aucune donnée sur un éventuel surdosage aigu par le clodronate disodique. Il faut cependant s’attendre à des nausées et des vomissements. Dans ce cas le traitement consiste à prendre des mesures symptomatiques.
Théoriquement, l’ingestion d’une quantité importante de clodronate disodique devrait entraîner une hypocalcémie, en raison de son action complexante des ions calcium. Le traitement consisterait alors à corriger cette hypocalcémie en cas de manifestations cliniques par l’administration d’aliments à forte teneur en calcium (lait par exemple) ou, dans les cas sévères, par l’injection intraveineuse de gluconate de calcium.
5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES
DISPHOSPHONATES, Code ATC : M05BA02
Le clodronate disodique appartient à la famille des bisphosphonates, dont l’action s’exerce spécifiquement sur l’os. Cette action sélective repose sur leur forte affinité pour les composants minéraux du tissu osseux et se traduit par une inhibition de l’activité ostéoclastique.
A des concentrations entraînant une inhibition de l’ostéolyse, le clodronate disodique n’a aucun effet sur la minéralisation normale de l’os.
Dans les états hypercalcémiques, le clodronate réduit les taux sériques élevés et chez les patients normocalcémiques, l’action anti-ostéolytique du clodronate disodique est démontrée par une diminution de l’excrétion urinaire du calcium et de l’hydroxyproline.
L’administration quotidienne de ce produit réduit la formation de nouvelles lésions ostéolytiques et ralentit l’extension des lésions osseuses existantes.
Chez les malades présentant des métastases osseuses, des lésions osseuses en rapport avec un myélome, le clodronate ralentit le développement des lésions squelettiques existantes. Le clodronate induit également une diminution des phénomènes algiques liés à l’hyperostéolyse.
Les études de pharmacocinétique après administration orale sont très difficiles, d’une part en raison de la très grande affinité du clodronate disodique pour l’os, et d’autre part en raison de sa faible absorption digestive.
L’absorption est estimée à 2 à 8 % de la dose ingérée. Le clodronate est excrété sous forme inchangée dans les urines.
Pas de données particulières.
6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES
Noyau : cellulose microcristalline silicifiée (cellulose microcristalline, silice colloïdale anhydre), croscarmellose sodique, acide stéarique, stéarate de magnésium.
Pelliculage : OPADRY Y-1-7000 (hypromellose, macrogol 400, dioxyde de titane (E 171)).

3 ans.
A conserver à une température ne dépassant pas +30°C.
60 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/Aluminium).
Non documenté
INFORMATION NON TROUVEE
· 362 066-0 : 60 comprimés sous plaquettes thermoformées (PVC/Aluminium)
Non documenté

Liste I.

 

0000-00-00 - source: AFSSAPS

 

RSS Actualités médicales   Newsletter

Publicité



Sondage