p
u
b

 
 
 
 
 
 
ACTOSOLV 600 000 UI, poudre pour solution injectable

Urokinase 600 000 U.I. par flacon.



Pour les excipients, voir 6.1
Poudre pour solution injectable.

Non documenté
Ce produit ne doit être utilisé qu’en milieu hospitalier et sous surveillance médicale stricte. Son utilisation interdit toute injection intramusculaire.

La posologie est variable selon la nature de l’affection et la voie d’administration.
Voie intraveineuse :
·

Posologie modérée :
2.000 U.I./kg/h pendant 24 heures et au-delà, dans les thromboses veineuses et les ischémies artérielles des membres.
Au moment de la mise en place de la perfusion, pourra être injectée une dose initiale de 2.000 U.I./kg d’urokinase en 20 minutes.
A cette dose, l’héparine peut être associée d’emblée, à sa posologie habituelle, à l’urokinase mais ceci nécessite une surveillance biologique plus stricte.
·

Posologie forte :
4.000 à 5.000 U.I./kg/h pendant 12 heures. Cette posologie a été utilisée dans l’embolie pulmonaire sans adjonction d’héparine, l’héparinothérapie étant commencée après la perfusion d’urokinase.
Au moment de la mise en place de la perfusion, certains auteurs préconisent l’injection d’une dose initiale de 4.400 U.I./kg d’urokinase passée en 20 minutes.
Autres voies :
Dans certains cas, l’injection d’urokinase peut être pratiquée près du lieu de la thrombose ou de l’embolie :
· injection dans l’artère pulmonaire dans l’embolie pulmonaire ;
· injection intracoronarienne dans l’infarctus du myocarde ;
· injection intra-artérielle au voisinage du thrombus dans les ischémies aiguës des membres ;
· embolie pulmonaire : environ 2.000 U.I./kg/h pendant 24 heures ; embolie pulmonaire grave : 15.000 U.I./kg délivrées en 10 minutes en injection unique dans l’artère pulmonaire ;
· ischémies aiguës des membres : environ 1.000 U.I./kg/h.
Restauration de la perméabilité des cathéters veineux (cathéters veineux centraux et cathéters de dialyse) :
Avant administration de l’urokinase, il est important de s’assurer au préalable que le dysfonctionnement du cathéter n’est pas lié à une malposition ou à une obstruction d’origine mécanique.
Chez l’adulte :
En première intention :
· Vérifier l’occlusion du cathéter en essayant d’aspirer le sang à l’aide d’une seringue.
· En cas d’échec aspirer puis injecter l’urokinase selon la posologie préconisée.
· Injection d’une solution de concentration 5.000 à 10.000 U.I./ml, en quantité fonction du volume du cathéter et devant être injectée dans chaque branche obstruée.
· Attendre au moins 15 à 30 minutes et tenter d’aspirer le cathéter.
· Vérification de la reperméabilisation après au minimum 15 à 30 minutes.
·

L’opération est renouvelable si nécessaire 1 à 4 fois.
En cas d’échec :
Si la reperméabilisation n’est pas obtenue, et après vérification du positionnement du cathéter et de l’absence de contre-indication à l’administration d’urokinase par voie générale, une perfusion peut être initiée comme décrit ci-dessous.
· Perfusion chez l’adulte de 20.000 U.I./h pour les cathéters d’hémodialyse et de 40.000 U.I./h pour les autres cathéters pendant minimum 1 h ou jusqu’à reperméabilisation sans dépasser une dose maximale de 250.000 U.I.
Chez l’enfant :
En première intention :
· Vérifier l’occlusion du cathéter en essayant d’aspirer le sang à l’aide d’une seringue
· En cas d’échec aspirer puis injecter l’urokinase selon la posologie préconisée
· Injection d’une solution de concentration 5.000 U.I./ml à 10.000 U.I./ml en quantité fonction du volume du cathéter ou 4.400 U.I./kg, et devant être injectée dans chaque branche obstruée.
· Attendre au moins 15 à 30 minutes et tenter d’aspirer le cathéter.
· Vérification de la reperméabilisation après au minimum 15 à 30 minutes.
·

L’opération est renouvelable si nécessaire 1 à 4 fois.
En cas d’échec :
Si la reperméabilisation n’est pas obtenue, et après vérification du positionnement du cathéter et de l’absence de contre-indication à l’administration d’urokinase par voie générale, une perfusion peut être initiée comme décrit ci-dessous.
· Perfusion chez l’enfant de 4.400 U.I./kg/h en fonction de l’évolution échographique ou pendant 4 h au maximum.
Non documenté
Non documenté
Non documenté
Non documenté
Non documenté
Non documenté
La survenue d’accidents hémorragiques souvent en rapport avec un surdosage doit conduire à l’arrêt du traitement thrombolytique.
En l’absence d’hémorragie majeure, la demi-vie du produit étant très courte, il semble préférable de surveiller et d’attendre, sans conseiller de traitement systématique.
Si nécessaire, une administration de culots globulaires et/ou de plasma frais et/ou de cryoprécipités pourra être effectuée sous surveillance biologique.
5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES
Non documenté
Non documenté
INFORMATION NON TROUVEE
6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES
Non documenté

INFORMATION NON TROUVEE
Non documenté
Non documenté
Non documenté
EUMEDICA SA
67, Avenue Winston Churchill
B-1180 Bruxelles
Belgique
· 565 107-3 : Poudre (600 000 UI) en flacon (verre de type I) muni d’un bouchon (caoutchouc bromobutylé) – boîte de 1.
Non documenté

Liste I

 

0000-00-00 - source: AFSSAPS

 

RSS Actualités médicales   Newsletter

Publicité



Sondage