p
u
b

 
 
 
 
 
 
ADENOSCAN 30 mg/10 mL, solution pour perfusion

Chaque flacon de 10 mL d'Adenoscan contient 30 mg d'adénosine (3 mg/mL).

Pour tous les excipients, voir rubrique 6.1.

Solution pour perfusion.
Adenoscan est une solution stérile, limpide, incolore.


Adénoscan intraveineux est un vasodilatateur coronarien destiné à être utilisé lors de la scintigraphie de perfusion myocardique lorsque l'épreuve d'effort est impossible à effectuer ou inappropriée.

Adénoscan est destiné à l'usage hospitalier.
Il doit être administré comme pour une épreuve d'effort, sous surveillance cardiologique en ayant à disposition les moyens de réanimation cardio-respiratoire.
Pendant l'administration d'Adénoscan, un contrôle continu de l'électrocardiogramme est nécessaire en raison du risque de survenue d'arythmie pouvant mettre en jeu le pronostic vital.

La fréquence cardiaque et la pression artérielle doivent être contrôlées toutes les minutes.
Adultes :
1. Adénoscan doit être administré non dilué en perfusion intraveineuse périphérique continue à la posologie de 140 µg/kg/mn pendant 6 minutes à l'aide d'une pompe à perfusion. Il est recommandé d'administrer Adénoscan et le radiopharmaceutique en des points d'injection différents afin d'éviter d'injecter un embol d'adénosine.
2.

Le radiopharmaceutique est injecté après 3 minutes de perfusion d'Adénoscan alors que survient le pic du débit sanguin coronaire.

La vasodilatation optimale survient vers la 6 ième minute de perfusion d'Adénoscan.
3. Afin d'éviter un éventuel embol d’adénosine, la pression artérielle doit être mesurée au bras opposé à celui recevant la perfusion d'Adénoscan

Le tableau ci-dessous précise les recommandations en matière d'ajustement du débit de perfusion pour Adénoscan non dilué, en fonction du poids corporel (dose totale 0,84 mg/kg).

style='margin-left:53.15pt;border-collapse:collapse;border:none'>





















































Poids du patient (kg)

Débit de perfusion (m

L/mn)

45-49

2,1

50-54

2,3

55-59

2,6

60-64

2,8

65-69

3,0

70-74

3,3

75-79

3,5

80-84

3,8

85-89

4,0

90-94

4,2

95-99

4,4

100-104

4,7

Enfants :
En l'absence de données, l'Adénoscan n'est pas recommandé chez l'enfant.
Personnes âgées :
Voir les recommandations posologiques de l’adulte.

Adénoscan est contre-indiqué chez les patients présentant les pathologies suivantes :
· hypersensibilité connue à l'adénosine,
· bloc auriculo-ventriculaire du deuxième ou du troisième degré, dysfonctionnement sino-auriculaire (maladie de l'oreillette), à l'exception des patients porteurs d'un stimulateur cardiaque,
· syndrome du QT long,
· hypotension artérielle sévère,
· angor instable non stabilisé par un traitement médicamenteux,
· insuffisance cardiaque décompensée,
· broncho-pneumopathies chroniques obstructives avec bronchospasme clinique (ex. asthme bronchique),
· association avec le dipyridamole.

En raison du risque éventuel d'hypotension artérielle significative, Adénoscan doit être utilisé avec prudence chez les patients présentant :
· une sténose du tronc commun (gauche),
· une hypovolémie non corrigée,
· un rétrécissement valvulaire cardiaque,
· un shunt gauche-droit,
· une péricardite ou un épanchement péricardique,
· un dysfonctionnement du système nerveux autonome,
· une sténose carotidienne avec insuffisance vasculaire cérébrale.
La perfusion d'Adénoscan doit être interrompue chez tout patient présentant une hypotension artérielle persistante ou symptomatique.
Adénoscan doit être utilisé avec prudence chez les patients présentant :
· des antécédents récents d'infarctus du myocarde ou une insuffisance cardiaque sévère ;
· des troubles mineurs de la conduction (bloc auriculo-ventriculaire du 1er degré, bloc de branche) qui pourraient être transitoirement aggravés durant la perfusion.
· une fibrillation auriculaire, ou un flutter, spécialement chez ceux ayant une voie de la conduction accessoire, la conduction par cette voie anormale pouvant être favorisée.
Adenoscan peut entraîner des convulsions chez les patients sujets aux convulsions.
Il a été rapporté de rares cas de bradycardie sévère. Certains cas sont survenus chez des patients récemment transplantés ou chez des patients atteints de maladie sino-auriculaire occulte. La survenue d'une bradycardie sévère doit être considérée comme le signe d'une affection sous-jacente et doit conduire à l'arrêt du traitement. Une bradycardie sévère peut favoriser le développement de torsades de pointes, surtout en cas de prolongation de l'intervalle QT. Cependant, à ce jour, il n'a pas été rapporté d’observation de torsades de pointes lorsque l'on utilise l'adénosine en perfusion continue.
La survenue d'une insuffisance respiratoire (potentiellement fatale), d'une asystolie/arrêt cardiaque (potentiellement fatal), d'un angor, d’une bradycardie sévère ou d'une hypotension sévère doit faire interrompre le traitement.
Chez les patients ayant bénéficié d'une transplantation cardiaque récente (datant de moins de 1 an), une augmentation de la sensibilité cardiaque à l'adénosine a été observée.
Adénoscan peut déclencher ou aggraver un bronchospasme (cf 4.3 Contre-indications et 4.8 Effets indésirables).
La tolérance et l’efficacité n’ont pas été établies chez l’enfant. Par conséquent, il n’est pas recommandé d’utiliser Adénoscan chez l’enfant jusqu’à ce que de nouvelles données soient disponibles.
Adenoscan contient 9 mg de sodium par mL. En tenir compte chez les personnes suivant un régime hyposodé strict.


Le dipyridamole inhibe la capture cellulaire et le métabolisme de l'adénosine et potentialise l'action d'Adénoscan. Une étude a montré que le dipyridamole était susceptible de multiplier par quatre les effets de l'adénosine. De ce fait, il est conseillé de ne pas administrer Adénoscan à des patients traités par du dipyridamole. En cas d’utilisation indispensable d'Adénoscan, il faudra interrompre le dipyridamole 24 heures auparavant ou réduire de manière significative la dose d'Adénoscan.
L'aminophylline, la théophylline et les autres bases xanthiques sont des antagonistes compétitifs de l'adénosine et leur emploi doit être évité dans les 24 heures précédant l'utilisation d'Adénoscan.
La consommation d'aliments et des boissons contenant des bases xanthiques (thé, café, chocolat et des boissons au cola) doit être évitée au moins dans les 12 heures précédant l'utilisation d'Adénoscan.
L'Adénoscan peut être administré sans danger en association avec d'autres médicaments à visée cardiologique ou vasoactifs (voir rubrique 5.1 Propriétés pharmacodynamiques).

Grossesse
On ne sait pas si Adénoscan a des effets secondaires néfastes chez la femme enceinte ou allaitante. Cependant, son utilisation pendant la grossesse est contre-indiquée sauf si le bénéfice attendu compense les éventuels risques.
Allaitement
L'Adénoscan ne doit pas être utilisé pendant l'allaitement.

Sans objet.

Les effets liés à l'activité pharmacologique de l'adénosine sont fréquents mais en général limités et de courte durée. En cas de survenue d’effet indésirable grave, il peut s’avérer nécessaire d’interrompre la perfusion.
Les méthylxanthines, telles que l'aminophylline IV, ou la théophylline, ont été utilisées pour traiter les effets secondaires persistants (50-125 mg en injection intraveineuse lente).
Les effets indésirables sont classés par système organe/classe et par fréquence : très fréquents (>1/10), fréquents (≥1/100, <1/10), peu fréquents (≥1/1000, <1/100), rares (≥1/10000, <1/1000), très rares (<1/10000), inconnue (lorsque la fréquence ne peut pas être estimée d’après les données disponibles).
Affections cardiaques

· Fréquents : hypotension artérielle (cf 4.4 Mises en garde et précautions d’emploi), bloc auriculo-ventriculaire, sous-décalage du segment ST, tachycardie ventriculaire soutenue ou non soutenue.
La perfusion devra être interrompue en cas de survenue de bloc auriculo-ventriculaire prolongé du deuxième ou du troisième degré.
En cas de survenue d’un bloc auriculo-ventriculaire de premier degré, les patients doivent être étroitement surveillés car, dans un quart des cas, le bloc évoluera vers un degré supérieur.
· Rares : bradycardie parfois sévère (cf 4.4 Mises en garde et précautions d’emploi)
· Fréquence inconnue : asystolie/arrêt cardiaque (quelques cas d’issue fatale, cf 4.4 Mises en garde et Précautions d’emploi), tachycardie sinusale, fibrillation auriculaire, fibrillation ventriculaire.
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
· Très fréquents : dyspnée (ou besoin de respirer profondément)
· Rares : bronchospasme (cf 4.4 Mises en garde et précautions d’emploi), congestion nasale
· Très rares : insuffisance respiratoire (voir rubrique 4.4 Mises en garde et Précautions d’emploi).
· Fréquence inconnue : apnée/arrêt respiratoire
Des cas d’issue fatale d’insuffisance respiratoire, de bronchospasme et d’apnée/arrêt respiratoire ont été rapportés.
Affections du système nerveux
· Très fréquents : céphalées
· Fréquents : étourdissements, sensation de « tête vide »
· Peu fréquents : paresthésies
· Rares : tremblements, somnolence
· Fréquence inconnue : perte de connaissance/syncope, convulsions, particulièrement chez les patients prédisposés (cf. 4.4 Mises en garde et précautions d’emploi)
Affections oculaires
· Rares : vision trouble
Affections de l’oreille et du labyrinthe
· Rares : acouphènes
Affections psychiatriques
· Peu fréquents : nervosité
Affections gastro-intestinales
· Fréquents : nausées, vomissements, gêne abdominale
· Peu fréquents : goût métallique, sécheresse de la bouche
Affections du rein et des voies urinaires
· Rares : impériosité mictionnelle
Affections des organes de reproduction et du sein
· Rares : gêne au niveau des mamelons
Affections vasculaires
· Très fréquents : flush facial
Troubles généraux et anomalies au site d’administration
· Très fréquents : douleur ou oppression thoracique
· Fréquents : gêne au niveau de la gorge, du cou et de la mâchoire
· Peu fréquents : sueurs, gêne au niveau des bras, des jambes ou du dos, sensation de faiblesse
· Très rares : réactions au site d’injection

Aucun cas de surdosage n'a été rapporté. Un surdosage pourrait entraîner une hypotension artérielle sévère, une bradycardie ou une asystolie. La demi-vie de l'adénosine plasmatique étant très brève ; les effets secondaires d'Adénoscan (s'ils apparaissent) disparaissent en général rapidement lorsque la perfusion est arrêtée. L'administration intraveineuse d'aminophylline, ou de théophylline peut parfois s’avérer nécessaire.

5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES
Code ATC : AUTRES PREPARATIONS CARDIAQUES (C0 1 EB 10)
Nucléoside endogène avec effet vasodilatateur périphérique/anti-arythmique
L'adénosine est un vasodilatateur puissant au niveau de la plupart des lits vasculaires, à l'exception des artérioles rénales afférentes et des veines hépatiques où elle provoque une vasoconstriction. L'adénosine exerce ses effets pharmacologiques par l'intermédiaire d'une activation des récepteurs puriniques (récepteurs membranaires A1 et A2 à l'adénosine). Bien que l'on ignore le mécanisme exact par lequel l'activation des récepteurs de l'adénosine entraîne une relaxation du muscle lisse vasculaire, il semble qu'il se produise à la fois une inhibition du courant calcique entrant lent qui diminue l’entrée du calcium et une activation de l'adénylate cyclase par l'intermédiaire des récepteurs A2 des cellules musculaires lisses. L'adénosine peut également réduire le tonus vasculaire en modulant la neurotransmission sympathique. La capture intracellulaire de l'adénosine se fait par l'intermédiaire d'un système de transport transmembranaire spécifique des nucléosides.
Dès son entrée dans la cellule, l'adénosine est rapidement phosphorylée par une adénosine kinase en adénosine monophosphate, ou bien désaminée par une adénosine désaminase en inosine. Ces métabolites intracellulaires de l'adénosine n'ont pas d'effet vaso-moteur.
Les études par cathétérisme intracoronaire avec mesure Doppler du flux ont démontré que l'injection intraveineuse d'Adénoscan à la posologie de 140 µg/kg/mn provoquait une hyperhémie coronaire maximale (comparativement à l'injection intra-coronaire de papavérine) chez environ 90 % des sujets, dans les 2 à 3 minutes suivant le début de la perfusion.
La vitesse du débit coronaire revient à son niveau basal dans les une à deux minutes après arrêt de la perfusion d'Adénoscan.
L'augmentation du débit sanguin induite par Adénoscan est significativement plus importante dans les artères coronaires normales que dans les artères sténosées.
Adénoscan induit une redistribution du débit coronaire de l'endocarde vers l'épicarde, et une réduction du débit coronaire collatéral, à l'origine d'une ischémie régionale.
On a montré que la perfusion continue d'adénosine chez l'homme provoque une légère baisse dose-dépendante de la pression artérielle moyenne et un effet chronotrope positif dose-dépendant, vraisemblablement secondaire à la stimulation sympathique.
Cette élévation réflexe de la fréquence cardiaque débute plus tardivement que l'effet chronotrope/dromotrope négatif. Ces effets opposés s'observent principalement après une injection en embol expliquant ainsi l'intérêt potentiel de l'adénosine comme traitement des arythmies supraventriculaires lorsqu'elle est administrée en embol ou comme vasodilatateur coronaire lorsqu'elle est administrée en perfusion.
Bien qu'Adénoscan modifie la conduction intra-myocardique, il a été utilisé efficacement et sans risque en association avec d'autres médicaments à cardiotropes ou vaso-actifs tels que les bêta-bloquants, les inhibiteurs calciques, les dérivés nitrés, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine I, les diurétiques, les digitaliques ou les anti-arythmiques.

Il est impossible d'étudier la pharmacocinétique de l'adénosine par les méthodes classiques. Elle est présente sous différentes formes dans toutes les cellules de l'organisme où elle joue un rôle important dans les systèmes de production et d'utilisation énergétiques. Un système efficace de récupération et de recyclage existe dans l'organisme, principalement au niveau des érythrocytes et des cellules endothéliales des vaisseaux sanguins. La demi-vie in vitro est estimée à moins de 10 secondes. La demi-vie in vivo est vraisemblablement encore plus courte.
Le rein et le foie n'étant pas impliqués dans la dégradation de l'adénosine exogène, l'efficacité d'Adénoscan ne devrait pas être modifiée par l’insuffisance rénale ou hépatique.

Comme l'Adénosine est naturellement présente dans toutes les cellules vivantes, aucune étude animale du potentiel carcinogène d'Adénoscan (adénosine) n'a été réalisée.

6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES
Chlorure de sodium.
Eau pour préparations injectables.


La durée de conservation du produit non ouvert est de 3 ans.
Le produit doit être utilisé immédiatement après l'ouverture.

Ne pas conserver au réfrigérateur.

Flacons en verre type I avec bouchon en chlorobutyl, conditionnés par boîte de 6 flacons.

Voir chapitre 4.2 : Posologie et mode d’administration.
Le produit est seulement à usage unique.
Toute fraction inutilisée du flacon doit être éliminée.
Le produit doit être contrôlé visuellement avant administration pour vérifier l’absence de particules et de coloration. En cas de modification de l’apparence visuelle du produit, le flacon doit être éliminé.

SANOFI AVENTIS FRANCE
1-13 BOULEVARD ROMAIN ROLLAND
75014 PARIS

· 559 981.7 (1997) – 10 mL en flacon (verre), boîte de 6.

Non documenté
[à compléter par le titulaire]
11. DOSIMETRIE
Sans objet.
12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES
Sans objet.


Liste I
Médicament réservé à l'usage hospitalier.
Ne peut être administré que sous surveillance médicale stricte.


 

0000-00-00 - source: AFSSAPS

 

RSS Actualités médicales   Newsletter

Publicité



Sondage