p
u
b

 
 
 
 
 
 
ALFALASTIN 33,33 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable

Alpha-1 antitrypsine humaine... 33,33 mg
pour 1 ml de solution reconstituée
Après reconstitution: 1 flacon de 30 ml contient 1 g d’alpha-1 antitrypsine humaine

Pour les excipients, voir rubrique 6.1.

Poudre et solvant pour solution injectable.


Ce médicament est indiqué dans le traitement substitutif des formes graves de déficit primitif en alpha-1 antitrypsine chez les sujets de phénotype PiZZ ou PiSZ avec emphysème pulmonaire.

Le traitement est à mettre en oeuvre le plus tôt possible à partir du moment où se manifestent les premiers signes d'emphysème.
Ce traitement est à poursuivre :
· soit de façon continue surtout en cas d'emphysème très évolutif,
· soit par cures discontinues lors des poussées infectieuses bronchopulmonaires.

L'exposition continue ou récurrente à des aérocontaminants susceptibles d'accroître la charge protéasique intrapulmonaire est le seul facteur connu de développement de l'emphysème.

L'arrêt du tabac est donc impératif et la protection du sujet à l'égard d'éventuels aérocontaminants professionnels est fortement recommandée.

Posologie
Une dose de 60 mg/kg d'A

LFA

LASTIN, injectée une fois par semaine, par voie intraveineuse, permet d'obtenir un taux plasmatique d'alpha-1 antitrypsine comparable à celui des sujets non déficitaires.
Des dosages d'alpha-1 antitrypsine doivent être effectués chez le malade traité une fois par mois pendant les six premiers mois du traitement puis ultérieurement tous les trois à quatre mois.

Les doses à injecter seront éventuellement corrigées de façon à obtenir le maintien d'un taux plasmatique minimum de 11 µM (0,50 g/l) à 15 µM (0,70 g/l).
Mode et voie d'administration
A

LFA

LASTIN est une poudre à reconstituer extemporanément avec de l'eau pour préparations injectables, selon les modalités décrites dans le paragraphe “Instructions pour l'utilisation et la manipulation”.
A

LFA

LASTIN doit être injecté exclusivement par voie intraveineuse, en une seule fois, immédiatement après reconstitution, sans dépasser un débit de 4 ml/mn.

Hypersensibilité à l'un des constituants de la préparation.

Le traitement substitutif des déficits constitutionnels avec ALFALASTIN doit être pris en charge ou surveillé par un pneumologue.
Il est conseillé de surveiller le patient pendant une heure et demie après l'injection.
Les mesures habituelles de prévention du risque de transmission d’agents infectieux par les médicaments préparés à partir de sang ou de plasma humain comprennent la sélection clinique des donneurs, la recherche des marqueurs spécifiques d’infection sur chaque don et sur les mélanges de plasma ainsi que la mise en œuvre dans le procédé de fabrication d’étapes efficaces pour l’inactivation/élimination virale. Cependant, lorsque des médicaments préparés à partir de sang ou de plasma humain sont administrés, le risque de transmission d’agents infectieux ne peut pas être totalement exclu. Ceci s’applique également aux virus inconnus ou émergents ou autres types d’agents infectieux.
Les mesures prises sont considérées comme efficaces vis-à-vis des virus enveloppés tels que le VIH, le VHB et le VHC.
Les mesures prises peuvent être d’efficacité limitée vis-à-vis des virus non-enveloppés tels que le VHA et le parvovirus B19. L'infection par le parvovirus B19 peut être sévère chez le fœtus et chez les personnes atteintes de certains types d’anémies ou d'un déficit immunitaire.
Une vaccination appropriée (hépatites A et B) des patients recevant régulièrement ALFALASTIN est recommandée.

Aucune interaction médicamenteuse avec ALFALASTIN n'est connue à ce jour. Néanmoins le mélange préalable avec d'autres produits et(ou) médicaments est formellement déconseillé.

L'innocuité d'ALFALASTIN chez la femme enceinte n'a pas été évaluée par des essais cliniques contrôlés. L'expérimentation animale est insuffisante pour établir la sécurité vis-à-vis de la reproduction, du déroulement de la grossesse, du développement de l'embryon ou du fœtus et du développement post-natal.
Par conséquent, ALFALASTIN ne sera prescrit qu'en cas de nécessité absolue au cours de la grossesse et de l'allaitement.

Rien ne suggère qu'ALFALASTIN diminue l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Il n'a pas été rapporté d'effets indésirables à ce jour, cependant l'expérience clinique est limitée.
En cas d'allergie ou de réaction anaphylactique, l'administration devra être interrompue immédiatement. En cas de choc, le traitement symptomatique de l'état de choc devra être instauré.

Aucun cas de surdosage n'a été rapporté.

5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES
Classe pharmacothérapeutique : inhibiteur de protéase, alpha-1 antitrypsine humaine
Code ATC : B02AB02
L'alpha-1 antitrypsine est l'inhibiteur physiologique de l'élastase (90 % de l'activité anti-élastasique), ainsi que de la trypsine, la chymotrypsine, la thrombine et les protéases bactériennes. Elle contrôle la dégradation des tissus et son rôle est donc fondamental dans le maintien des structures anatomiques normales du poumon.
ALFALASTIN agit comme l'alpha-1 antitrypsine endogène.

Sa demi-vie est d'environ 4 jours.
Une dose de 60 mg/kg/semaine permet d'obtenir la stabilisation du taux d'alpha-1 antitrypsine circulant entre 11 µM et 15 µM soit 0,5 et 0,7 g/l pour des patients présentant un taux initial de 2,2µM à 4,4 µM soit 0,1 à 0,2 g/l.
Ce taux plasmatique obtenu s'accompagne, au niveau du parenchyme pulmonaire, d'une activité anti‑élastasique suffisante pour protéger la structure conjonctive interalvéolaire.

Chez l'animal, le test de toxicité à dose unique n'est pas pertinent, car des doses plus importantes conduiraient à des surcharges, de même les tests de toxicité à doses réitérées ne peuvent être pratiqués en raison de la spécificité d'espèce.
Les données précliniques ne laissent supposer aucune potentialité mutagène de ce médicament.

6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES
Poudre : chlorure de sodium, trométamol, glycine.
Solvant : eau pour préparations injectables.


2 ans.
Après reconstitution, une utilisation immédiate est recommandée. Toutefois la stabilité physico-chimique de la solution a été démontrée pendant 3 heures à + 25°C.

A conserver au réfrigérateur (entre +2°C et +8°C) et à l'abri de la lumière.
Ne pas congeler.

1 g de poudre en flacon (verre de type I) + 30 ml de solvant en flacon (verre de type I) munis de bouchons (bromobutyle) avec un système de transfert muni d'un évent à filtre stérilisant et une aiguille-filtre - boîtede 1.

Reconstitution :
Respecter les règles d'asepsie habituelles.
Ne jamais utiliser les flacons dès la sortie du réfrigérateur.
· Amener les deux flacons (poudre et solvant) à température ambiante.
· Retirer la capsule protectrice du flacon de solvant (eau pour préparations injectables) et du flacon de poudre.
· Désinfecter la surface de chaque bouchon.
· Retirer le capuchon protecteur translucide du système de transfert et insérer à fond le biseau ainsi dégagé au centre du bouchon du flacon de solvant en opérant simultanément un mouvement de rotation.
· Retirer le deuxième capuchon protecteur de l'autre extrémité du système de transfert.
· Maintenir les deux flacons dans une position horizontale (évent vers le haut) et enfoncer rapidement l'extrémité libre du biseau au centre du bouchon du flacon de poudre. Veiller à ce que le biseau soit toujours immergé dans le solvant pour éviter un cassage précoce du vide.
· Placer immédiatement l'ensemble dans une position verticale, flacon de solvant bien au-dessus du flacon de poudre, de façon à permettre le transfert du solvant vers la poudre.
· Pendant le transfert, diriger le jet de solvant sur toute la surface de la poudre. Veiller à ce que la totalité du solvant soit transférée.
· A la fin du transfert, le vide est automatiquement cassé (air stérile).
· Retirer le flacon vide (solvant) avec le système de transfert.
· Agiter modérément par un mouvement de rotation doux pour éviter la formation de mousse, jusqu'à dissolution complète de la poudre.
La mise en solution est généralement instantanée et doit être totale en moins de 10 minutes.
La solution est claire ou légèrement opalescente. Ne pas utiliser de solution trouble ou contenant un dépôt.
Administration :
· Aspirer le produit dans une seringue stérile à l'aide de l'aiguille-filtre fournie.
· Retirer l'aiguille-filtre de la seringue et la remplacer par une aiguille intraveineuse ou une aiguille épicrânienne.
· Expulser l'air de la seringue et piquer la veine après désinfection
· Injecter lentement par voie intraveineuse en une seule fois, immédiatement après reconstitution, sans dépasser un débit de 4 ml/mn.
Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

LABORATOIRE Français DU FRACTIONNEMENT
ET DES bioTECHNOLOGIES
3, avenue des Tropiques
BP 305 – LES ULIS
91958 COURTABOEUF CEDEX
FRANCE

· 566 118-9 : poudre en flacon (verre de type I) + 30 ml de solvant en flacon (verre de type I) munis de bouchons (bromobutyle) avec un système de transfert muni d'un évent à filtre stérilisant et une aiguille-filtre - boîtede 1.

Non documenté

Liste I.
Médicament soumis à prescription hospitalière.




 

0000-00-00 - source: AFSSAPS

 

RSS Actualités médicales   Newsletter

Publicité



Sondage