p
u
b

 
 
 
 
 
 
AMOXICILLINE/ACIDE CLAVULANIQUE GNR 100 mg/12,5 mg par ml NOURRISSONS, poudre pour suspension buvable en flacon (rapport amoxcilline/acide clavulanique : 8/1)

Amoxicilline... 100,00 mg sous forme d’amoxicilline trihydratée
Acide clavulanique... 12,50 mg sous forme de clavulanate de potassium
pour 1 ml de suspension reconstituée.

Pour les excipients, voir rubrique 6.1.
Poudre pour suspension buvable (blanche à beige, poudre cristalline)
Après reconstitution, suspension homogène pratiquement blanche à très légèrement beige.

Elles procèdent de l’activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de ce médicament. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles il a donné lieu et de sa place dans l’éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.
Elles sont limitées aux infections dues aux germes reconnus sensibles, notamment à certaines situations où les espèces bactériennes responsables de l’infection peuvent être multiples et/ou résistantes aux antibiotiques actuellement disponibles.
Ce dosage est indiqué chez le nourrisson de moins de 30 mois dans :
· otites moyennes aiguës,
· infections respiratoires basses,
· infections urinaires.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l’utilisation appropriée des antibactériens.
Posologies exprimées en amoxicilline
NOURRISSONS
80 mg/kg/jour en trois prises.

Les trois prises sont recommandées afin d’obtenir des concentrations sériques suffisantes au cours du nycthémère.
Mode d’administration
Ce médicament s’administre par voie orale.

L’administration se fait avec la seringue pour administration orale graduée en kg de poids corporel.

style='border-collapse:collapse;border:none'>





La dose par prise est indiquée, en fonction du poids de l’enfant, sur le piston de la seringue pour administration orale graduée en kg.

La dose se lit donc directement sur les graduations de la seringue pour administration orale. Ainsi, le poids indiqué correspond à la dose pour une prise. Trois prises par jour sont nécessaires.
Par exemple, la graduation n°5 correspond à la dose à administrer par prise pour un enfant de 5 kg, et ce, trois fois par jour.

Prendre le médicament de préférence en début de repas.
Ce médicament NE DOIT JAMAIS ÊTRE UTILISÉ en cas de :
· allergie aux antibiotiques de la famille des bêta-lactamines (pénicillines, céphalosporines): tenir compte du risque d’allergie croisée avec les antibiotiques du groupe des céphalosporines,
· allergie à l’un des constituants du médicament,
· antécédent d’atteinte hépatique liée à l’association amoxicilline/acide clavulanique.
Ce médicament EST GENERALEMENT DECONSEILLE en cas d’association avec le méthotrexate (voir rubrique 4.5).
Mises en garde
La survenue de toute manifestation allergique impose l’arrêt du traitement et la mise en place d’un traitement adapté.
Des réactions immunoallergiques, dont des réactions d'hypersensibilité (anaphylaxie) sévères et parfois fatales ont été exceptionnellement observées chez les malades traités par les bêta-lactamines.
Leur administration nécessite donc un interrogatoire préalable.
Devant des antécédents d’allergie typique à ces produits, la contre-indication est formelle.
L’allergie aux pénicillines est croisée avec l’allergie aux céphalosporines dans 5 à 10% des cas. Ceci conduit à proscrire les pénicillines lorsque le sujet est un allergique connu aux céphalosporines.
La survenue, en début de traitement, d’un érythème généralisé fébrile associé à des pustules, doit faire suspecter une pustulose exanthématique aiguë généralisée (voir rubrique 4.8) ; elle impose l’arrêt du traitement et contre-indique toute nouvelle administration d’amoxicilline seule ou associée.
Ce médicament contient 1,334 mg de sodium par dose. A prendre en compte chez les patients contrôlant leur apport alimentaire en sodium.
Précautions d’emploi
Comme avec toutes les bêta-lactamines, contrôler régulièrement la formule sanguine en cas d’administration de doses élevées d’amoxicilline.
L’administration de fortes doses de bêta-lactamines, chez l’insuffisant rénal ou chez les patients présentant des facteurs prédisposants tels que des antécédents de convulsions, épilepsie traitée ou atteintes méningées peut exceptionnellement entraîner des convulsions.
Chez l’insuffisant rénal, pour des clairances de la créatinine inférieures ou égales à 30 ml/min., adapter la posologie.
L’existence d’un faible débit urinaire est un facteur de risque de survenue d’une cristallurie.
En cas d’administration de doses élevées d’amoxicilline, un apport hydrique suffisant doit être assuré pour réduire les risques de cristallurie.
Le risque de survenue d’effet indésirable hépatique (cholestase) est majoré en cas de traitement supérieur à 10 jours et tout particulièrement au-delà de 15 jours.
En cas de traitement prolongé, il est recommandé de surveiller les fonctions hépatique et rénale.
L’association amoxicilline/acide clavulanique doit être utilisée avec précaution en cas d’atteinte hépatique.
Examens paracliniques
Incidences sur les paramètres biologiques :
Une positivation du test de Coombs direct a été obtenue en cours de traitement par des bêta-lactamines. Ceci pourrait également survenir chez les sujets traités par l’association amoxicilline/acide clavulanique. De fausses positivations de ce test liées à la présence d’acide clavulanique, ont aussi été observées.
A de très fortes concentrations, l'amoxicilline tend à :
· diminuer les résultats des dosages de la glycémie,
· interférer dans les déterminations du taux de protides totaux du sérum par réaction colorée,
· donner une réaction colorée faussement positive dans les dosages de la glycosurie par la méthode semi-quantitative colorimétrique.
Associations déconseillées
+ Méthotrexate
Augmentation des effets et de la toxicité hématologique du méthotrexate par inhibition de la sécrétion tubulaire rénale par les pénicillines.
Associations à prendre en compte
+ Allopurinol (et par extrapolation, autres inhibiteurs de l’uricosynthèse)
Risque accru de réactions cutanées.
Problèmes particuliers du déséquilibre de l’INR
De nombreux cas d’augmentation de l’activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l’âge et l’état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l’INR. Cependant, certaines classes d’antibiotiques sont davantage impliquées : il s’agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.
Sans objet.
Sans objet.
Infections et infestations
style='border-collapse:collapse'>





Fréquent :

Candidose cutanéo-muqueuse.

Affections hématologiques et du système lymphatique
style='border-collapse:collapse'>








Des cas d’éosinophilie ont été signalés.

Rare :

Leucopénie (neutropénie), agranulocytose, thrombocytopénie et anémie hémolytique réversibles.

Affections du système immunitaire
style='border-collapse:collapse'>




Manifestations allergiques dont urticaire, œdème de Quincke, gêne respiratoire, très rare anaphylaxie (dont choc anaphylactique) , maladie sérique, vascularite d’hypersensibilité.

Affections du système nerveux
style='border-collapse:collapse'>









Peu fréquent :

Vertiges, céphalées.

Très rare :

Convulsions.

Affections gastro-intestinales
style='border-collapse:collapse'>













Fréquent :

Diarrhées, selles molles, nausées, vomissements.

Peu fréquent :

Dyspepsie et douleurs abdominales.

Très rare :

Colite pseudo-membraneuse et colite hémorragique.
Des colorations dentaires superficielles, généralement réversibles après brossage, ont été rapportées très rarement chez l’enfant avec les formes pour suspension buvable.

Affections hépatobiliaires
style='border-collapse:collapse'>









Peu fréquent :

Augmentation modérée et asymptomatique des ASAT, ALAT ou phosphatases alcalines.

Très rare :

Ictère et/ou hépatite cholestatique ou mixte.
Ces cas semblent survenir plus volontiers chez des patients âgés et de sexe masculin et lors d'un traitement prolongé (de plus de 10 jours et en particulier pour des traitements supérieurs à 15 jours).
Ces effets surviennent au cours du traitement mais dans certains cas peuvent n’apparaître que plusieurs semaines après l'arrêt de celui-ci.
L'examen histopathologique du foie met habituellement en évidence une cholestase centro-lobulaire.
L'évolution est généralement favorable mais peut être prolongée de quelques semaines. De très rares cas d’évolution fatale ont été observés.

Affections de la peau et du tissu sous-cutanée
style='border-collapse:collapse'>













Peu fréquent :

Eruption cutanée, prurit et urticaire.

Rare :

Erythème polymorphe.

Très rare :

Syndrome de Stevens-Johnson, syndrome de Lyell, dermatite bulleuse ou exfoliative et pustulose exanthématique aiguë généralisée (voir rubrique 4.4/Mises en garde). Ces manifestations cutanées peuvent être plus fréquentes et/ou plus intenses chez des patients présentant une mononucléose infectieuse ou une leucémie lymphoïde en évolution.

Affections du rein et des voies urinaires
style='border-collapse:collapse'>




Des cas de néphrite interstitielle aiguë, cristallurie ont été signalés.

Les manifestations de surdosage peuvent être neuropsychiques, rénales (cristallurie - voir rubrique 4.4/Précautions d’emploi) et gastro-intestinales.
Le traitement en est symptomatique en surveillant particulièrement l’équilibre hydroélectrolytique. L’amoxicilline et l’acide clavulanique peuvent être éliminés par hémodialyse.
5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES
Classe pharmacothérapeutique : ANTIBACTERIENS A USAGE SYSTEMIQUE,
Code ATC : J01CR02.
Ce médicament est une formulation associant l'amoxicilline et l'acide clavulanique, puissant inhibiteur de bêta-lactamases. L'acide clavulanique inhibe rapidement et irréversiblement la plupart des bêta-lactamases produites par des bactéries à Gram positif et à Gram négatif.
De ce fait, ce médicament se montre actif sur un nombre important de bactéries y compris les bactéries résistantes par sécrétion de bêta-lactamases de type essentiellement pénicillinases, que cette résistance soit acquise (staphylocoque doré, gonocoque, Haemophilus influenzae, colibacille, Proteus mirabilis) ou naturelle (klebsielles, Proteus vulgaris, Bacteroïdes fragilis).
SPECTRE D’ACTIVITE ANTIBACTERIENNE
Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire et ces dernières, des résistantes :
S £ 4 mg/l et R > 16 mg/l
CMI pneumocoque : S £ 0,5 mg/l et R > 2 mg/l.
La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d’informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d’infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu’une orientation sur les probabilités de la sensibilité d’une souche bactérienne à cet antibiotique.
Lorsque la variabilité de la prévalence de la résistance en France est connue pour une espèce bactérienne, elle est indiquée dans le tableau ci- dessous :



style='width:446.55pt;margin-left:5.75pt;border-collapse:collapse'>





































































































































































































































































































Catégories

Fréquence de résistance acquise en France (> 10%) (valeurs extrêmes)

ESPÈCES SENSIBLES



Aérobies à Gram positif



Corynebacterium diphtheriae



Enterococcus faecalis



Erysipelothrix rhusiopathiae



Listeria monocytogenes



Nocardia asteroïdes



Staphylococcus méti-S



Streptococcus



Streptococcus bovis



Streptococcus pneumoniae

15 - 35%

Aérobies à Gram négatif



Actinobacillus actinomycetemcomitans



Bordetella pertussis



Branhamella catarrhalis



Burkholderia pseudo-mallei



Campylobacter



Capnocytophaga



Citrobacter koseri



Eikenella



Escherichia coli

10 - 30%

Haemophilus influenzae



Haemophilus para-influenzae



Klebsiella

0 - 20%

Neisseria gonorrhoeae



Neisseria meningitidis



Pasteurella multocida



Proteus mirabilis

10 - 20%

Proteus vulgaris



Salmonella

0 - 40%

Shigella

0 - 30%

Vibrio cholerae



Anaérobies



Actinomyces



Bacteroides



Clostridium



Eubacterium



Fusobacterium



Peptostreptococcus



Porphyromonas



Prevotella



Propionibacterium acnes



Veillonella



Autres



Bartonella



Borrelia



Leptospira



Treponema



ESPÈCES MODÉRÉMENT SENSIBLES



(in vitro de sensibilité intermédiaire)



Aérobies à Gram positif



Enterococcus faecium

40 - 80%

ESPÈCES RÉSISTANTES



Aérobies à Gram positif



Staphylococcus méti-R *



Aérobies à Gram négatif



Acinetobacter



Citrobacter freundii



Enterobacter



Legionella



Morganella morganii



Proteus rettgeri



Providencia



Pseudomonas



Serratia



Yersinia enterocolitica



Autres



Chlamydia



Coxiella



Mycobacterium



Mycoplasma



Rickettsia



*La fréquence de résistance à la méticilline est environ de 30 à 50% de l’ensemble des staphylocoques et se rencontre surtout en milieu hospitalier.
Les études pharmacocinétiques conduites chez l'adulte ont démontré la bioéquivalence des formes orales.
Chacun des deux composants de la formulation montre sensiblement les mêmes caractéristiques pharmacocinétiques, notamment : temps du pic sérique, volume de distribution, biodisponibilité, clairance rénale, et demi-vie d'élimination.
Absorption
La présence d'acide clavulanique ne modifie pas les qualités de l'amoxicilline au plan de l'absorption et de la biodisponibilité.
Les profils d'absorption des deux composants de ce médicament sont semblables.
L'absorption de l’acide clavulanique est cependant significativement augmentée lorsque le médicament est pris au début du repas.
Distribution
Chez l’adulte, les pics sériques après la prise orale d’un sachet dosé à 1 g d’amoxicilline et 125 mg d’acide clavulanique atteignent des concentrations de l’ordre de :
13 à 15 mg/l pour l’amoxicilline, en 60 à 90 minutes
3 à 5 mg/l pour l’acide clavulanique, en 50 à 60 minutes.
Chez l’adulte, les pics sériques après la prise orale de 2 comprimés dosés à 500 mg d’amoxicilline et 62,5 mg d’acide clavulanique atteignent des concentrations de l’ordre de :
13 à 15 mg/l pour l’amoxicilline, en 60 à 120 minutes
2 à 3 mg/l pour l’acide clavulanique, en 60 à 100 minutes.
Chez l’enfant, les pics sériques, 30 à 40 minutes après une prise unitaire orale de 26,67 mg/kg d’amoxicilline et de 3,33 mg/kg d’acide clavulanique de l’association dosée à 100 mg/12,5 mg par ml sont de l’ordre de :
11,37 mg/l pour l’amoxicilline,
2,47 mg/l pour l’acide clavulanique.
Chez le nourrisson, 30 à 60 minutes après une prise unitaire orale de 20 mg/kg d’amoxicilline et de 2,5 mg/kg d’acide clavulanique de l’association dosée à 100 mg/12,5 mg par ml, les pics sériques sont de l’ordre de :
7,5 mg/l pour l’amoxicilline,
1,5 mg/l pour l’acide clavulanique.
L’amoxicilline et l’acide clavulanique traversent la barrière placentaire. L’amoxicilline passe dans le lait maternel ; pas de données disponibles chez la femme allaitante pour l’acide clavulanique.
Biodisponibilité
de l'amoxicilline : 85%
de l'acide clavulanique : 75%.
La diffusion simultanée est de même ordre de grandeur pour chacun des deux composants dans la plupart des tissus et milieux biologiques. Ainsi, le rapport entre taux tissulaires (ou milieux biologiques) et taux sériques est en moyenne de :
dans l'oreille moyenne :
45% pour l'amoxicilline,
30% pour l'acide clavulanique.
dans le tissu cutané :
33% pour l'amoxicilline,
26% pour l'acide clavulanique.
dans la bile :
86% pour l'amoxicilline,
50% pour l'acide clavulanique.
dans le liquide pleural :
71% pour l'amoxicilline,
91% pour l'acide clavulanique.
Dans le liquide péritonéal et les expectorations, l'amoxicilline et l'acide clavulanique sont également retrouvés.
Demi-vies d’élimination
pour 1 sachet dosé à 1 g d’amoxicilline et 125 mg d’acide clavulanique :
o 60 à 70 minutes pour l'amoxicilline,
o 55 à 65 minutes pour l'acide clavulanique.
pour 2 comprimés dosés à 500 mg d’amoxicilline et 62,5 mg d’acide clavulanique :
o 55 à 100 minutes pour l'amoxicilline,
o 55 à 80 minutes pour l'acide clavulanique.
Taux de liaison aux protéines plasmatiques (déterminé par ultrafiltration) de même ordre :
17% pour l'amoxicilline
22% pour l'acide clavulanique.
Biotransformation
L'amoxicilline est très partiellement transformée dans l'organisme en acide pénicilloïque. L'acide clavulanique est en partie transformé en métabolites de faible poids moléculaire.
Excrétion
L'élimination de l'amoxicilline et de l'acide clavulanique se fait principalement par voie rénale.
Chaque composant est retrouvé dans les urines sous forme active, à très fortes concentrations :
supérieures à 1 000 mg/l pour l'amoxicilline,
supérieures à 150 mg/l pour l'acide clavulanique,
dans les urines recueillies entre 2 et 4 heures, recueillies après une dose de 500 mg d’amoxicilline et 125 mg d’acide clavulanique.
Les quantités dosées dans les urines recueillies pendant les 6 premières heures représentent :
65% de la dose administrée pour l'amoxicilline,
30 à 45% de la dose administrée pour l'acide clavulanique.
Chez l’insuffisant rénal
En cas d'insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 10 ml/min.), la demi-vie de l'acide clavulanique augmente moins que celle de l'amoxicilline qui conditionne l'adaptation éventuelle de la posologie.
Sans objet.
6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES
Acide citrique anhydre, citrate de sodium, cellulose microcristalline et carboxyméthylamidon sodique, gomme xanthane, silice colloïdale anhydre, dioxyde silicium, arôme fraise, arôme caramel ; saccharine sodique, cellulose microcristalline.

Avant reconstitution : 2 ans.
Avant reconstitution : à conserver à une température comprise entre +15°C et +25°C et à l’abri de l’humidité.
Après reconstitution, la suspension se conserve à une température comprise entre +2°C et +8°C (au réfrigérateur).
Flacon correspondant à 30 ml de suspension reconstituée, soit 112 doses - graduation (avec une seringue pour administration orale de 4ml, graduée en kg).
Flacon en verre brun (résistance hydrolytique de classe III) contenant au minimum 7,0 g de poudre pour suspension buvable donnant 30 ml de suspension après reconstitution avec 25 ml.
Bouchon de sécurité vissant, en plastique.
Seringues (4 ml pour 30 ml de suspension).
Non documenté
INFORMATION NON TROUVEE
INFORMATION NON TROUVEE
Non documenté

Liste I.

 

0000-00-00 - source: AFSSAPS

 

RSS Actualités médicales   Newsletter

Publicité



Sondage