Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > ENALAPRIL DCI PHARMA 20 mg, comprimé sécable - Propriétés pharmacodynamiques
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

ENALAPRIL DCI PHARMA 20 mg, comprimé sécable - Propriétés pharmacodynamiques


Publicité

inhibiteurS del'enzyme de conversion DE L’ANGIOTENSINE
CodeATC: C09AA02.
ENALAPRIL DCI PHARMA  (maléate d'énalapril) est le sel de maléate de l'énalapril, un dérivé de deux aminoacides, la L-alanine et la L-proline. L'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA) est une dipeptidase peptidique qui catalyse la conversion de l'angiotensine I en angiotensine II, substance vasopressive. Après absorption, l'énalapril est hydrolysé en énalaprilate qui inhibe l'ECA. L'inhibition de l'ECA entraîne une diminution de l'angiotensine II plasmatique, ce qui entraîne une augmentation de l'activité rénine plasmatique (par suppression du rétrocontrôle négatif de la sécrétion de rénine) et une diminution de la sécrétion d'aldostérone.
L'ECA est identique à la kininase II. Ainsi, ENALAPRIL DCI PHARMA peut aussi bloquer la dégradation de la bradykinine, un puissant peptide vasodépresseur. Cependant, le rôle de cette action dans les effets thérapeutiques de ENALAPRIL DCI PHARMA  reste à élucider.
Bien que le mécanisme par lequel ENALAPRIL DCI PHARMA  baisse la pression artérielle soit considéré comme étant principalement l'inhibition du système rénine-angiotensine-aldostérone, ENALAPRIL DCI PHARMA a une action antihypertensive même chez les patients ayant une hypertension à rénine basse.
L'administration de ENALAPRIL DCI PHARMA à des patients hypertendus entraîne une réduction de la pression artérielle à la fois en décubitus et en position debout sans augmentation significative de la fréquence cardiaque.
Une hypotension orthostatique symptomatique est rare. Chez certains patients, l'obtention de la diminution maximale de la pression artérielle peut demander plusieurs semaines de traitement.
L'arrêt brutal de ENALAPRIL DCI PHARMA n'a pas été associé à une augmentation rapide de la pression artérielle.
Une inhibition efficace de l'ECA apparaît habituellement 2 à 4heures après la prise orale d'une dose unique d'énalapril. Le début de l'activité antihypertensive est survenu habituellement en une heure, et le pic de réduction de la pression artérielle a été atteint 4 à 6heures après la prise. La durée de l'effet est dose-dépendante. Cependant, aux doses recommandées, il a été montré que les effets antihypertenseurs et hémodynamiques étaient maintenus au moins 24heures.
Dans les études hémodynamiques menées chez des patients ayant une hypertension essentielle, la baisse de pression artérielle a été associée à une réduction des résistances artérielles périphériques avec augmentation du débit cardiaque et peu ou pas de modification de la fréquence cardiaque. Une augmentation du débit sanguin rénal est survenue après la prise de ENALAPRIL DCI PHARMA ; le taux de filtration glomérulaire est resté inchangé. Il n'y a pas eu de signes de rétention sodée ou hydrique. Cependant, chez les patients ayant des taux bas de filtration glomérulaire avant traitement, ces taux ont habituellement augmenté.
Dans des études cliniques de courte durée menées chez des patients diabétiques ou non diabétiques, ayant une maladie rénale, des diminutions de l'albuminurie, de l'excrétion urinaire des IgG et de la protéinurie totale ont été observées après l'administration d'énalapril.
Lorsque ENALAPRIL DCI PHARMA est co-administré avec des diurétiques thiazidiques, les effets sur la baisse tensionnelle sont au moins additifs. ENALAPRIL DCI PHARMA peut réduire ou prévenir la survenue d'une hypokaliémie induite par les thiazidiques.
Chez les patients ayant une insuffisance cardiaque traitée par digitaliques et diurétiques, le traitement par ENALAPRIL DCI PHARMA , par voie orale ou en injection, a été associé à une diminution des résistances périphériques et de la pression artérielle. Le débit cardiaque a augmenté tandis que la fréquence cardiaque (habituellement élevée chez les patients ayant une insuffisance cardiaque) a diminué. Lapression capillaire pulmonaire bloquée a également été réduite. La tolérance à l'effort et la sévérité de l'insuffisance cardiaque, mesurées selon les critères de la New York Heart Association, se sont améliorées. Ces effets se sont maintenus lors du traitement d'entretien.
Chez des patients ayant une insuffisance cardiaque légère à modérée, l'énalapril a retardé la progression de la dilatation/élargissement du coeur et de l'insuffisance cardiaque, ce dont témoignent la réduction des volumes ventriculaires gauches télédiastoliques et télésystoliques et l'amélioration de la fraction d'éjection.
Une étude multicentrique, randomisée, en double aveugle, versus placebo (Etude SOLVD prévention) a étudié une population ayant une dysfonction ventriculaire gauche asymptomatique (FEVG <35%). 4228 patients ont été randomisés pour recevoir soit le placebo (n=2117) soit l’énalapril (n=2111). Dansle groupe placebo, 818 patients ont eu une insuffisance cardiaque ou sont décédés (38,6%) comparé à 630 dans le groupe énalapril (29,8%) (réduction du risque: 29%; IC 95%: 21 – 36%; p<0,001). 518 patients dans le groupe placebo (24, 5%) et 434 patients dans le groupe énalapril (20,6%)sont décédés ou ont été hospitalisés pour insuffisance cardiaque récente ou aggravée (réduction du risque: 20%; IC 95%: 9 – 30%; p<0,001).
Une étude multicentrique, randomisée, en double aveugle, versus placebo (Etude SOLVD traitement) a étudié une population ayant une insuffisance cardiaque congestive symptomatique due à une dysfonction systolique (fraction d’éjection < 35%). 2569 patients recevant le traitement classique pour insuffisance cardiaque ont été répartis au hasard soit pour recevoir le placebo (n=1284) soit l’énalapril (n=1285). Il y a eu 510 décès dans le groupe placebo (39,7%) comparé à 452 dans le groupe énalapril (35,2%) (réduction du risque, 16%; IC 95%: 5 – 26%; p = 0,0036). Il y a eu 461décès cardiovasculaires dans le groupe placebo comparé à 399 dans le groupe énalapril (réduction du risque: 18%, IC 95%: 6 – 28%; p<0,002), en raison principalement d’une diminution des décès pour insuffisance cardiaque évolutive (251 dans le groupe placebo vs 209 dans le groupe énalapril, réduction du risque: 22%; IC 95%: 6 – 35%).
Moins de patients sont décédés ou ont été hospitalisés pour aggravation de l’insuffisance cardiaque (736 dans le groupe placebo et 613 dans le groupe enalapril(réduction du risque: 26%; IC 95%: 18 – 34%; p<0,0001). Sur l’ensemble de l’étude SOLVD, chez les patients ayant une dysfonction ventriculaire gauche, enalapril a réduit le risque d’infarctus du myocarde de 23% (IC 95%: 11 – 34%; p<0,001) et a réduit le risque d’hospitalisation pour angor instable de 20% (IC 95%: 9 – 29%; p<0,001).
L’expérience est limitée concernant l’utilisation chez les enfants hypertendus >6 ans.Dans une étude clinique incluant 110enfants hypertendus âgés de 6 à 16ans, les patients avec un poids ³20kg et un taux de filtration glomérulaire >30ml/min/1,73m2, les patients pesant <50kg ont reçu soit 0,625, 2,5 ou 20mg d'énalapril par jour et ceux pesant ³50kg ont reçu soit 1,25, 5 ou 40mg d'énalapril parjour. L'administration d'énalapril une fois par jour a diminué la valeur de la pression artérielle à la vallée de manière dose-dépendante. L'efficacité antihypertensive dose-dépendante de l'énalapril a été cohérente parmi tous les sous-groupes (âge, stade Tanner, sexe, race). Cependant, les doses étudiées les plus faibles, 0,625mg et 1,25mg, correspondant à une moyenne de 0,02mg/kg une fois par jour, n'ont pas paru apporter une efficacité antihypertensive adéquate. La dose maximale étudiée a été de 0,58mg/kg (jusqu'à 40mg) une fois par jour. Le profil des effets indésirables chez l’enfant n’est pas différent de celui observé chez l’adulte.


0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité