Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > spiramycine/metronidazole ARROW 1,5 M.U.I./250mg, comprimé pelliculé - Propriétés pharmacodynamiques
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

spiramycine/metronidazole ARROW 1,5 M.U.I./250mg, comprimé pelliculé - Propriétés pharmacodynamiques


Publicité

Classe pharmacothérapeutique: associations d’antibacteriens,
Code ATC: J01RA.
Ce médicament est une association de spiramycine, antibiotique de la famille des macrolides, et de métronidazole, antibiotique de la famille des nitro-5-imidazolés, réservée à la pathologie infectieuse buccodentaire.
SPECTRE D’ACTIVITE ANTI-MICROBIENNE
Spiramycine
Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire et ces dernières, des résistantes :
S ≤ 1 mg/l et R > 4 mg/l
La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d’informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d’infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu’une orientation sur les probabilités de la sensibilité d’une souche bactérienne à cet antibiotique.
Lorsque la variabilité de la prévalence de la résistance en France est connue pour une espèce bactérienne, elle est indiquée dans le tableau ci-dessous :

style='width:434.0pt;margin-left:3.75pt;border-collapse:collapse;'>

































































































































































































































Catégories

Fréquence de résistance acquise en France (>10%)(valeurs extrêmes)

ESPÈCES SENSIBLES



Aérobies à Gram positif



Bacillus cereus



Corynebacterium diphtheriae



Entérocoques

50 - 70%

Rhodococcus equi



Staphylococcus méti-S



Staphylococcus méti-R *

70 - 80%

Streptococcus B



Streptococcus non groupable

30 - 40%

Streptococcus pneumoniae

35 - 70%

Streptococcus pyogenes

16 - 31%

Aérobies à Gram négatif



Bordetella pertussis



Branhamella catarrhalis



Campylobacter



Legionella



Moraxella



Anaérobies



Actinomyces



Bacteroides

30 - 60%

Eubacterium



Mobiluncus



Peptostreptococcus

30 - 40%

Porphyromonas



Prevotella



Propionibacterium acnes



Autres



Borrelia burgdorferi



Chlamydia



Coxiella



Leptospires



Mycoplasma pneumoniae



Treponema pallidum



ESPÈCES MODÉRÉMENT SENSIBLES



(in vitro de sensibilité intermédiaire)



Aérobies à Gram négatif



Neisseria gonorrhoeae



Anaérobies



Clostridium perfringens



Autres



Ureaplasma urealyticum



ESPÈCES RÉSISTANTES



Aérobies à Gram positif



Corynebacterium jeikeium



Nocardia asteroïdes



Aérobies à Gram négatif



Acinetobacter



Entérobactéries



Haemophilus



Pseudomonas



Anaérobies



Fusobacterium



Autres



Mycoplasma hominis




La spiramycine possède une activité in vitro et in vivo sur Toxoplasma gondii.
* La fréquence de résistance à la méticilline est environ de 30 à 50 % de l’ensemble des staphylocoques et se rencontre surtout en milieu hospitalier.
Métronidazole
Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire et ces dernières, des résistantes :
S ≤ 4 mg/l et R > 4  mg/l
La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d’informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d’infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu’une orientation sur les probabilités de la sensibilité d’une souche bactérienne à cet antibiotique.
Lorsque la variabilité de la prévalence de la résistance en France est connue pour une espèce bactérienne, elle est indiquée dans le tableau ci-dessous :
style='width:434.0pt;margin-left:3.75pt;border-collapse:collapse;'>

















































































































Catégories

Fréquence de résistance acquise en France (>10%)(valeurs extrêmes)

ESPÈCES SENSIBLES



Aérobies à Gram négatif



Helicobacter pylori

30%

Anaérobies



Bacteroides fragilis



Bifidobacterium

60 - 70%

Bilophila



Clostridium



Clostridium difficile



Clostridium perfringens



Eubacterium

20 - 30%

Fusobacterium



Peptostreptococcus



Prevotella



Porphyromonas



Veillonella



ESPÈCES RÉSISTANTES



Aérobies à Gram positif



Actinomyces



Anaérobies



Mobiluncus



Propionibacterium acnes







ACTIVITÉ ANTIPARASITAIRE



Entamoeba histolytica



Giardia intestinalis



Trichomonas vaginalis




Synergie : la moyenne des CMI des deux produits isolés et associés montre qu’il existe une synergie pour inhiber certaines souches bactériennes sensibles.
Sur Bacteroides fragilis, il suffit donc d’environ 16 fois moins de spiramycine et 4 fois moins de métronidazole.
style='border-collapse:collapse;border:none;'>





























CMI en µg/ml

souches Bacteroides

mélaninogénique

Bacteroides fragilis

Métronidazole seul

0,25

0,5

Métronidazole
+ spiramycine 0,125 µg/ml

0,062

0,125

Spiramycine seule

2

32

Spiramycine
+ métronidazole 0,125 µg/ml

0,125

2


0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité