Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > BISOPROLOL LIPHA 1,25 mg, comprimé pelliculé - Propriétés pharmacodynamiques
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

BISOPROLOL LIPHA 1,25 mg, comprimé pelliculé - Propriétés pharmacodynamiques


Publicité

Classe pharmacothérapeutique : BETA-BLOQUANT SELECTIF, code ATC : C07AB07
Le bisoprolol est un bêta-bloquant ayant une forte affinité pour les récepteurs -1, sans activité sympathomimétique intrinsèque, ni effet stabilisant de membrane. Il ne présente qu’une affinité faible pour les récepteurs bêta-2 des muscles lisses des bronches et des vaisseaux et pour les récepteurs bêta-2 intervenant dans la régulation métabolique. En conséquence, le bisoprolol ne modifie généralement pas la résistance des voies aériennes et n’a pas d’effets métaboliques liés à l’action sur les récepteurs bêta-2. La sélectivité bêta-1 du bisoprolol s’étend au-delà des doses thérapeutiques.
2 647 patients au total ont été inclus dans l’étude CIBIS II. 83 % (n=2202) étaient en classe III de la NYHA et 17 % (n=445) en classe IV de la NYHA. Ils présentaient une insuffisance cardiaque systolique symptomatique stable (fraction d’éjection 35 %, sur la base de l’échocardiographie). La mortalité totale a diminué de 17,3 % à 11,8 % (diminution relative de 34 %).
Une baisse de la fréquence des morts subites (3,6 % par rapport à 6,3 %, diminution relative de 44 %) et une réduction des épisodes d’insuffisance cardiaque nécessitant une hospitalisation (12 % par rapport à 17,6 %, diminution relative de 36 %) ont été observées.
Enfin, une amélioration significative de l’état fonctionnel selon la classification NYHA a été observée.
Pendant la mise en route et la titration des doses de bisoprolol, des hospitalisations pour bradycardie (0,53 %), hypotension (0,23 %) ou décompensation aiguë (4,97 %) ont été observées, mais elles n’étaient pas plus fréquentes que dans le groupe placebo (0 %, 0,3 % et 6,74 % respectivement). Le nombre d’accidents vasculaires cérébraux fatals ou invalidants pendant la durée totale de l’étude a été de 20 dans le groupe bisoprolol et de 15 dans le groupe placebo.
L’étude CIBIS III a porté sur 1010 patients âgés de ≥ 65 ans, atteints d’insuffisance cardiaque chronique légère à modérée (ICC de classe II ou III de la NYHA) et présentant une fraction d’éjection ventriculaire gauche ≤ 35%, n’ayant reçu antérieurement aucun inhibiteur de l’enzyme de conversion, de bêtabloquants ou d’antagonistes de l’angiotensine. Les patients ont été traités par l’association de bisoprolol et d’énalapril pendant 6 à 24 mois après un traitement initial de 6 mois par soit du bisoprolol, soit de l’énalapril.
On a observé une fréquence d’aggravation de l’insuffisance cardiaque chronique plus élevée lorsque le bisoprolol était utilisé lors du traitement initial de 6 mois. La non-infériorité entre le traitement initial par le bisoprolol et le traitement initial par l’énalapril n’a pas été prouvée dans l’analyse per-protocole, bien que les deux stratégies d’initiation du traitement de l’insuffisance cardiaque ont montré un taux similaire dans la fréquence du critère primaire composite des décès et hospitalisations à la fin de l’étude (32,4% dans le groupe d’abord traité par le bisoprolol versus 33,1% dans le groupe d’abord traité par l’énalapril, pour la population en per-protocole). L’étude montre que le bisoprolol peut aussi être utilisé chez les personnes âgées ayant une insuffisance cardiaque chronique dans ses formes faibles à modérées.
Le bisoprolol est également utilisé dans le traitement de l’hypertension artérielle et de l’angor.
Lors d’une administration aiguë chez les patients ayant une cardiopathie ischémique sans insuffisance cardiaque chronique, le bisoprolol diminue la fréquence cardiaque et le volume d’éjection systolique, et donc le débit cardiaque et la consommation d’oxygène. En administration chronique, les résistances périphériques, initialement élevées, diminuent.


0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité