Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > CHIROCAÏNE 1,25 mg/ml, solution pour perfusion - Posologie
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

CHIROCAÏNE 1,25 mg/ml, solution pour perfusion - Posologie


Publicité

La lévobupivacaïne devra être administrée uniquement par, ou sous la responsabilité d'un médecin ayant la formation et l'expérience nécessaires.
CHIROCAINE solution pour perfusion est à utiliser par voie péridurale uniquement. Elle ne doit pas être utilisée pour une administration intraveineuse.

style='border-collapse:collapse;border:none'>
































Type de bloc

Concentration

Débit de perfusion par heure



mg/ml

ml

mg

Perfusion continue:







Traitement des douleurs post- opératoires

1,25

10-15

12,5-18,75

Péridurale lombaire (douleurs de l'accouchement)

1,25

4-10

5-12,5

Une aspiration soigneuse avant l'injection est recommandée dans le but de prévenir toute injection intravasculaire.
Si des symptômes de toxicité apparaissent, l'injection devra être arrêtée immédiatement
Dose maximale

La dose maximale dépend de la taille, du poids et de l'état clinique du patient.

La dose maximale recommandée sur une période de 24 h est de 400 mg.
Pour le traitement des douleurs post-opératoires, la dose ne doit pas dépasser 18,75 mg/heure, cependant la dose cumulée sur une période de 24 h ne doit pas dépasser 400 mg. Pour l'analgésie obstétricale par perfusion péridurale, la dose ne doit pas dépasser 12,5 mg/heure.
Enfant

L'efficacité et la tolérance de la lévobupivacaïne pour le traitement de la douleur chez l'enfant n'ont pas été établies.
Populations particulières
Chez les patients fragilisés, âgés ou présentant une pathologie aiguë, les doses de lévobupivacaïne devront être réduites en fonction de leur état clinique.
Dans la prise en charge des douleurs post-opératoires, les doses administrées au cours de la chirurgie doivent être prises en compte.
Il n'y a pas de données pertinentes chez le patient insuffisant hépatique (voir rubriques 4.4 et 5.2).


0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité