Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > KETOPROFENE ETHYPHARM LP 100 mg, gélule à libération prolongée - Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

KETOPROFENE ETHYPHARM LP 100 mg, gélule à libération prolongée - Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions


Publicité

Certaines substances ou classes thérapeutiques sont susceptibles de favoriser la survenue d’une hyperkaliémie: les sels de potassium, les diurétiques hyperkaliémiants, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les héparines (de bas poids moléculaire ou non fractionnées), la ciclosporine et le tacrolimus, le triméthoprime.
La survenue d’une hyperkaliémie peut dépendre de l’existence de facteurs co-associés.
Ce risque est majoré en cas d’association des substances sus-citées.
L’administration simultanée de kétoprofène avec les produits suivants nécessite une surveillance rigoureuse de l’état clinique et biologique du malade.
Associations déconseillées
+ Autres AINS (y compris les salicylés à fortes doses) :
Augmentation du risque ulcéreux et hémorragique digestif (synergie additive).
+ Anticoagulants oraux :
Augmentation du risque hémorragique de l’anticoagulant oral (inhibition de la fonction plaquettaire et agression de la muqueuse gastro-duodénale par les AINS).
Si l’association ne peut être évitée, une surveillance clinique et biologique étroite s’impose.
+ Héparines (voie parentérale) :
Augmentation du risque hémorragique (inhibition de la fonction plaquettaire et agression de la muqueuse gastro-duodénale par les AINS).
Si l’association ne peut être évitée, surveillance clinique (et biologique pour les héparines non fractionnées) étroite.
+ Lithium (décrit pour le diclofénac, le kétoprofène, l’indométacine, la phénylbutazone, le piroxicam) :
Augmentation de la lithémie pouvant atteindre des valeurs toxiques (diminution de l’excrétion rénale du lithium).
Si nécessaire, surveiller étroitement la lithémie et adapter la posologie du lithium pendant l’association et après l’arrêt de l’AINS.
+ Méthotrexate (utilisé à des doses ≥ 15 mg/semaine) :
Augmentation de la toxicité hématologique du méthotrexate (diminution de la clairance rénale du méthotrexate par les anti-inflammatoires en général et déplacement du méthotrexate de sa liaison aux protéines plasmatiques par les AINS).
Respecter un intervalle d’au moins 12 heures entre l’arrêt ou le début d’un traitement par le kétoprofène et la prise de méthotrexate.
+ Ticlopidine :
Augmentation du risque hémorragique (synergie des activités antiagrégantes plaquettaires).
Si l’association ne peut être évitée, surveillance clinique et biologique étroite (incluant le temps de saignement).
Associations nécessitant des précautions d’emploi
+ Diurétiques, inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine :
Insuffisance rénale aiguë chez le malade déshydraté (diminution de la filtration glomérulaire par diminution de la synthèse des prostaglandines rénales).
Par ailleurs, réduction de l’effet antihypertenseur.
Hydrater le malade et surveiller la fonction rénale en début de traitement.
+ Corticoïdes administrés par voie orale :
Augmentation du risque d’ulcération et d’hémorragie gastro-intestinale (voir rubrique 4.4).
+ Anticoagulants :
Les AINS sont susceptibles de majorer les effets des anticoagulants, comme la warfarine (voir rubrique 4.4).
+ Antiagrégants plaquettaires et inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) :
Augmentation du risque d’hémorragie gastro-intestinale (voir rubrique 4.4)
+ Méthotrexate utilisé à des doses faibles (< 15 mg/semaine) :
Augmentation de la toxicité hématologique du méthotrexate (diminution de la clairance rénale du méthotrexate par les anti-inflammatoires en général et déplacement du méthotrexate de sa liaison aux protéines plasmatiques).
Contrôle hebdomadaire de l’hémogramme durant les premières semaines de l’association.
Surveillance accrue en cas d’altération (même légère) de la fonction rénale, ainsi que chez le sujet âgé.
+ Pentoxifylline :
Augmentation du risque hémorragique.
Renforcer la surveillance clinique et contrôler plus fréquemment le temps de saignement.
+ Zidovudine :
Risque d’augmentation des effets toxiques sur la lignée rouge (action sur les réticulocytes), avec anémie sévère survenant huit jours après l’introduction de l’AINS.
Contrôle de la NFS et du taux de réticulocytes huit à 15 jours après le début du traitement par l’AINS.
Associations à prendre en compte
+ Bêtabloquants (par extrapolation à partir de l’indométacine) :
Réduction de l’effet antihypertenseur (inhibition des prostaglandines vasodilatatrices par les AINS).
+ Ciclosporine, tacrolimus :
Risque d’addition des effets néphrotoxiques, notamment chez le sujet âgé.
+ Dispositif contraceptif intra-utérin :
Risque controversé de diminution d’efficacité du dispositif contraceptif intra-utérin.
+ Thrombolytiques :
Augmentation du risque hémorragique.


0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité