Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > INDAPAMIDE MYLAN LP 1,5 mg, comprimé pelliculé à libération prolongée - Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

INDAPAMIDE MYLAN LP 1,5 mg, comprimé pelliculé à libération prolongée - Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions


Publicité

Associations déconseillées
+ Lithium
Augmentation de la lithiémie avec signes de surdosage, comme lors d’un régime désodé (diminution de l’excrétion urinaire du lithium). Cependant, si l’usage des diurétiques est nécessaire, une surveillance stricte de la lithiémie avec adaptation de la posologie est nécessaire.
Associations faisant l'objet de précautions d’emploi
+ Médicaments pouvant induire des torsades de pointe
· Anti-arythmiques de classe Ia (quinidine, hydroquinidine, disopyramide),
· Anti-arythmiques de classe III (amiodarone, sotalol, dofetilide, ibutilide),
· Certains antipsychotiques : Phénothiazines (chlorpromazine, cyamemazine, levomepromazine, thioridazine, trifluoperazine),
Benzamides (amisulpride, sulpiride, sultopride, tiapride),
Butyrophénones (dropéridol, halopéridol);
Autres : bépridil, cisapride, diphémanil, érythromycine IV, halofantrine, mizolastine, pentamidine, sparfloxacine, moxifloxacine, vincamine IV.
Augmentation du risque d’arythmie ventriculaire, en particulier de torsades de pointe (l’hypokaliémie est un facteur de risque).
L’hypokaliémie doit être surveillée et corrigée si nécessaire avant d’introduire une association.
La clinique, les électrolytes plasmatiques et l’ECG sont à surveiller.
Utiliser des substances qui n’ont pas l’inconvénient d’entraîner des torsades de pointe en cas d’hypokaliémie.
+ AINS (voie générale), incluant les inhibiteurs sélectifs des COX-2, les salicylés à forte dose (> 3 g/jour)
Diminution possible de l’effet antihypertenseur de l’indapamide. Risque d’insuffisance rénale aiguë chez les patients déshydratés (diminution de la filtration glomérulaire). Hydrater le patient ; surveiller la fonction rénale en début de traitement.
+ Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC)
Risque d’hypotension artérielle soudaine et/ou d’insuffisance rénale aiguë lors de l’instauration du traitement par un IEC en cas de déplétion sodée pré-existante (en particulier chez les patients présentant une sténose de l’artère rénale).
Dans l’hypertension artérielle, quand le traitement diurétique préalable peut avoir entraîné une déplétion sodée, il est nécessaire :
· soit d’arrêter le diurétique 3 jours avant le début du traitement par l’IEC et de reintroduire un diurétique hypokaliémiant si nécessaire;
· soit d’administrer des doses initiales faibles de l’IEC et de les augmenter progressivement.
Dans l’’insuffisance cardiaque congestive, commencer par une dose très faible d’IEC, éventuellement après réduction de la dose du diurétique hypokaliémiant associé.
Dans tous les cas, surveiller la fonction rénale (dosage de la créatininémie) au cours des premières semaines de traitement par l’IEC.
+ Autres hypokaliémiants : amphotéricine B (IV), gluco- et minéralo-corticoïdes (voie systémique), tétracosactide, laxatifs stimulants
Risque majoré d’hypokaliémie (effet additif).
Surveillance de la kaliémie et, si besoin, correction ; à prendre particulièrement en compte en cas de thérapeutique digitalique. Utiliser des laxatifs non stimulants.
+ Baclofène
Majoration de l’effet antihypertenseur. Hydrater le malade, surveiller la fonction rénale en début de traitement.
+ Préparations digitaliques
L’hypokaliémie favorise les effets toxiques des digitaliques. Surveillance de la kaliémie et de l’ECG et, si besoin, reconsidérer le traitement.
Associations à prendre en compte
+ Diurétiques hyperkaliémiants (amiloride, spironolactone, triamtérène)
Dans le cas d’une association rationnelle, utile pour certains patients, la survenue d’une hypokaliémie ou d’une hyperkaliémie (en particulier chez les patients présentant une insuffisance rénale ou diabètiques) n’est pas à exclure. La kaliémie et l’ECG doivent être surveillés et, s’il y a lieu, reconsidérer le traitement.
+ Metformine
Risque majoré de survenue d’une acidose lactique due à la metformine déclenchée par une éventuelle insuffisance rénale liée à l’association avec les diurétiques et, plus particulièrement, avec les diurétiques de l’anse.
Ne pas utiliser la metformine quand la créatininémie dépasse 15 mg/l (135 µmol/l) chez l’homme et 12 mg/l (110 µmol/l) chez la femme.
+ Produits de contraste iodés
En cas de déshydratation provoquée par les diurétiques, risque majoré d’insuffisance rénale aiguë, en particulier lors de l’utilisation de doses importantes de produits de contraste iodés.
Réhydratation avant l’administration du produit iodé.
+ Antidépresseurs imipraminiques, neuroleptiques
Effet antihypertenseur et risque majoré d’hypotension orthostatique (effet additif).
+ Calcium (sels de)
Risque d’hypercalcémie par diminution de l’élimination urinaire du calcium.
+ Ciclosporine, Tacrolimus
Risque d’élévation de la créatininémie sans modification des taux circulants de ciclosporine , même en l’absence de déplétion hydrosodée.
+ Corticoïdes, tétracosactide (voie générale)
Diminution de l’effet antihypertenseur (rétention hydrosodée due aux corticoïdes).


0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité