Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > ALMOGRAN 12,5 mg, comprimé pelliculé - Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

ALMOGRAN 12,5 mg, comprimé pelliculé - Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions


Publicité

Des études d’interaction ont été conduites avec des inhibiteurs de la monoamine-oxydase A, des bêta-bloquants, des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, des inhibiteurs calciques et avec des inhibiteurs des isoenzymes 3A4 et 2D6 du cytochrome P450. Il n’y a pas eu d’étude d’interaction in vivo permettant d’évaluer l’effet de l’almotriptan sur d’autres médicaments.
Comme avec tous les agonistes des récepteurs 5HT1, le risque potentiel de survenue d’un syndrome sérotoninergique dû à une interaction pharmacodynamique en cas de traitement concomitant avec un IMAO est une possibilité qui ne peut être écartée.
Comme avec tous les agonistes des récepteurs 5HT1, le risque potentiel de survenue d’un syndrome sérotoninergique dû à une interaction pharmacodynamique en cas de traitement concomitant avec les inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine est une possibilité qui ne peut être écartée.
L’administration répétée d’un inhibiteur calcique, le vérapamil, substrat du cytochrome CYP3A4 a entraîné une augmentation de 20 % du Cmax et de l’aire sous la courbe de l’almotriptan. Cette augmentation n’est pas considérée comme cliniquement pertinente. Aucune interaction cliniquement pertinente n’a été observée.
L’administration répétée de propranolol n’a pas influencé la pharmacocinétique de l’almotriptan. Aucune interaction cliniquement pertinente n’a été observée.
Des études in vitro conduites pour évaluer la capacité de l’almotriptan à inhiber les enzymes majeures du cytochrome P450 des microsomes hépatiques humains et de la monoamino-oxydase (MAO) ont montré que l’amotriptan n’altérait probablement pas le métabolisme des produits métabolisés par le cytochrome P450 ou par les monoamino-oxydases A et B.


0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité