Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > AMAREL 2 mg, comprimé - Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

AMAREL 2 mg, comprimé - Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions


Publicité

La prise simultanée d’AMAREL avec d’autres médicaments peut entraîner une augmentation ou une diminution non souhaitée de l’effet hypoglycémiant du glimépiride. Pour cette raison, la prise de tout autre médicament ne doit se faire qu’en accord (ou sur prescription) d’un médecin.
Le glimépiride est métabolisé par le cytochrome P450 2C9 (CYP2C9). Son métabolisme est modifié en cas d’association avec des inducteurs du CYP2C9 (ex. rifampicine) ou des inhibiteurs (ex. fluconazole).
D’après les résultats d’une étude publiée d’interaction in-vivo, l’aire sous la courbe (AUC) du glimépiride est environ doublée en présence de fluconazole, l’un des plus puissants inhibiteurs du CYP2C9.
D’après l’expérience connue avec AMAREL et les sulfonylurées, les interactions suivantes doivent être mentionnées :
Potentialisation de l’effet hypoglycémiant et dans ce cas, une hypoglycémie peut survenir lorsqu’un des traitements suivants est pris :
· phénylbutazone, azapropazone et oxyphenbutazone,
· insuline et antidiabétiques oraux, telle que la metformine
· salicylés et acide para-amino salicylique,
· stéroïdes anabolisants et hormones sexuelles mâles,
· chloramphénicol, certains sulfamides à durée d’action prolongée, tétracyclines, antibiotiques de la famille des quinolones et clarithromycine,
· anticoagulants coumariniques,
· fenfluramine,
· fibrates,
· inhibiteurs de l’enzyme de conversion,
· fluoxétine, IMAO,
· allopurinol, probénécide, sulfinpyrazone,
· sympatholytiques,
· Cyclophosphamide, trophosphamide et iphosphamides,
· miconazole, fluconazole,
· pentoxifylline (à forte dose par voie parentérale),
· tritoqualine.
Diminution de l’effet hypoglycémiant et dans ce cas, une hyperglycémie peut survenir lorsqu' un des traitements suivants est pris :
· oestrogènes et progestatifs,
· salidiurétiques et diurétiques thiazidiques,
· thyréomimétiques, glucocorticoïdes,
· dérivés de la phénothiazine, chlorpromazine,
· adrénaline et sympathicomimétiques,
· acide nicotinique (forte posologie) et dérivés de l’acide nicotinique,
· laxatifs (usage à long terme),
· phénytoïne, diazoxide,
· glucagon, barbituriques et rifampicine,
· acétazolamide.
Potentialisation ou diminution de l’effet hypoglycémiant :
· anti-H2,
· béta-bloquants, clonidine, réserpine, guanéthidine ; de plus les signes de contre-régulation adrénergique à l’hypoglycémie peuvent être diminués ou absents sous l’influence des médicaments sympatholytiques,
· la prise d’alcool peut potentialiser ou diminuer l’effet hypoglycémiant du glimépiride de façon imprévisible.
Le glimépiride peut potentialiser ou atténuer les effets des anticoagulants coumariniques.


0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité