Publicité
Accueil > Dictionnaires > Guide des Médicaments > ACECLOFENAC MERCK 100mg, comprimé pelliculé - Grossesse
Médicaments
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

ACECLOFENAC MERCK 100mg, comprimé pelliculé - Grossesse


Publicité

Grossesse
Il n’y a aucune donnée clinique disponible concernant des grossesses exposées à l’acéclofenac.
Mais en général, les inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines peuvent affecter la grossesse et/ou le développement embryofoetal. Des données d’études épidémiologiques montrent une augmentation du risque d’avortement spontané, de malformation cardiaque et de gastroschisis après l’utilisation d’inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines en début de grossesse. Le risque absolu de malformation cardiaque augmente de moins de 1% à environ 1,5%. Ce risque semble augmenter avec la dose et la durée de traitement. Chez les animaux, il a été montré que l’administration d’inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines était liée à une perte pré et post-implantatoire et à une létalité embryofoetale.
Par ailleurs, l’augmentation de l’incidence de diverses malformations (par exemple cardiovasculaires) a été rapportée chez les animaux recevant des inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines pendant l’organogénie. Lors des 1er et 2ème trimestres de la grossesse, les AINS ne doivent être administrés qu’en cas de nécessité clairement identifiée. Dans le cas où les AINS sont administrés chez la femme souhaitant être enceinte ou au cours des 1er et 2ème trimestres de grossesse, les doses et durées de traitement doivent être les plus faibles possibles.
Au cours du 3ème trimestre de grossesse, l’administration d’inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines expose le fœtus à:
· Une toxicité cardiopulmonaire (avec la fermeture prématurée du canal artériel et une hypertension pulmonaire);
· Un dysfonctionnement rénal pouvant évoluer vers une insuffisance rénale avec oligo-hydroamnios.
L’administration d’inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines à la fin de la grossesse expose la mère et le futur nouveau-né à:
· Une prolongation possible de l’hémorragie, un effet anti-agrégant plaquettaire pouvant survenir même à faible dose;
· Une inhibition des contractions utérines résultant au retard et à la prolongation du travail.
Par conséquent, les AINS sont contre-indiqués pendant le 3ème trimestre de grossesse (voir  rubriques 4.3. et 4.4).
Allaitement
Il n’y a pas de données concernant l’excrétion de l’acéclofénac dans le lait maternel. Par conséquent, la poursuite de l’allaitement ou du traitement par ce médicament doit être envisagé en tenant compte du bénéfice attendu de l’allaitement pour l’enfant et du bénéfice attendu du traitement pour la mère.


0000-00-00 - source: AFSSAPS


Publicité