Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire pharmaceutique - Pharmacologie et chimie des médicaments > vitamine K
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité
Dictionnaire pharmaceutique :
Publicité

vitamine K

[vitamin K, phylloquinone] syn. : phytoménadione (Vitamine K1 Roche®). Le terme vitamine K, de l'allemand Koagulationsvitamin, désigne un ensemble de naphtoquinones, dont la présence est nécessaire à l'activation post-traductionnelle des protéines de l'hémostase. Trois groupes de vitamines K sont distinguées : la phylloquinone ou phytoménadione (K1), présente dans les végétaux verts ; les ménaquinones (K2), produites par les bactéries intestinales ; la ménadione (K3) et ses dérivés de synthèse. La vitamine K est métabolisée en dihydro-vitamine K (KH2), co-enzyme de la carboxylase assurant conversion post-traductionnelle des résidus glutamyls en résidus ?-carboxyglutamyls, de plusieurs protéines pro-coagulantes (facteur II ou prothrombine ; facteur X ou facteur Stuart ; facteur VII ou proconvertine ; facteur IX ou antihémophilique B), et des protéines anticoagulantes C et S. (Des résidus ?-carboxyglutamyls sont présents dans de nombreuses autres protéines, notamment l'ostéocalcine de la matrice osseuse). Les résidus ?-carboxyglutamyls fixent chacun un ion Ca2+ favorable à l'interaction des protéines avec les phospholipides. L'absorption intestinale de la vitamine K (provenant de l'alimentation et des bactéries intestinales) nécessite la présence des sels biliaires et pancréatiques. Sa carence est due à un déficit d'absorption (ictère par rétention et insuffisance hépatique sévère), à un déficit d'apport (nutrition parentérale), ou à un traitement par antivitamines K. La carence entraîne des hémorragies notamment chez les prématurés et les nouveaux nés nourris au sein dont la mère est traitée par des antivitamines K, des antiépileptiques, des antibiotiques à large spectre ou des cholestéramines. La vitamine K est indiquée dans le traitement et la prévention des hémorragies dues à une carence ou à une intoxication par des antivitamines K. (Le terme vitamine K est utilisé par les toxicomanes pour désigner la kétamine (Kétalar®) utilisé comme anesthésique.) Les antivitamines K inhibent la formation des résidus ?-carboxyglutamyls avec un effet anticoagulant différé. Ce sont des dérivés coumariniques (acénocoumarol, Sintrom®, Minisintrom® ; tioclomarol, Apegmone® ; warfarine, Coumadine®) et dérivés de l'indane-dione (fluindione, Préviscan® ; phénindione, Pindione®). Indiqués dans la prévention de la maladie thrombo-embolique, chez les porteurs de prothèse valvulaire, les valvulopathies, la fibrillation auriculaire, l'infarctus du myocarde compliqué d'insuffisance cardiaque ou de troubles du rythme, et les embolies systémiques récidivantes.



Article par Yves Landry (Professeur de pharmacologie - Faculté de pharmacie, université Louis-Pasteur, Strasbourg) - Yveline Rival (Maître de conférences de chimie organique - Faculté de pharmacie, université Louis-Pasteur, Strasbourg)
Source:
Source: © Dictionnaire pharmaceutique - Pharmacologie et chimie des médicaments - Editions EMInter - Editions Tec & Doc


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...