Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire pharmaceutique - Pharmacologie et chimie des médicaments > dopamine
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité
Dictionnaire pharmaceutique :
Publicité

dopamine

s.f. [dopamine]. Neuromédiateur central, issu de l’hydroxylation de la tyrosine par la tyrosine-hydroxylase pour former la dopa (dihydroxyphénylalanine), ellemême décarboxylée par la dopa-décarboxylase pour former la dopamine. Elle est aussi le précurseur de la noradrénaline puis de l’adrénaline dans les neurones adrénergiques et dans la médullosurrénale. La dopamine libérée par les neurones peut être recaptée par les transporteurs DAT (12 hélices transmembranaires), puis dégradée par la mono-amine-oxydase (forme B principalement), donnant le DOPAC, lui-même métabolisé en acide homovanillique (VMA) (-> DOPAC). La dopamine produit des effets cardiovasculaires dose-dépendants. À faible dose, la stimulation des récepteurs D1 vasculaires prédomine conduisant à une vasodilatation sélective rénale, mésentérique, cérébrale et coronaire. À plus forte dose, l’action agoniste des récepteurs ß1 cardiaques prédomine avec un effet inotrope positif. À très forte dose, l’effet a1 vasoconstricteur conduit à une élévation de la pression artérielle. La dopamine est utilisée en milieu hospitalier pour son effet inotrope positif. Elle est indiquée en perfusion IV, notamment dans les syndromes de bas débit cardiaque au cours d’un infarctus, et pendant ou après chirurgie cardiaque (-> aussi dobutamine). Les récepteurs de la dopamine sont codés par 5 gènes distincts et sont couplés aux protéines G trimériques : les récepteurs G1-like (D1 et D5) couplés à Gs, les récepteurs G2-like (D2, D3, D4) couplés à Gi. Ils sont présents dans le système nerveux central et les organes périphériques. Les agonistes dopamine et dobutamine sont utilisés pour leurs effets cardiaques (ci dessus). Les autres ligands, agonistes et antagonistes sont utilisés pour leurs effets centraux. Les agonistes sélectifs D1, par exemple le fénodalpam, n’ont qu’un intérêt expérimental. Les agonistes non sélectifs D1-D2, (pergolide, Celance®; apomorphine, Apokinon®) sont indiqués dans la maladie de Parkinson, ainsi que la lévodopa (en associations : Modopar®, Sinemet®, Stalevo®) métabolisée, en dopamine dans l’organisme. Les agonistes sélectifs D2, ropinirol (Requip®) et pramipexole (Sifrol®) sont indiqués dans la maladie de Parkinson. Les agonistes sélectifs D2, lisuride (Arolac®, Dopergine®) et bromocriptine (Parlodel®, Bromo-kin®), sont indiqués dans la maladie de Parkinson et dans les hyperprolactinémies (-> prolactine). Les antagonistes sélectifs D1 n’ont qu’un intérêt expérimental. Les antagonistes sélectifs D2 par rapport à D1 sont utilisés comme antipsychotiques mais ont une affinité élevée pour de nombreux autres récepteurs, a-adrénergiques, muscariniques, sérotoninergiques, avec en conséquence plus ou moins d’effets secondaires (-> neuroleptiques).


Voir aussi : DOPAC


Article par Yves Landry (Professeur de pharmacologie - Faculté de pharmacie, université Louis-Pasteur, Strasbourg) - Yveline Rival (Maître de conférences de chimie organique - Faculté de pharmacie, université Louis-Pasteur, Strasbourg)
Source:
Source: © Dictionnaire pharmaceutique - Pharmacologie et chimie des médicaments - Editions EMInter - Editions Tec & Doc


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...