Publicité
Accueil > Dictionnaires > Dictionnaire pharmaceutique - Pharmacologie et chimie des médicaments > antiarythmiques
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application

Biofutur


Partenaires


Publicité
Dictionnaire pharmaceutique :
Publicité

antiarythmiques

s.m. pl. [antiarrythmic drugs]. Médicaments utilisés dans la prévention et le traitement des arythmies cardiaques. -> arythmie. Les principaux médicaments antiarythmiques, dont les indications varient fortement d’un composé à l’autre, sont définis selon la classification historique de Vaughan-Williams : Les antiarythmiques de classe I interfèrent avec les canaux sodiques. On les regroupe selon leur effet sur le potentiel d’action cardiaque et leur niveau préférentiel d’action : classe 1a qui prolongent la repolarisation, surtout actif à l’étage supraventriculaire : hydroquinidine (Sérécor ®), disopyramide (Rythmodan®, Isorythm®) ; classe Ib, qui augmentent le seuil de fibrillation et racourcissent la repolarisation, surtout actif sur les ventricules : lidocaïne (Xylocaïne®), mexilétine, Mexitil®) ; classe 1c, qui ralentissent la conduction et modifient peu la repolarisation : cibenzoline (Cipralan®, Exacor®), propafénone (Rythmol®), flécaïnide (Flécaïne®), aprindine (Fiboran®). Les antiarythmiques de classe II sont les ß-bloquants conventionnels. Ils agissent en ralentissant la conduction via le noeud auriculo-ventriculaire. -> bêtabloquants. Les antiarythmiques de classe III bloquent en priorité les canaux potassiques, allongeant ainsi la repolarisation : amiodarone (Cordarone®, Corbionax®), ibutilide (Corvert®). Les antiarythmiques de classe IV incluent : l’adénosine (Krenosin®) qui en injection IV entraîne un ralentissement l’activité du noeud sinusal et un bloc auriculo-ventriculaire rapide et de courte durée ; la digoxine (Digoxine®, Hémigoxine®), digitalique cardiotonique ralentisant la fréquence cardiaque et la conduction auriculo-ventriculaire, indiquée dans la fibrillation auriculaire.


Voir aussi : arythmie


Article par Yves Landry (Professeur de pharmacologie - Faculté de pharmacie, université Louis-Pasteur, Strasbourg) - Yveline Rival (Maître de conférences de chimie organique - Faculté de pharmacie, université Louis-Pasteur, Strasbourg)
Source:
Source: © Dictionnaire pharmaceutique - Pharmacologie et chimie des médicaments - Editions EMInter - Editions Tec & Doc


Publicité

En savoir plus

Cela pourrait aussi vous intéresser...
Chargement en cours ...