Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2007-11-06
Droit et Santé


Publicité

VERS UNE MEILLEURE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS PRESENTANT DES RISQUES DE DANGEROSITE (suite)

Page précédente (1 / 4)

et en qualité), les manquements en personnel, le parc pénitentiaire saturé, la défaillance des réponses institutionnelles... Alors qu’un sentiment général d’insécurité se développe, les institutions et les personnels sont de moins en moins tolérants devant les violences et les incivilités. Devant l’étendue des problèmes, les auteurs du rapport estiment qu’une « réforme législative d’envergure » est nécessaire. Pour eux, seule une stratégie globale pourra agir sur cette multiplicité des facteurs de risque.

Propositions

La prise en charge des malades mentaux repose sur trois principes : le soin des malades, la liberté des personnes et la sécurité publique. Compte tenu des réalités sociales de l’encadrement de ces patients, il faut aujourd’hui rechercher un nouvel équilibre entre ces trois objectifs, en y ajoutant l’amélioration de leur insertion sociale.
Il faut tout d’abord mieux organiser les soins prodigués aux malades. Ils seront d’autant moins une source de danger pour eux-mêmes ou pour autrui qu’ils auront droit à des soins adaptés à leur état. Dès lors, il faut redéfinir « les fonctions de la sectorisation psychiatrique » et établir l’offre de santé mentale en fonction de la population vivant dans un espace géographique donné.

Les pratiques médicales doivent aussi être revues de manière à prendre en charge dans de meilleures conditions les états d’agitation, le tout en créant des liens en réseau « avec les institutions et les professionnels du domaine de la médecine somatique, du social, du médico-social et du libéral ». L’organisation de la prise en charge gagnera à être pluridisciplinaire, qu’elle vise des périodes d’agitation ou des interventions en urgence et l’accueil des patients qui s’ensuit. Les pratiques médicales doivent aussi être reprécisées pour s’assurer qu’elles sont fiables et consensuelles (notamment quant à l’utilisation de nouvelles molécules ayant des effets sédatifs).

Il convient ensuite de mieux adapter les ...

Page suivante (3 / 4)

Article écrit le 2007-11-06 par Isabelle Corpart, maitre de conférences en droit privé à l'UHA, membre du CERDACC
Source: http://www.jac.cerdacc.uha.fr/jac - Copyright: Cerdacc - La reproduction ou l'utilisation sous quelque forme que ce soit de nos articles ou informations est autorisée sous réserve de faire figurer leur origine.Accéder à la source


Publicité

En savoir plus