Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-02-27
Actualité médicale


Publicité

Une thérapie virale ciblant les tumeurs ralentit les neuroblastomes et les tumeurs des gaines nerveuses périphériques (suite)

Page précédente (1 / 3)

déséquilibre, l’enzyme joue un rôle bien-documenté dans la formation de cancers métastatiques et invasifs, y compris les neuroblastomes pédiatriques, tumeur cancéreuse solide la plus commune chez les enfants.

Les chercheurs surnommèrent la thérapie virale ciblant les tumeurs créée en combinant le TIMP et le VHSo, rQT3. Dans les études de laboratoire impliquant les cellules cancéreuses humaines et des souris conçues pour développer un neuroblastome ou des tumeurs des gaines nerveuses périphériques, la rQT3 réduit le développement de nouveaux vaisseaux sanguins et augmenta la toxicité des deux types de cellules tumorales. En outre, le traitement rQT3 aboutit à une plus longue durée de vie chez les souris en comparaison avec les modèles de souris conçus pour ne recevoir que de l’eau salée ou d’autres traitements.

Dr. Cripe indiqua que les chercheurs découvrirent aussi que la rQT3 réduit le nombre de progéniteurs endothéliaux circulants (PEC). Les PEC sont dérivés de la moelle sanguine et circulent dans le sang. Ils possèdent la capacité de se transformer en cellules s’alignant aux vaisseaux sanguins pour favoriser le flot sanguin.

“Nos résultats indiquent que les virus thérapeutiques agissent systématiquement en limitant la mobilisation et le recrutement de progéniteurs dérivés de la moelle osseuse, les PEC et d’autres, qui contribuent à former le microenvironnement de la tumeur et à la croissance de celle-ci, bloquant ainsi la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins qui alimentent les tumeurs,” expliqua le Dr. Cripe.

Le neuroblastome est une tumeur cancéreuse solide qui se manifeste dans le système nerveux sympathique, frappant le plus souvent les enfants de moins de 5 ans. Chez les enfants de moins de 2 ans, ou ceux ayant une tumeur unique, la combinaison de chirurgie et de chimiothérapie aboutit à des taux de guérison de 90 à 95% des cas. Chez les enfants plus âgés ...

Page suivante (3 / 3)

Article écrit le 2008-02-27 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Cincinnati Children's Hospital Medical Center - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

The study included the University of Cincinnati College of Medicine and the Dardinger Laboratory for Neuro-Oncology and Neurosciences/Department of Neurological Surgery and Comprehensive Cancer Center at Ohio State University. Other researchers in the study include, Yonatan Y. Mahller, Sachin S. Vaikunth, Maria C. Ripberger, William H. Baird, Yoshinaga Saeki, Jose A. Cancelas and Timothy M. Crombleholme.