Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-03-26
Actualité médicale


Publicité

L’index de masse corporelle pourrait servir dans le pronostic de cancers avancés et agressifs du sein (suite)

Page précédente (1 / 4)

D. Anderson's department of Breast Medical Oncology.

« Il s’agit de la première étude à mettre en relief la valeur de l’IMC au moment du diagnostic comme un indicateur du pronostic pour les femmes atteintes de formes agressives de la maladie. La valeur de l’IMC corrèle également avec le haut risque de rechute pour les formes localisées et avancées de la maladie, incluant la forme la plus agressive, la cancer inflammatoire du sein, » indique Cristofanilli. « Nous avons débuté cette étude parce qu'une vaste majorité de nos patientes nouvellement diagnostiquées pour un cancer inflammatoire du sein étaient en surcharge pondérale ou obèse ; de plus l’IBC est associé à un diagnostic défavorable. L'idée principale était de comprendre le lien étiologique entre les formes les plus agressives de cancer du sein, et pour le pronostic. »

Pour l’étude rétrospective, les chercheurs ont examiné 606 patientes – 495 (82%) atteintes d’un LABC et 111 (18%) avec un IBC non métastatique. Toutes les patientes ont été enrôlées dans le protocole clinique au M. D. Anderson entre les années 1974 et 2000. La valeur moyenne du suivi était de 6 ans pour toutes les patientes, et de 9,9 années pour les femmes toujours en vie.
En déterminant l’IMC, 208 (34%) des patientes étaient de poids normal ou insuffisant, 194 (32%) étaient en surcharge pondérale tandis que 204 (34) étaient obèse. Cristofanilli indique que l’obésité était plus fréquente chez les femmes atteintes d’un IBC (45%) que chez celles souffrants d’une forme non IBC du cancer (31%).

Pour l’ensemble de l’étude, la survie globale moyenne était de 8,6 années, tandis que la survie sans rechute était de 5,8 ans. Les valeurs de ces deux statistiques étaient significativement plus mauvaises pour les patientes obèses ou en surcharge pondérales, lorsque l'on compare avec celles dont le poids était normal ou insuffisant.

Si ...

Page suivante (3 / 4)

Article écrit le 2008-03-26 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: University of Texas M. D. Anderson Cancer Center - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

In addition to Cristofanilli, M. D. Anderson authors on the study include: Kristine Broglio; Rabiul Islam, and Gabriel Hortobagyi, M.D. Shaheenah Dawood, M.R.C.P. of Dubai Hospital, is the study's first author. The study was funded, in part, by the Susan G. Komen Foundation, the Nellie B. Connally Fund for Breast Cancer Research and the Inflammatory Breast Cancer Research Group.