Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

0000-00-00
Revue de presse


Publicité

L’essai Crystal confirme le rôle central de l’irinotécan dans le cancer colorectal métastatique (suite)

Page précédente (1 / 4)

ce bras avait présenté une diminution de la taille de la tumeur (46,9 % contre 38,7 % dans le bras FOLFIRI seul, p=0,0038).

Qui plus est, dans une analyse d’un sous-groupe de patients présentant une maladie n’atteignant que le foie (patients avec des métastases hépatiques uniquement), l’effet positif de l’adjonction de cétuximab était encore plus prononcé, entraînant un taux de survie sans progression de 11,4 mois avec le cétuximab, par rapport à 9,2 mois dans le bras de contrôle et une diminution de 36 % du risque de propagation ou d’évolution du cancer colorectal métastatique. Le nombre de résections complètes des métastases dans le sous-groupe présentant des métastases hépatiques uniquement était plus du double avec cétuximab plus FOLFIRI, par rapport au bras de contrôle (9,8 % contre 4,5 %). Le nombre de résections complètes dans la population globale était trois fois plus élevé que dans le bras cétuximab plus FOLFIRI.

Le traitement a généralement été bien toléré, avec des effets secondaires semblables entre les deux groupes. Les effets indésirables de grade 3/4 les plus fréquents dans le groupe FOLFIRI + cétuximab, comparé au groupe FOLFIRI seul, étaient des diarrhées (15,2 % contre 10,5 %), une neutropénie (26,7 % contre 23,3 %) et des réactions cutanées de grade 3 (18,7 % contre 0,2 %). Un rapport important entre ces réactions cutanées et l’efficacité du cétuximab a été démontré.
« Les résultats de cet essai confirment les avantages que représentent l’amélioration et le peaufinage des schémas thérapeutiques pour que le pronostic soit meilleur pour les patients », a continué le professeur Moehler, qui a activement participé à cet essai. « De plus, cet essai confirme la preuve de l’essai BICC-C actualisé, présenté à l’ASCO en 2007, qui évaluait une thérapie de première ligne à base de FOLFIRI et de bévacizumab chez des patients atteints d’un cancer colorectal métastatique. »

L’essai BICC-C était divisé en deux périodes ...

Page suivante (3 / 4)

Article écrit le 0000-00-00 par Pfizer
Source: Business wireAccéder à la source


Publicité

En savoir plus

Pour obtenir la notice complète, des informations sur l’innocuité et les avertissements de type « boîte noire » qui s’appliquent dans votre pays, veuillez contacter la filiale locale de Pfizer.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.