Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2002-11-18
Actualité médicale


Publicité

Première identification de gènes de sensibilité aux papillomavirus humains (suite)

Page précédente (1 / 3)

malades atteints d'EV, ces mêmes virus déclenchent le développement de verrues cutanées planes, persistantes et disséminées sur tout le corps. Certaines de ces lésions peuvent évoluer en cancers, surtout dans les zones exposées au soleil. L'EV est donc une maladie modèle pour l'étude des facteurs génétiques de la sensibilité aux papillomavirus.

L'analyse génétique de familles consanguines atteintes d'EV avait permis à l'équipe pasteurienne de localiser, en 1999 et en 2000, deux régions chromosomiques liées à la prédisposition aux papillomavirus associés à l'EV : EV1 et EV2.

Aujourd'hui, les scientifiques ont réussi à identifier, dans le locus EV1, deux nouveaux gènes, EVER1 et EVER2, dont les mutations sont associées à la maladie.

A l'état normal, ces gènes contrôlent l'infection. Par contre, la maladie se déclare chez tous les individus chez qui l'un ou l'autre de ces gènes porte une mutation à l'état homozygote. Chez ces patients, les lésions bénignes apparaissent dès le plus jeune âge, entre 6 et 10 ans, et elles persistent. Dans les cas où des cancers surviennent, ils apparaissent également chez des personnes jeunes (entre 16 et 38 ans) et les cellules cancéreuses contiennent le génome du PVH 5. Dans la population générale les cancers de la peau essentiellement dus au soleil, surviennent généralement chez des individus plus âgés.

Les mutations des gènes EVER1 et EVER2, mises en évidence dans les familles consanguines sont rares car elles n'ont pas été retrouvées chez des individus de la population générale.

Cette première identification de gènes impliqués dans la sensibilité à des PVH oncogènes ouvre des perspectives pour la compréhension des bases génétiques des variations inter-individuelles de la sensibilité à des virus dont certains sont oncogènes.

La poursuite de ces travaux devrait, à terme, permettre d'envisager des approches prédictives et thérapeutiques.

On voit ici toute l'importance de la génétique de ...

Page suivante (3 / 3)

Article écrit le 2002-11-18 par auteur
Source: source Accéder à la source


Publicité

En savoir plus