Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2008-08-25
Actualité médicale


Publicité

Différents types de vaccins contre le cancer du côlon réduisent la propagation de la maladie, révèlent les scientifiques de Jefferson (suite)

Page précédente (1 / 3)

prolongea également la survie générale, avec une moyenne de 38 jours pour les animaux immunisés et 29 jours chez les animaux de contrôle.

« Nous pensons que cela identifie une nouvelle catégorie de cibles d’un vaccin candidat pour les tumeurs originaires et se métastasant à partir de la muqueuse, telles que le cancer colorectal, » estima le Dr Waldman. « Les cellules de la muqueuse se transforment en cancer, envahissent les parois de l’intestin, fissurent le compartiment et se métastasent, portant avec eux tous les antigènes résidant normalement dans le système de la muqueuse. Ils continuent à être exprimés par les tumeurs originaires de la muqueuse, même lorsque ces tumeurs se métastasent dans le compartiment systémique auxquels elles n’appartiennent pas. »

Le Dr Waldman considère la GCC comme l’avatar des antigènes de la muqueuse. « L’immunisation systématique d’un animal ou un être humain à l’aide de la GCC sera reconnue jusqu’à un certain degré comme étrangers, et le corps bâtira une réaction immunitaire dans le compartiment systémique, » expliqua-t-il. « Nous pensons que la réaction immunitaire sera efficace contre le cancer mais qu’elle ne passera pas dans l’intestin et causera une maladie auto-immune. »

Par conséquent, la réaction immunitaire contre la GCC pourrait être utilisée aussi bien prophylactiquement que thérapeutiquement. « Les populations cibles de tels vaccins sont les patients ayant subi une chirurgie et une chimiothérapie adjuvante et ne manifestent aucune trace de la maladie. S’ils présentent une récurrence, cela est dû à la maladie microscopique. »

« Cet article démontre le profile d’une catégorie d’antigènes de muqueuse cancéreuse pouvant générer des réactions immunitaires systémiques, » indiqua-t-il. « Il existe une tolérance systémique incomplète à ces antigènes, tel que nous l’avions prévu, et que les réactions immunitaires possèdent une efficacité anti-tumeur et les animaux ne sont pas atteints de maladie auto-immune. »

Les chercheurs suggèrent que cette approche ...

Page suivante (3 / 3)

Article écrit le 2008-08-25 par © Copyright InformationHospitaliere.com
Source: Thomas Jefferson University - "EurekAlert!, a service of AAAS" - InformationHospitaliere.com Accéder à la source


Publicité

En savoir plus