Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-01-28
Actualité médicale


Publicité

Pharmacopée des eaux usées et traitées à Montréal (suite)

Page précédente (1 / 3)

nous voulions savoir dans quelles mesures la faune et la flore du St-Laurent y sont exposés.»

Méthode et quantités

L'équipe du professeur Sauvé a donc optimisé et validé une méthode rapide de détection (On-line SPE-LC-MS/MS ) des composés pharmaceutiques à l'étude dans les eaux usées et traitées de la station d'épuration des eaux de Montréal.

Carte du fleuve St-Laurent et ses environs. Les zones d'échantillonnage de l'étude sont identifiées par un point noir.

Les quantités de bézafibrate et d'énalapril détectés dans les eaux usées, les eaux traitées et dans les eaux de surface à la sortie de la station d'épuration sont respectivement 50 nanogrammes par litre, 35 ng L et 8 ng L pour le bézafibrate et de 280 ng L, 240 ng L et 39 ng L pour l'énalapril.

« Ces quantités sont somme toute minimes, mais nous ne connaissons pas encore leurs effets sur la faune et la flore du St-Laurent, explique le professeur Sauvé. Il est possible que certaines espèces y soient sensibles. D'autres études écotoxicologiques seront nécessaires. Quant aux produits de chimiothérapie qui ont été détectés dans les eaux usées, mais pas dans les eaux traitées, une question demeure: nous ne les avons pas détectés parce que le processus de traitement des eaux a réussi à les éliminer ou parce que notre méthode de détection n'est pas encore assez sophistiquée pour les détecter? »

Une nouvelle menace pour l'environnement aquatique

Les sites de rejet des eaux traitées par les stations d'épuration constituent la principale source de dispersion de médicaments dans l'environnement. En raison de leur polarité élevée et de leur caractère d'acide-base, les composés pharmaceutiques à l'étude ont le potentiel d'être transportés et dispersés largement dans l'environnement aquatique. À Montréal, la station d'épuration des eaux usées traite un volume d'eau représentant 50 % ...

Page suivante (3 / 3)

Article écrit le 2009-01-28 par University of Montreal
Source: University of Montreal Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Cette étude a été publiée dans le Journal of Environmental Monitoring et a été réalisée par des chercheurs du Département de chimie de l'Université de Montréal et de la division Recherche sur la protection des écosystèmes aquatiques d'Environnement Canada. Elle a été financée par le Conseil de recherche en sciences naturelles et génie du Canada, par le Conseil national de la science et de la technologie du Mexique, par la Fondation canadienne pour l'innovation, et par le plan d'action et de gestion chimique du fleuve St-Laurent de Santé Canada.