Publicité
Mon Compte




Publicité
revuesonline.com, 14 revues médicales de référence

Alertes ansm


Actus santé : Au jour, le jour...



Dernières annonces emploi


Dernière Parution


Application


Partenaires


Publicité

2009-11-17
Actualité médicale


Publicité

La consommation de mélatonine, une hormone naturelle que secrète le propre corps humain, règle mieux le sommeil que les somnifères (suite)

Page précédente (1 / 3)

fait, la capacité de la mélatonine pour réadapter l’horloge biologique a été étudiée initialement chez des patients aveugles, vu que ceux-ci ne peuvent pas se servir de l’information de la photopériode pour activer le régulateur endogène qui secrète la mélatonine de nuit. Les scientifiques signalent que l’administration de mélatonine toutes les 24 heures (1-10 mg/jour) rétablit les rythmes chez ces personnes, même le sommeil/réveil, en les synchronisant sur une période de 24 heures.

L’usage de la mélatonine pour régler le sommeil n’est pas le seul travail réalisé à l’Institut de Biotechnologie de l’UGR. Dans les dernières années, les professeurs Acuña et Escames ont démontré que cette substance sert également à freiner le vieillissement cellulaire, à traiter des maladies comme le Parkinson et à freiner la mort cellulaire provoquée par des processus infectieux aigus qui concernent tout l’organisme connus techniquement comme sepsis. Précisément, ils sont dans l’actualité en train de réaliser une expérimentation clinique en Phase II pour évaluer l’effet thérapeutique de la mélatonine dans le shock septique chez les patients, financé par l’Institut de Santé Carlos III.

Article écrit le 2009-11-17 par Revista de Neurología - University of Granada
Source: Revista de Neurología - University of Granada Accéder à la source


Publicité

En savoir plus

Référence : Professeurs Darío Acuña Castoviejo et Germaine Escames, Institut de Biotechnologie, Centre de Recherche biomédicale de l’Université de Grenade. Tél. : 958 241000, ext. 20169, courriel : dacuna@ugr.es; gescames@ugr.es